chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Borgne - Royaume des Ombres

Chronique

Borgne Royaume des Ombres
BORGNE a mis du temps avant de prendre son envol vu que la démo (I) est sortie en 1998 et qu’il a fallu attendre 9 ans pour avoir un premier album (II, 2007), mais il s’est vite rattrapé par la suite et vient de sortir en 2012 son 6ème album. Ce n’est pas seulement par cette forte activité qu’il fait parler de lui mais aussi parce que son label, Sepulchral, le met bien en avant et lui fait bénéficier de la belle promotion dont bénéficient chacun de ses poulains. Le label canadien généralement habitué aux groupes de sa nationalité (FORTERESSE, BRUME D’AUTOMNE, SOMBRES FORETS, GRIS...) héberge cet intrus suisse depuis 2009, et un IV qui fut le dernier nommé par une chiffre romain. Le suivant sorti un an plus tard présentait un nom « normal », Entrâves de l’Âme, débutant un cycle qui devrait former une trilogie selon Ormenos, le chef d’orchestre qui fait appel à d’autres bras, mais sans leur laisser la moindre tâche créative. Ils ont seulement à exécuter ce qu’il a imaginé. Et c’est la même méthode qui se retrouve sur cette deuxième partie, dont les numéros de titres vont de 8 à 13, pour succéder aux 7 de l’album précédent. La troisième partie n’est pas encore annoncée, mais le livret contient un petit indice quant à son titre puisqu’on y trouve le message suivant : « L’oeil marqué de sang, tu devras franchir les portes et toutes les entrâves de l’âme. Tu nous rejoindras dans le royaume des ombres pour assister au règne des morts. ».

Le livret contient comme d’habitude une liste de groupes amis, qui ont soit influencé le groupe, soit tourné avec lui. Et cette fois-ci on retrouve des groupes très éloignés musicalement de BORGNE tels KAWIR, TSJUDER ou encore URGEHAL au milieu de ceux qui partagent son monde comme DARKSPACE, PAYSAGE D’HIVER, FORTERESSE et DE SILENCE ET D’OMBRE. Comme ces premiers, Suisses aussi, BORGNE assène un black atmosphérique rapide emmené par une batterie survoltée. Elle crée des ambiances parfois martiales qui sont bien contrebalancées par des riffs mélodiques et hypnotiques ainsi que des claviers aux sons cosmiques. Les mauvaises langues demanderont si c’est du réchauffé... Et bien non car malgré l’apparent manque d’originalité, il y a un réel talent pour plonger l’auditeur dans un lieu sombre et embrumé où des esprits tourmentés viennent répandre la désolation.

Mais la réelle réussite de ce Royaume des Ombres vient d’une variété plus forte que sur les albums précédents. Ce sont des parties calmes, des changements de rythme plus fréquents et bien plus de textures diverses sur chaque morceau. Après une introduction instrumentale de 5 minutes qui vient poser le décor habituel, « Suffer As I Paid My Grave » débute et se révèle excellent lorsque l’ambient terrifiant fait place à la 4ème minute à des apports spatiaux et des choeurs habités, idéalement superposés au reste. Les 11 minutes de ce titre sont intenses et terriblement prenantes ! C’est sûrement le meilleur passage de l’album, mais d’autres bons moments sont à noter comme le long final éthéré de « All these Screams Through Me » qui nous donne l’impression d’entrer dans un cocon à la fois protecteur et fragile, prêt à casser à tout moment. Ce sentiment est provoqué grâce à l’intégration d’un piano à la délicatesse inhabituelle, qu’on aurait aimé entendre plus souvent. Quant à « The Last Thing You Will See », il se fait remarquer par une énergie pessimiste débordante et contagieuse absente des autres titres. Les guitares s’y font plus acérées et créent une tornade de monstruosité inarrêtable. Les deux autres morceaux sont bons mais plus classiques et proches des albums antérieurs. S’ils touchent un poil moins, ils sont tout de même porteurs d’une misanthropie palpable, créant une anxiété que ne renierait pas STRIBORG.

Ces 6 titres sont très bien construits et forment un tout sans se répéter. Ils ont beau être longs, ils parviennent à maintenir l’attention et à pénétrer notre cervelle pour nous hanter une bonne heure. BORGNE s’est véritablement surpassé sur ce Royaume des Ombres qui devient sans aucun doute son meilleur essai, très addictif. Vivement la suite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
25/08/2019 00:07
L'ambiance est indescriptible. La pochette en dit long sur la musique. Quelle pépite!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/01/2013 01:02
note: 9/10
J'avais trouvé Entraves de l'Ame un peu trop linéaire. Ensuite, c'est comme d'habitude une question de sensibilité. Ce "nouvel" album est plus aérien, et cela pourra déplaire.
Invité citer
Lynch
10/01/2013 22:52
Bah , j'ai beaucoup mieux aimé Entraves de l'Âme.
valdre citer
valdre
10/01/2013 21:36
note: 8.5/10
Des compositions Toutes aussi bonnes qu'Entraves de l'Âme! Cela dit, celui-ci souffrait selon moi d'une moins bonne production.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Borgne
Black Atmosphérique
2012 - Sepulchral Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  8.25/10
Webzines : (14)  8.38/10

plus d'infos sur
Borgne
Borgne
Black metal ambiant - 1998 - Suisse
  

tracklist
01.   Fall of the Lost Souls
02.   Suffer as I Paid My Grave
03.   In the Realm of the Living I'm Dead
04.   Only the Dead Can Be Heard
05.   All These Screams Through Me
06.   The Last Things You Will See

Durée : 60 min.

line up
parution
14 Juin 2012

voir aussi
Borgne
Borgne
Règne des morts

2015 - Those Opposed Records
  
Borgne
Borgne
[∞]

2018 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  
Entartung
Entartung
Krypteia

2012 - World Terror Committee Records
  
Wiegedood
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III

2018 - Century Media Records
  
Alda
Alda
:Tahoma:

2012 - Pest Productions
  
Àrsaidh
Àrsaidh
Roots

2013 - Darker Than Black
  

Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique
State Faults
Clairvoyant
Lire la chronique
Japanische Kampfhörspiele
Verk Ferever
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast