chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ulver - Kveldssanger

Chronique

Ulver Kveldssanger
Kveldssanger, le folk nu. Coincé entre Bergtatt, le black-folk dru, et Nattens Madrigal, le true-black cru. Pause champêtre les gars, sortez vos flûtions, je vais vous conter une histoire triste. L’histoire de pourquoi tant de violence et pourquoi pas la nuit, pourquoi pas les âges, pourquoi pas la pluie. Au fond on a beau se démener, mais l’essence de notre propos se trouve aussi là, dans un folk d’ascète avec sa guitare toute seule, toute mouillée, toute penaude au coin de son tout petit feu.

Du folk de rien du tout, qui perd la fougue et ne garde de juvénile qu’une idée du raffinement vue au travers d’yeux adolescents, appliqués et consciencieux. Oh, comme c’est bien fait se dit-on, et plein de joliesse avec ça. Voyez comme, malgré la maladresse d’une interprétation bancale, ces jeunes gens assument le chant lyrique aux accents traditionnels. Lorsque l’un s’y met l’autre le rejoint, si bien qu’une pâle grandeur finit par s’en dégager, qui parvient à évoquer l’errance forestière et la nostalgie d’un soir d’hiver venteux et humide. Autrement dit tout ce qu’Empyrum saura reprendre de manière plus subtile, plus étoffée et, disons le clairement, plus mieux. Mais nul besoin de bouder notre plaisir, car à raison de deux ou trois motifs par chanson, Kveldssanger déballe ses arpèges nocturnes, jusqu’au bercement dans la brise froide. Treize titres courts, c’est tout le répertoire du voyageur transi, qui dit la ballade du couchant (« Østenfor Sol Og Vestenfor Maane »), le songe mystérieux (« Kledt i Nattens Farger », « Ulvsblakk »), ou la route pastorale et ses pâturages (« Halling », « Utreise »). À la nudité du duo guitare/chant viennent se greffer violoncelle (« Nattleite ») ou flûte (« Naturmystikk »), donnant corps à la nature morte qui se charge d’un peu plus d’intensité dramatique. Le chant, effacé au profit des instruments, troque parfois la parole contre des vocalises polyphoniques dont l’esprit grégorien accompagne la contemplation du paysage. La pureté des mélodies emprunte également à la musique sacrée tantôt médiévale, tantôt renaissance, mais sans surenchère. Ici, c’est avant tout le romantisme de la nature qui prévaut, dans la tradition de la peinture nordique et de son culte de la ruine antique consommée par les siècles. Enfin, aucune percussion à l’exception du roulement d’« Ulvsblakk », qui jalonne discrètement un final où Ulver s’enfonçe toujours plus profond dans la sehnsucht si chère à ses cousins teutons.

Les metalleux « forever » diront de Kveldssanger qu’il est le parent pauvre de l’illustre trilogie épique. Mais s’il dénote par rapport à ses acolytes tous deux bien différents déjà, c’est qu’il relève de la même démarche : poser dans un style définit une pierre angulaire qui l’étalonnera par la suite. Le génie de cet album est qu’il s’y emploie tranquillement, en toute humilité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

just gnu it citer
just gnu it
07/12/2012 22:11
note: 8/10
Dead a écrit : J'ai toujours voulu l'écouter celui-ci mais j'ai jamais pris le temps. Musicalement ça a l'air plaisant mais ce chant... Moi qui réécoutait dernièrement du vieux Tenhi, ça fait mal Mr Green

Ouep le chant crispe un peu, chez moi ça opère une fois sur deux, mais sinon c'est le pied.
Dead citer
Dead
07/12/2012 21:16
J'ai toujours voulu l'écouter celui-ci mais j'ai jamais pris le temps. Musicalement ça a l'air plaisant mais ce chant... Moi qui réécoutait dernièrement du vieux Tenhi, ça fait mal Mr Green
Mitch citer
Mitch
07/12/2012 19:17
note: 8/10
langoustator a écrit : Mais qui va se coller à la chro de Nattens?

Geisterber !
langoustator citer
langoustator
07/12/2012 17:52
Mais qui va se coller à la chro de Nattens?
lkea citer
lkea
07/12/2012 14:02
Tu donnes envie - et me rappelles que je dois réécrire la chronique d'un certain album de Drudkh que j'ai mal jugé y a quelques temps...
just gnu it citer
just gnu it
07/12/2012 13:42
note: 8/10
Bonus wikipedia : ayant voulu pondre l’Album de folk classique, le groupe regrettera par la suite l’interprétation parfois approximative sans pour autant renier le contenu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulver
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (15)  8.17/10
Webzines : (10)  8.23/10

plus d'infos sur
Ulver
Ulver
Synth Pop - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Østenfor Sol og vestenfor Maane
02.   Ord
03.   Høyfjeldsbilde
04.   Nattleite
05.   Kveldssang
06.   Naturmystikk
07.   A cappella (Sielens Sang)
08.   Hiertets Vee
09.   Kledt i Nattens Farger
10.   Halling
11.   Utreise
12.   Søfn-ør paa Alfers Lund
13.   Ulvsblakk

Durée : 35:29

line up
voir aussi
Ulver
Ulver
The Assassination of Julius Caesar

2017 - House of Mythology
  
Ulver
Ulver
Bergtatt
(Et Eeventyr I 5 Capitler)

1995 - Head Not Found
  
Ulver
Ulver
Lyckantropen Themes

2002 - Jester Records
  
Ulver
Ulver
Nattens Madrigal
(Aatte Hymne Til Ulven I Manden)

1997 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Mike Scheidt
Mike Scheidt
Stay Awake

2012 - Thrill Jockey Records
  
Tenhi
Tenhi
Saivo

2011 - Prophecy Productions
  
Borknagar
Borknagar
Origin

2006 - Century Media Records
  
Ainulindalë
Ainulindalë
Nevrast

2014 - Autoproduction
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique