chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deathspell Omega - Paracletus

Chronique

Deathspell Omega Paracletus
Chez Thrashocore, on est comme chez Cyril Hanouna : on se dit tout les beautés, les chéris, les choupinets, les mignons parce que le Black Metal, c'est que du... ?? (tous en chœur) Black Metal !! Sauf que nous, c'est pour de vrai...

Et ce qu'on peut dire, c'est que personne n'a été inspiré par le « Paracletus » de Deathspell Omega. Autant Sakrifiss a vite été emballé par la chronique de l'EP « Drought » sorti cette année et Ikea s'est montré motivé à s'occuper des divers EP non-chroniqués du groupe, autant personne n'a vraiment été enclin à s'occuper du dernier album des poitevins. Vous l'aurez donc compris, c'est bibi qui s'y colle. Non pas que cela m'ennuie de m'attarder un peu sur ce groupe étendard du Black Français, c'est juste que même si on se doute -au vu de mes autres chroniques- que je suis très fan du groupe, cette ode au paraclet et plus largement à l'apocatastase n'est pas mon œuvre préférée du combo.

Curieuse manière que de commencer une chronique en dévaluant ainsi cette production, allez-vous me dire, mais vu qu'on se dit tout (les chéris, les beautés tout ça, tout ça...) je me dois de vous avouer que Deathspell Omega (DsO pour les intimes), même s'il évoque chez moi un grand respect n'a jamais réussi à atteindre parfaitement son but avec ce "Paracletus"... Si la période Black-traditionnelle du groupe est efficace sans être aussi monstrueuse que sa suite, leurs tentatives plus avant-gardistes sont constituées de vagues, alternant sommets du Black Metal 2.0 (« Drought », « Kênose », « Fas... ») et petites descentes de pression («  Si monumentum... », très bon mais un peu trop long à mon goût). Bon, ce sont des putains de vagues genre Tsunami, mais des vagues quand même, aussi massives soient-elles. Pour faire simple, ce que j’attends d'un bon Deathspell Omega, c'est qu'il soit sans aucune retenue, qu'il soit totalement fou et déstructuré, qu'il alterne lourdeur, rapidité et mélodies triturées dans tous les sens. Bref, les titres doivent donner l'impression d'un grand n'importe quoi pourtant totalement calculé.

Attention, ce n'est pas parce que je dis ça que je boude les sorties du groupe. C'est ainsi qu'en 2010, je me suis procuré « Paracletus » avec l'espoir secret d'avoir à faire à un "Fas" pt.2 éveillant logiquement chez moi une grand curiosité (de toute manière, groupie ou pas, un nouveau disque des Français reste quand même un gros événement, en plus d'être un passage obligé de discussion à la pause-café-cigarette des blackeux modèles).

Comme d'habitude avec la troupe de Mikko, le travail visuel et conceptuel fourni est d'excellent niveau. Feuilleter le livret, lire les paroles et passer 15 ans à feuilleter sa Bible pour comprendre des idées, se pencher sur l'univers graphique du groupe est toujours un plaisir et il n'y avait pas de raison que ça change avec ce cinquième opus... En plus de ça, « Paracletus » représente la fin de l'ambitieuse trilogie (débutée avec « Si monumentum requires, circumspice » et « Fas – Ite maledicti, in ignem aeternum »), il ne fallait donc pas se planter...

Malheureusement on ne peut pas dire que ce dernier axe soit réussi de bout en bout. Certes le savoir-faire DsO fait toujours son petit effet, comme en témoignent certains excellents titres tels que « Wings of Predation » et son entame ravageuse, « Dearth » et son petit départ groovy bien senti (enfin « groovy », je m'entends, ce n'est pas Jorge Ben Jor non plus...), "Abscission" et son break Emo tristounet ou encore l'excellentissime final « Apokatastasis Pantôn » qui se révèle être le meilleur titre du disque apportant une conclusion comme on aimerait en voir plus souvent. Malgré ces points forts et cette simili-abondance de bons moments, « Paracletus » reste une œuvre pour le moins inégale... Par rapport aux morceaux sus-nommés, les autres font un peu pâle figure... Ainsi « Malconfort » passe comme une lettre à la Poste mais ne se retient que peu et il en est de même pour d'autres titres tels que « Phosphene » ou « Devouring Famine ». La bande semble avoir mis un sérieux coup de frein à sa folie et c'est pour ma part le principal défaut du disque. Cette retenue et ce léger sentiment de pilotage automatique empêchent clairement l'auditeur d'être surpris ce qui forme un parti pris un tout petit peu décevant venant d'une formation de ce style (qui a toujours su nous surprendre). Ici, on pourrait presque dire que Deathspell Omega fait du Deathspell Omega...

Le manque de surprise accentue donc une certaine redondance qui fait un peu mal quand on écoute un groupe de ce genre. Les blasts asymétriques, les guitares distordues sont là de même que le phrasé si caractéristique du chant mais on ne peut pas effacer de notre esprit ce sentiment de déjà-vu. On se sent donc un poil frustré en imaginant ce que "Paracletus" aurait pu être s'il avait été couplé à la folie divine de "Fas" ou à l'ambiance pétrifiante de "Mass Grave Aesthetics"...

Bon, ne vous alarmez pas, « Paracletus » est une œuvre de qualité, que l'on écoute avec plaisir. La production est au poil (ce son de basse à décorner un bœuf par exemple), proposant des finesses bienvenues et le travail technique est très fourni et bien représenté par quelques accélérations titanesques). En résumé les chéris, « Paracletus » est un disque qui reste un essentiel de votre discographie (comme chaque sortie de DsO, me direz-vous) mais qui manque cruellement d'un « petit quelque chose », ce « petit quelque chose » étant l’accessoire ultime pour en faire un disque aussi grandiose que l'était "Fas"... Et n'oubliez pas les beautés, le Black Metal, c'est que du... ? Black Metal !

Chronique retouchée depuis sa parution, parce qu'en comparaison à d'autres sorties du genre, "Paracletus" reste quand même dans le top du haut du panier. Et il a gagné un point et demi, aussi...Signé Fleshou qui - en vieillissant - devient aigri et se concentre sur ses groupes phares.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
25/06/2019 12:00
note: 8.5/10
gulo gulo a écrit : flip, flap, flop

Ce commentaire vient d'être rappelé par le fabricant.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/06/2019 21:29
note: 8.5/10
""Abscission" et son break Emo tristounet"

Mais tellement
Serpent7 citer
Serpent7
29/02/2016 18:22
No group, though, was exempt from criticism. “A lot of people are jumping on the bandwagon now. They’re just Svartidauði clones,” one musician tells me when I ask about some smaller black metal projects in Iceland. Even popular bands like Misþyrming and Svartidauði aren’t left out. “They are just mimicking that French black metal sound. It’s not original,” an unnamed black metaller says with a sigh. The French black metal sound refers to bands like Deathspell Omega, which have a rough dissonant style. He might have a point—Misþyrming and Svartidauði are all about dissonance. But Sturla scoffs when I mention this to him. “C’mon,” he tells me. “You do one discordant note and suddenly you are Deathspell Omega. Fuck that!” He puts down his beer and turns serious. “Great band though.” This comment feels like a “Hail Mary” after cursing—an attempt to appease the black metal gods after a harsh word.
Serpent7 citer
Serpent7
29/02/2016 18:18
Dans toutes les interviews sur reykjavik la plupart des groupes disent en avoir marre de la comparaison avec dso
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
29/02/2016 13:50
note: 8/10
Serpent7 a écrit : Même si ils détestent la comparaison, la scène islandaise doit aussi beaucoup a Dso....

Pour frapper un nouveau coup dso doit encore redéfinir le bm, trop de groupes font la mème chose que dso depuis l'ouragan paracletus


Curieux de savoir pourquoi "ils détestent la comparaison" ?

Ouais, je suis de ton avis aussi. C'est peut-être ça qui explique ces bientôt 4 ans de silence radio...
Serpent7 citer
Serpent7
28/02/2016 21:19
Même si ils détestent la comparaison, la scène islandaise doit aussi beaucoup a Dso....

Pour frapper un nouveau coup dso doit encore redéfinir le bm, trop de groupes font la mème chose que dso depuis l'ouragan paracletus
Neuro citer
Neuro
28/02/2016 17:03
FleshOvSatan a écrit : Signé Fleshou qui - en vieillissant - devient aigri et se concentre sur ses groupes phares

Moi aussi je vieillis décidément.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
05/03/2014 19:59
note: 8/10
J'approuve oui, et j'irais même jusqu'à dire que : https://www.youtube.com/watch?v=Czx-OIyrQwQ

Le final...
Et attends, j'ai pas encore écouté le prochain Metronomy, sait-on-jamais qu'ils s'y mettent aussi.
Invité citer
BBv
04/03/2014 22:25
C'est vachement a la mode les trucs dissonants en ce moment dans le black metal
https://www.youtube.com/watch?v=dCHTe-J9h20
https://www.youtube.com/watch?v=hCoQ-RM4ZZ0
https://www.youtube.com/watch?v=-NMleVS4NwU
Le nombre de groupes utilisant la formule magique de dso ça devient un peu lourdingue ....il y a des groupes comme gorguts qui ont utilisé ce genre de procédés avant si je me trompe pas mais c'est depuis paracletus que ça devient tendance
Dso c'est pour moi le groupe qui a le plus influencé la scène black metal ces dernières années
Megaduf citer
Megaduf
17/12/2012 18:39
note: 8.5/10
Bah pour moi c'est une belle surprise c'te disque ! Headbang
En tout cas il me fait plus d'effet que Fas, que je trouve aussi très bon mais un peu trop décousu.
LostSon citer
LostSon
17/12/2012 01:33
note: 8.5/10
Une tuerie de noirceur.
Un disque fou-fou de post-black.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
16/12/2012 23:58
note: 8/10
Je conçois, c'est dur à avaler pour beaucoup, y compris dans mes amis du milieu BM. Mais je ne me suis jamais fait prendre par l'aura de SMRC, et en plus, je le trouve bien trop long. Même si je reconnais beaucoup de qualités à ce disque (style à part, composition, soucis du détail, etc...), l'ambiance ne prend pas chez moi. C'est comme ça et c'est pas faute de ne pas avoir essayé...


Suppaman citer
Suppaman
16/12/2012 17:20
note: 7/10
et creux (« Si monumentum... »

Désolé mais devant une telle blague, j'ai stoppé ma lecture là.
gulo gulo citer
gulo gulo
10/12/2012 08:27
note: 8.5/10
Il me fait surtout penser à Isis.
AxGxB citer
AxGxB
10/12/2012 08:24
note: 8.5/10
Tu de viens fou Clin d'oeil
Pour ma part, je lui trouve un côté Post-Hardcore me faisant très largement penser à un groupe comme Comity. Pas toujours évident de rentrer dedans mais fort bien composé et joué malgré tout.
La_girondelle citer
La_girondelle
09/12/2012 21:44
note: 9/10
Il avait pas déja été chroniqué cet album ou je deviens fou?
Un très bon album, même si manque de folie
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
09/12/2012 17:15
note: 8/10
Oui je comprends si c'est la première chose que tu as écouté de DsO, ça a quand même du te faire un petit effet de les découvrir. C'est avec Diabolus Absconditus que je les avais découvert en écoutant le split "Crushing the Holy Trinity", et c'est vrai que je garde une certaine tendresse pour ce morceau, même si avec le recul, c'est un des travaux de DsO qui me plaît le moins. Mais en tout cas, je comprends ce que tu veux dire !
Ander citer
Ander
09/12/2012 17:02
note: 7.5/10
Le disque qui m'a fait découvrir ce groupe, une grosse mandale à l'époque qui s'est un peu dilué au file des écoutes...
gulo gulo citer
gulo gulo
09/12/2012 16:27
note: 8.5/10
flip, flap, flop

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deathspell Omega
Deathspell Omega RPZ
2010 - Season Of Mist / Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (31)  7.97/10
Webzines : (31)  8.55/10

plus d'infos sur
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Black Metal - 1998 - France
  

tracklist
01.   Epiklesis I
02.   Wings of Predation
03.   Abscission
04.   Dearth
05.   Phosphene
06.   Epiklesis II
07.   Malconfort
08.   Have You Beheld the Fevers?
09.   Devouring Famine
10.   Apokatastasis Pantôn

Durée : 42.34 min.

line up
parution
19 Novembre 2010

voir aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Mass Grave Aesthetics (EP)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Si Monumentum Requires, Circumspice

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Veritas Diaboli Manet In Aeturnum (MCD)
(Chaining The Katechon)

2008 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Drought (EP)

2012 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Fas
(Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum)

2007 - Norma Evangelium Diaboli
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique