chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goatsnake - Trampled Under Hoof

Chronique

Goatsnake Trampled Under Hoof (EP)
Drôle de EP que ce Trampled Under Hoof. Sorti en 2004, soit quatre ans après l'excellent Flower Of Disease, ce dernier couvre pourtant une période allant de 1999 à 2004. On peut donc facilement avancer que l'enregistrement de ce EP semble avoir été plutôt décousu dans le temps puisque concernant les trois premiers titres, guitare et batterie ont été enregistré en 2002 alors que la basse et le chant ne l'ont été qu'en 2004, soit deux ans plus tard. De même pour les deux derniers titres, puisqu'il s'agit de deux reprises dont l'enregistrement remonte à 1999. Et si l'on retrouve encore Guy Pinhas (basse) et Greg Rogers (batterie) sur ces deux derniers morceaux, les trois premiers marquent cependant l'arrivée de Scott Reeder (Kyuss, Fu Manchu...) et John-Robert Conners (Cave-In) dans l'entité qu'est Goatsnake. Ca va, vous suivez?

Quatre ans après un premier album redoutable d'efficacité, Goatsnake n'a pas changé sa formule d'un iota et continue de proposer un délicieux mélange de Stoner ensoleillé et de Doom un brin obscure et surtout moins enjoué. Mais si la recette demeure inchangée, les proportions ont quant à elles été revues. Ainsi, l'aspect purement Stoner tend ici à s'estomper au profit d'un Doom évidemment plus sombre et écrasant. Trampled Under Hoof débute ainsi avec l'excellent "Portraits Of Pain" et ses sept minutes aussi menaçantes qu'envoûtantes. Le titre s'ouvre par un riff lourd et terriblement sinistre, la batterie se joint alors rapidement pour l'épauler avant que n'arrive la voix toujours aussi impeccable de Pete Stahl. Goatsnake joue de cette lourdeur jusqu'à 1:55, moment où le rythme s'accélère finalement, gagnant ainsi en légèreté, avant de redescendre puis remonter puis redescendre... Un sorte de yoyo rythmique tantôt hypnotique tantôt entrainant. Avec "Black Cat Bone", on retrouve un Goatsnake allégé de toute idée de noirceur. Avec moins de trois minutes au compteur, Goatsnake se contente d'aller à l'essentiel avec un titre mélodique et surtout imbibé d'une bonne grosse dose de groove. La bande-son parfaite pour un roadtrip en plein Palm Desert. "Juniors Jam", malgré un début nettement plus lourd, reprend peu ou prou la même formule, soit un Stoner Rock entrainant et "facile" qui se laisse déguster avec une main sur le volant et un bras à la fenêtre. Si les riffs sont peut-être plus anecdotiques, on appréciera quand même le refrain fédérateur et surtout le redoutable break à 5:03. Plutôt inoffensif aux premières écoutes, ce titre se délie avec le temps pour s'apprécier désormais pleinement. Le chant de Stahl fait encore des ravages, surtout lorsqu'il grimpe dans les hauteurs. "Juniors Jam" se clôture par un échange étonnant entre un harmonica et un coq de basse-cour avant de glisser petit à petit vers long moment de blanc servant probablement à faire le distinguo entre les trois morceaux écrits et composés par Goatsnake des deux reprises qu'il interprète à la fin de ce EP.
Deux reprises, "Burial At Sea" de Saint Vitus et "Hot Rod" de Black Oak Arkansas. Honte à moi mais je ne connais ni l'une ni l'autre. Ceci étant, la reprise de "Burial At Sea" demeure fidèle à l'image que je me fait de ce titre par Wino et sa bande. 90% de lourdeur et 10% de groove. Un titre lourd, dégageant quelque chose d'effrayant. Un soupçon de magie noire, une atmosphère presque incantatoire... Et puis il y a cette voix, celle de Pete Stahl que l'on connait déjà mais aussi et surtout ce chant nasillard et possédé du meilleur effet. Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec "Hot Rod", titre sur lequel Stahl nous gratifie d'une prestation incroyable, à mille lieux de son registre habituel. Comme habité par je ne sais quel feu intérieur, notre homme délivre une prestation halluciné et hallucinante. Brillant et foutrement rock'n'roll.

Quatre ans après un Flower Of Disease devenu aujourd'hui incontournable, Goatsnake revient avec seulement trois nouveaux titres et deux reprises. Un peu juste pour un groupe de cette trempe dont les amateurs attendaient forcément beaucoup. Ces quelques titres sont-ils moins bons pour autant? Bien sur que non. On retrouve le Goatsnake de l'excellent Flower Of Disease avec une pointe de noirceur en plus. Malheureusement, et bien que le groupe semble toujours actif, Trampled Under Hoof constitue à ce jour leur dernier enregistrement (exception faite de la compilation 1 + Dog Days sortie la même année). Une manière un peu brutale de mettre fin à une carrière pourtant si bien débutée, vous en conviendrez.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatsnake
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (7)  4.1/5

plus d'infos sur
Goatsnake
Goatsnake
Stoner / Doom - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Portraits Of Pain  (07:00)
02.   Black Cat Bone  (02:52)
03.   Juniors Jam  (09:05)
04.   Burial At Sea (Saint Vitus Cover)  (08:41)
05.   Hot Rod (Black Oak Arkansas Cover)  (03:19)

Durée : 30:57

line up
parution
10 Août 2004

voir aussi
Goatsnake
Goatsnake
Flower Of Disease

2000 - Man's Ruin Records
  
Goatsnake
Goatsnake
1 + Dog Days (Compil.)

2004 - Southern Lord Recordings
  
Goatsnake
Goatsnake
Black Age Blues

2015 - Southern Lord Recordings
  

Essayez aussi
Electric Wizard
Electric Wizard
Black Masses

2010 - Rise Above Records
  
Sleep
Sleep
Sleep's Holy Mountain

1993 - Earache Records
  
Monolord
Monolord
Empress Rising

2014 - Easyrider Records
  
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
Windhand
Windhand
Eternal Return

2018 - Relapse Records
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique