chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mors Principium Est - ...and Death Said Live

Chronique

Mors Principium Est ...and Death Said Live
Un revenant ? On croyait Mors Principium Est (MPE) mort et enterré depuis 2007… A vrai dire leur avenir semblait plus que compromis après le départ de l’unique compositeur (Jori Haukio) peu de temps après l’enregistrement de Liberation = Termination. Il sera suivi par l’autre guitariste fondateur, Jarkko Kokko… Malgré un silence pesant, les membres restants tenteront en vain de rassurer tous leurs adeptes sur le futur de MPE. Voilà que la magie d’Internet arrive. Les Finlandais postent en 2011 une annonce sur Facebook pour retrouver deux guitaristes. Si le recrutement échoue, l’histoire de MPE s’arrêtera là. Il en sera tout autre. Le Britannique Andy Gillion devient le lead guitariste, pour la rythmique il s’agira du Néozélandais (installé en Finlande dorénavant) Andhe Chandler. Armé de ses deux nouveaux musiciens, le groupe signera sur le label allemand AFM Records puis enregistrera ses instruments dans le studio de l’ex-guitariste Jori. MPE partira ensuite en Suède au Panic Room (Scar Symmetry, Torchbearer, AtomA…) pour le chant et le mixage. Mars 2007, Liberation = Termination. Décembre 2012, … and Death Said Live : clin d’œil à leur retour, celui d’une des plus grosses pointures du death mélodique.

Si vous recherchiez un vent de fraîcheur dans la scène en provenance de Finlande, ne continuez pas plus loin la chronique. Les deux nouveaux guitaristes ne se risquent à aucune expérimentation, reprenant le death/thrash mélodique typé suédois (At The Gates burné) et moderne laissé sur Liberation = Termination. Un bonheur de réentendre le chant criard de Ville, simple et toujours aussi redoutable avec ces quelques expérimentations vocales que l’on tentera d’imiter sous la douche (le break guttural de « Dead Winds of Hope » à 3:24, on en redemande !). Il en ira de même pour le jeu de batterie martial (presque robotique) de Mikko ne lésinant pas sur la double pédale, marque de fabrique qui a prouvé son efficience depuis Inhumanity. Ah ces deux premiers albums… Une pointe de nostalgie refera inéluctablement surface. Les écoutes défilent et on ne retrouvera pas l’atmosphère glaciale unique de The Unborn ni les hits intemporels de Inhumanity. Et que dire de cette recette usée par tous les pores : tempo survolté, soli de « guitar hero », nappes de claviers… Des faux airs d’un Kalmah par exemple (« The Meadows of Asphodel » en tête). Déception ?

Et bien non, plutôt une bonne surprise même ! Comme beaucoup, j’étais assez sceptique de ce remaniement radical de line-up (amputation de la tête pensante). La composition de … and Death Said Live passe cette fois à un niveau supérieur (la quantité de riff est assez impressionnante) et les prouesses techniques d’Andy surpassent de loin son prédécesseur. Chaque titre ayant droit à son solo infaisable et interminable (épaulé par Ryan Knight de The Black Dahlia Murder), le coup de grâce étant fait sur la monstrueuse conclusion « Dead Winds of Hope » (le meilleur titre de la galette). Pas vraiment de concession donc, l’efficacité reste l’objectif principal : tempo soutenu, riffs accrocheurs par poignée, son massif et ça dès l’ouverture « Departure ». Impossible de ne pas secouer sa crinière et de mimer le jeu de guitare (l’imparable « What the Future Holds? »), signe avant coureur d’une musique jouissive, rare en ces temps ! Pourtant quelques frayeurs viendront se glisser les premières écoutes. Le spectre du death mélodique « next gen » fadasse (le dernier Cipher System) pointera son nez sur quelques introductions mais sera de suite balayé par des riffs incisifs casse nuque (« Bringer Of Light », le hit « Ascension » ou « Destroyer Of All »). « Next gen » ? Un clavier bien mieux utilisé que sur son prédécesseur. En soutient, il rappellera par moment le souffle gelé et futuriste de The Unborn tout en accentuant cette impression de « densité » délivrée par la musique de MPE.

Cinq ans et demi que l’on attendait le quatrième album de Mors Principium Est… Forcément beaucoup feront la fine bouche sur ce retour in extremis et sans prise de risque des Finlandais. L’œuvre en demi-teinte Liberation = Termination prenait la poussière pour ma part. … And Death Said Live demeure quant à lui nettement plus carré et redoutable. Aucune surprise il est vrai mais la scène actuelle est tellement pauvre qu’on ne pourra que se laisser emporter par la musique de MPE. « 8/10 ? » hurleront certains. 7.75 n’étant pas possible avec le système de notation, on arrondi donc au chiffre supérieur. Peut-être que l’album suivant exposera des guitaristes plus « libres », obligés ici de reprendre les fondations laissés par Jori Haukio afin de rester dans l’esprit du groupe et de ne pas décevoir les fans. En attendant, un death/thrash mélodique sans baisse de régime de la sorte, je prends les oreilles grandes ouvertes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
23/12/2012 19:28
note: 8/10
Sacré reprise !
Invité citer
Moonshield
23/12/2012 18:05
Ah ouais quand même, j'avais pas connaissance de cette reprise...
Ben y' a de quoi se sentir coupable d'headbanguer la-dessus Moqueur
Mitch citer
Mitch
22/12/2012 19:28
note: 8/10
The Call, titre bonus de l'édition japonaise. Une reprise des.... Backstreet Boys ! Pas mal du tout en plus ! Mr Green
Invité citer
Systemosss
18/12/2012 20:18
J'ai mal aux fesses, je viens d'écouter les 4 premières et je suis en train de pleurer. J'avais arrêteé le death mélodique c'est dire...
Putain c'est énorme !
Invité citer
Moonshield
13/12/2012 16:57
Mais quelle bonne surprise, jpeux plus m'arrêter de l'écouter (et pourtant jsuis plus trop death mélo mais là obligé de leur reconnaitre un talent certain, bravo aux deux nouveaux). C'est vraiment énorme en tout points, des mélodies qui t'emportent la tête et un son qui démonte.
Carrément Digne de The Unborn en quoiqu'il en soit..
Niktareum citer
Niktareum
12/12/2012 19:56
J'avais zappé "L=T" je ne sais pas trop pourquoi parce que j'adore les deux premiers! Je pense me choper cici du coup! Sourire
cglaume citer
cglaume
12/12/2012 19:21
note: 7.5/10
NightSoul a écrit : ...Ce son et cette patte, c'est eux qu'ils ll'ont inventé.

C'est un débat dans lequel je ne rentrerai pas Mr Green
NightSoul citer
NightSoul
12/12/2012 17:37
note: 8/10
Ouais j'avais mal lu Sourire

C'est pas inventif pour un sou mais ce son et cette patte, c'est eux qu'ils ll'ont inventé.
cglaume citer
cglaume
12/12/2012 16:46
note: 7.5/10
Pas inventif pour un sou, mais bien sympa, on est d'accord !!
Mitch citer
Mitch
12/12/2012 16:00
note: 8/10
NightSoul a écrit : Jori Haukio a quitté le groupe après "The Unborn" en 2006 Clin d'oeil

Liberation = Termination est enregistré en septembre 2006. Il quitte le groupe en décembre 2006. D'où le long silence de MPE, sans compositeur. Clin d'oeil

EDIT : ah bah t'as corrigé ! Mr Green
NightSoul citer
NightSoul
12/12/2012 15:57
note: 8/10
Chro' qui donne envie en tout cas. L'un des rares groupes de Metal finlandais que j'aime et ne fait pas dans la finlandiniaiserie Gros sourire

En tout cas, le groupe de melodeath moderne le plus prometteur à l'époque et définitivement chef de file du genre grâce à cet album, je l'espère...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mors Principium Est
Death/Thrash mélodique
2012 - AFM Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.5/10
Webzines : (21)  7.25/10

plus d'infos sur
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Death/Thrash mélodique - 1999 - Finlande
  

tracklist
01.   The Awakening
02.   Departure
03.   I Will Return
04.   Birth of the Starchild
05.   Bringer of Light
06.   Ascension
07.   ...and Death Said Live
08.   Destroyer of All
09.   What the Future Holds?
10.   The Meadows of Asphodel
11.   Dead Winds of Hope

Durée : 46:19

line up
parution
14 Décembre 2012

voir aussi
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era

2014 - AFM Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
The Unborn

2005 - Listenable Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Inhumanity

2003 - Listenable Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Embers Of A Dying World

2017 - AFM Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  

Essayez aussi
God Dethroned
God Dethroned
Passiondale

2009 - Metal Blade Records
  
In Thy Dreams
In Thy Dreams
The Gate Of Pleasure

1999 - War Music
  
Gates Of Ishtar
Gates Of Ishtar
At Dusk And Forever

1998 - Invasion Records
  
Exhumation
Exhumation
Dance Across The Past

1998 - Holy Records
  
Wretched
Wretched
The Exodus Of Autonomy

2009 - Victory Records
  

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique