chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Early Graves - Red Horse

Chronique

Early Graves Red Horse
Pas la peine de créer un (faux) débat : oui, il y a bien pour Early Graves un avant et après la mort de Makh Daniels et oui, Red Horse s’affiche d’abord comme une déception. Pouvait-il en être autrement ? Le fatal Goner se suffit à lui-même et n’appelle ni à être égalé, ni copié. Que la formation de San Francisco ait décidé de continuer malgré le drame que l’on sait ne veut pas dire qu’elle se devait de poursuivre la voie tracée par son deuxième album ! L’embauche de John Strachan (chanteur de The Funeral Pyre) ne fait qu’appuyer cette idée, sa voix criarde se situant à l’opposé de celle à qui elle succède : Early Graves souhaite vivre sans profaner. Makh Daniels peut reposer en paix.

Malgré le respect qu’impose ce choix, il est au départ difficile de comprendre pourquoi les tombeurs ont sorti Red Horse. Comment ceux qui ont montré par leur furie l’inutilité de la scène blackened crust/metal peuvent décider de composer un disque… de blackened crust/metal ? Voir la rondelle affublée d’un pentagramme, entendre les guitares sortir leurs riffs tantôt wannabe-bm tantôt à la limite du jumpy (la lead de « Days Grow Cold » bon dieu !), la batterie se caler avec une impression de « savoir-faire » qui n’a pas sa place quand on parle de dérapages devant au moins sembler incontrôlés (du d-beat en break à la relance en blasts, les poncifs poncent et lustrent avec l’application de Martyrdöd et son Paranoia n’ayant « de salon » que l’odeur de nettoyant multi-usage servant à son ménage), ressentir le nombre de prises de son qu’a dû demander un morceau comme « Pure Hell » et ses notes stridentes typées Kurt Ballou circa Axe To Fall, clairement, ça fait mal. Et pas comme on le voudrait.

Appelons les choses par leur nom : Red Horse est l’album Cvlt Nation d’Early Graves, celui où le neocrusteux à écarteurs et T-shirt The Secret s’invite à une cocktail party – au Molotov bien entendu – pour faire le méchant, placer ses « sick », « rad », « apocalyptic » et craquer ses billets de vingt au merch en croix inversées. Sûr que ça fait mauvais genre et que les Ricains perdent beaucoup de leur superbe mais difficile de résister aux tubes ici présents ! Si Goner est une course aux foulées indifférenciées, le cheval rouge enchaine refrains fédérateurs, départs quasiment qu’en mode bourre (à croire qu’il s’agit d’une private joke !) et soli aux deux tiers des morceaux où le sentiment de perte finit par laisser place à la distraction simple de se latter la tronche, pas par rébellion, pas par sauvagerie, juste parce que « c’est marrant » : « Death Obsessed » et ses lignes de chant répétées laissent les neurones en pelote et le sourire en sang ; les glorieuses leads introduisant et concluant le disque ont l’héroïsme bêta du (bon) heavy metal ; le final de « Skinwalker » est un grand moment de crust avec lunettes Ray-Ban (DON’T CROSS THAT LINE/SPARE YOURSELF !) ; « Apocalyptic Nights » a la raideur bestiale et définitive de l’essai-que-vous-savez… Tout cela laisse penser qu’on n’est pas prêt de mettre le quintet au même rang que les seconds couteaux qu’il peut paraître côtoyer ici de près.

Bien qu’il soit moins présent, Early Graves arrive tout de même à conserver ce fond hostile faisant sa rareté. La production signée Tom Green arrache un peu trop la gueule pour se dire que les Ricains sont venus uniquement faire ami-ami, de même qu’un John Strachan à la voix black écorchant chaque syllabe à s’en arracher la tête. Red Horse utilise des armes plus communes que ses prédécesseurs mais tire comme peu et la note n’est abaissée qu’à cause d’un chroniqueur fatigué du genre (coucou) ainsi qu’une envie d’accalmie à mi-parcours dispensable sur ces trente minutes acceptant mal le temps mort (la fin acoustique de « Days Grow Cold » rappelant la faute de goût « Rest » sur We, The Guillotine). À la vue de ce qu’ils ont traversé, je me vois mal leur reprocher de vouloir s’amuser et espère que ce longue-durée davantage dans les normes leur fera gagner en France la popularité qu’ils ont de l’autre côté de l’Atlantique afin qu’ils se décident enfin à nous rendre visite. Qui est prêt à lancer une bouteille à la mer ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

citer
(ancien membre)
13/12/2012 18:29
note: 7/10
Ben moi je l'aime bien cet album, na !
Au fait j'ai pas d'écarteur ni de t-shirt The Secret.
Arf !
De plus le verre n'est pas biodégradable alors faut pas lancer de bouteille à la mer.
Arf bis !
Krokodil citer
Krokodil
13/12/2012 10:11
note: 6/10
"juste parce que c'est marrant".
tout est dit
gulo gulo citer
gulo gulo
13/12/2012 10:05
note: 5/10
Je ne leur jette pour ma part aucune pierre, ni ne réclame (comme un metalhead bas du front bon teint) qu'ils auraient dû changer de nom c'est honteux quel manque de respect pour les fans : qu'ils s'amusent bien.
Mais il se trouve que je n'aime pas The Funeral Pyre, et que un seul album de The Great Deceiver me suffit très bien.
AxGxB citer
AxGxB
13/12/2012 09:05
Légère déception me concernant. J'en suis encore à peu d'écoutes donc mon avis n'est pas fixé mais je regrette évidement le chant de Makh Daniels. Quoi qu'il en soit, un bon album malgré tout.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Early Graves
Blackened Crust/Metal
2012 - No Sleep Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  6/10
Webzines : (9)  7.03/10

plus d'infos sur
Early Graves
Early Graves
Blackened Crust/Metal - Etats-Unis
  

vidéos
Red Horse
Red Horse
Early Graves

Extrait de "Red Horse"
  

tracklist
01.   Skinwalker
02.   Misery
03.   Days Grow Cold
04.   Red Horse
05.   Apocalyptic Nights
06.   Death Obsessed
07.   Pure Hell
08.   Quietus

Durée : 32 Mns

line up
parution
30 Octobre 2012

voir aussi
Early Graves
Early Graves
Goner

2010 - Ironclad Recordings
  

Essayez aussi
Martyrdöd
Martyrdöd
Martyrdöd

2003 - Plague Bearer
  
Oathbreaker
Oathbreaker
Eros|Anteros

2013 - Deathwish Inc.
  
Fukpig
Fukpig
3

2012 - Devizes Records
  
Wildspeaker
Wildspeaker
Spreading Adder

2017 - Prosthetic Records
  

Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique