chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
108 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

All Out War - For Those Who Were Crucified

Chronique

All Out War For Those Who Were Crucified
Quelques mois seulement après le redoutable Truth In The Age Of Lies, All Out War fait un retour fracassant avec un deuxième album plutôt inattendu intitulé For Those Who Were Crucified. Ce premier album ayant très largement fait parler de lui, c'est tout naturellement que le groupe de Newburgh s'est vu proposer un deal avec l'un des plus gros labels Hardcore de l'époque dont la crédibilité était encore intacte, Victory Records. Le groupe rejoints ainsi Hatebreed et de fait, permet à Victory de bénéficier du roster le plus bandant de la fin des années 90.
Un premier coup d'œil à la pochette suffit à comprendre qu'All Out War n'est pas là pour rigoler. Représentation d'une ville complètement décharnée et d'une armée lugubre équipée de masques à gaz arpentant ce qu'il reste de rues. Tout cela à la vue de quelques icônes religieuses crucifiées. Bref, une vision apocalyptique pas très encourageante qui préfigure finalement assez bien le contenu de cet album qui, s'il ne se hisse pas tout à fait au même niveau que son prédécesseur, constitue tout de même ce qu'a fait de mieux All Out War à ce jour.

Peu enclin à prendre des risques et par conséquent à modifier sa recette, All Out War reprend là où il s'était arrêté quelques mois auparavant. On notera cependant un changement dans le line-up avec entre temps le départ du guitariste Chris Chisholm remplacé rapidement par Taras Apuzzo du groupe End Of One (un autre groupe new-yorkais auquel je vous conseil également de jeter une oreille, notamment le EP The Aftermath sorti sur le label de Stephen Bessac, Hardway).
Commençons alors par les choses qui fâchent. Et oui, bien que For Those Who Were Crucified soit parmi mes albums préférés d'All Out War, il n'est pas exempt de défaut. Ce que je lui reproche ne concerne pourtant ni la musique, ni la production, ni l'interprétation. Non, ce qui me dérange ici concerne le tracklisting puisque l'on retrouve quatre morceaux déjà présents sur Truth In The Age Of Lies ("Resist", "Redemption For The Innocent", "After Autumn" et "Truth In The Age Of Lies" ). Quelqu'un peut-il m'expliquer l'intérêt de ressortir, seulement quelques mois après un premier album, des titres y figurant déjà? Bien qu'ils aient été réenregistrés pour l'occasion (c'est la moindre des choses), cela donne un sentiment de redite un peu gênant et vient surtout gonfler inutilement la durée de cet album qui frise ici les cinquante minutes. Rien de dommageable tant ces morceaux sont redoutables, mais je me souviens encore qu'à l'époque cela m'avait perturbé.
Pour le reste, All Out War demeure fidèle à sa réputation et nous offre une fois de plus un album de New York Hardcore totalement imparable et surtout d'une efficacité exemplaire. Ici, rien n'est à jeter et seul le mélange de reprises présent à la fin du titre "Apocalyptic Terror" pourrait paraître un peu plus faiblard comparativement au reste de cet album désormais incontournable. Comme pour Truth In The Age Of Lies, For Those Who Were Crucified reprend certains codes du Hardcore new-yorkais auxquels est insufflé une bonne grosse dose d'influences Metal. Et si le groupe n'est pas à l'origine du terme Deathcore (selon Wikipedia il aurait été utilisé la première fois en 1996 par Nick Terry, un journaliste de Terrorizer, pour décrire les albums d'Earh Crisis et de Merauder) toujours est-il que sa musique fait parfaitement le pont entre Death Metal d'un côté et Hardcore de l'autre. Des influences bâtardes qui voient également pointer quelques sonorités Thrash, notamment dans le riffing qui n'est pas sans rappeler celui de Slayer. Bref, ça chie dur à New-York et All Out War continue de faire trembler les murs au son de morceaux aussi terribles que "Soaked In Torment", "Burning Season", "For Those Who Were Crucified", "Into The Flames Of Progression" ou encore "Enemies Of Creation". Avec une prédominance de rythmes mid-tempo, For Those Who Were Crucified est un album lourd et écrasant sur lequel les riffs slayeriens viennent plomber cette atmosphère urbaine et malsaine typiquement new-yorkaise (et que l'on retrouve quasi systématiquement chez certains groupes comme Madball, Merauder, Stigmata...). Comme sur son premier album, ce côté très lourd est contrebalancé par quelques parties plus rapides qui viennent donner une certaine dynamique à l'ensemble. On note également l'utilisation systématique de mosh-parts à vous dévisser les cervicales. Bête et méchant mais tellement jouissif. Comme évoqué plus haut, l'album se termine par deux reprises et un morceau inédit probablement issue d'un quart d'heure défoulage. La première reprise est celle du titre "Mad World" de Corrosion Of Conformity, la seconde celle de "Life Of My Own" de Cro-Mags. Moins Metal, davantage Hardcore, ces deux titres s'enfilent à la vitesse grand V. Forcément, après quarante cinq minutes de New-York Hardcore hyper lourd, difficile de passer à ces deux titres plus "léger". Ceci étant, ils sont loin d'être désagréables. Bien au contraire. Celui qui est moins convaincant, c'est cet espèce de gloubi-boulga sonore qui arrive après ce sample de L'Exorciste III, quelque part entre Death Metal, Grindcore et Hardcore qui ne ressemble pas à grand chose et qui n'est finalement qu'un prétexte à faire n'importe quoi.

Sorti très vite après un premier album qui à l'époque avait vivement bousculé la scène Hardcore, on pouvait cependant craindre quant à la qualité des titres figurant sur ce deuxième disque. Pas fou, All Out War, à repris ici la même recette et nous a même fait l'affront de nous resservir quatre titres de Truth In The Age Of Lies. Mais bon, même si je râle, je ne suis pas rancunier et j'aime aussi la musique quand elle se contente d'être simplement bête et méchante. Alors forcément, il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour apprécier ce disque de New-York Hardcore devenu depuis une référence dans le genre. Des riffs incroyables, des mosh-parts à se damner, un chant puissant et vindicatif, des ambiances urbaines froides et sinistres. Bref, une musique implacable qui se déguste aujourd'hui avec encore énormément de plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Orgasmatron citer
Orgasmatron
29/12/2012 22:55
Chro parfaite! Album culte!
citer
(ancien membre)
13/12/2012 22:07
note: 7.5/10
Indéboulonnable !
Krokodil citer
Krokodil
11/12/2012 17:46
note: 9.5/10
"classique !" qu'on dit à côté
AxGxB citer
AxGxB
11/12/2012 14:18
note: 8.5/10
Saku. a écrit : à quand du Integrity sur Thrasho' ! Moqueur

C'est prévu, j'essaierai d'en chroniquer quelques-uns courant 2013 Clin d'oeil

Saku. a écrit : Par contre je ne vois pas l'intérêt d'avoir réenregistrer Resist sans l'intro...

Ouais, et même les autres n'ont pas grand intérêt sur ce disque. M'enfin bon...
Saku. citer
Saku.
11/12/2012 14:11
Je ne connais que Truth In The Age Of Lies d'AOW mais ce groupe m'a un peu réconcilié avec le mélange de hardcore et de métal.

Hardcore + riffs ala Slayer me faisait vomir...toute la scène hardcore bien franchouillarde des années 2000 quoi. Mais grâce à AOW je commence maintenant à m'intéresser à la scène de Cleveland...à quand du Integrity sur Thrasho' ! Moqueur

Par contre je ne vois pas l'intérêt d'avoir réenregistrer Resist sans l'intro...
AxGxB citer
AxGxB
11/12/2012 13:40
note: 8.5/10
Ok Sourire
BBB citer
BBB
11/12/2012 13:11
note: 8.5/10
Parce que je ne m'attendais pas à lire son nom et que ça me rappelle l'époque où j'ai commencé à lire Terrorizer et à m'y abonner.
Nick Terry était rédacteur en chef jusqu'en 1999 ou 2000.
Quelques années plus tard on le retrouve chez Decibel.
Bref, petit truc perso...

Sinon, pour l'album ça restera un gros souvenir également, que j'associe avec 'Elements Of Corrosion' d'Opressor et 'Obscura' de Gorguts, puisque ces trois albums ont tourné plus que de raison en 98.
AxGxB citer
AxGxB
11/12/2012 12:24
note: 8.5/10
Bah pourquoi ça?
BBB citer
BBB
11/12/2012 12:06
note: 8.5/10
Oh mince, lire le nom de Nick Terry ça m'a fait tout drôle!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
All Out War
Hardcore
1998 - Victory Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  9/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
All Out War
All Out War
Hardcore - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Soaked In Torment
02.   Burning Season
03.   For Those Who Were Crucified
04.   Resist
05.   Claim Your Innocence
06.   False Salvation
07.   Redemption For The Innocent
08.   Witness The End
09.   Into The Flames Of Progression
10.   After Autumn
11.   Enemies Of Creation
12.   Truth In The Age Of Lies
13.   Apocalyptic Terror

Durée : 49:03

line up
parution
22 Septembre 1998

voir aussi
All Out War
All Out War
Give Us Extinction

2017 - Organized Crime Records
  
All Out War
All Out War
Truth In The Age Of Lies

1997 - Gain Ground
  
All Out War
All Out War
Dying Gods (EP)

2015 - Organized Crime Records
  

Essayez aussi
Kickback
Kickback
Cornered

1995 - Hostile Records
  
Venere
Venere
Venere (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Deez Nuts
Deez Nuts
Binge & Purgatory

2017 - Century Media Records
  
Trash Talk
Trash Talk
119

2012 - Odd Future
  
Jesus Piece
Jesus Piece
Only Self

2018 - Southern Lord Recordings
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique