chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Marduk - Warschau

Chronique

Marduk Warschau (Live)
Afin de célébrer les 15 ans d'existence du groupe, ainsi qu'un changement fondamental de line up marquant l’arrivée de Mortuus au chant (emblématique chanteur de Funeral Mist venant juste d’enregistrer « Plague Angel », et remplaçant Legion, qu’on aurait cru indétrônable), Marduk inaugure avec « Warschau » son 3e album live, après un « Live in Germania » témoin des débuts prometteurs du groupe et l’ultra dense « Infernal Eternal » qui tenait sur 2 CDs. « Warschau » est à sa manière un brin plus digeste (sic), ne proposant « que » 77 minutes du plus brutal des BM qui soit, soit un concert intégral de la tournée promouvant « Plague Angel ».

Cet album est considéré à juste titre comme précurseur d’une période nouvelle pour Marduk, et que l’on aime ou pas les albums qui en auront découlés, force est de reconnaître que « Plague Angel » est l’une des pierres angulaires de la discographie des Suédois, et c’est avec un plaisir énorme que l’on retrouve ici plus de la moitié des titres de ce dernier. On pourra regretter l’absence de nombreux classiques de l’époque Legion, mais plus d’une heure de concert me parait un effort déjà suffisamment important pour en couvrir le plus possible. Est-il nécessaire de s’attarder longuement sur l’exécution de ces 17 titres, une fois que l’on a identifié Emil comme le meilleur batteur qu’aura jamais eu Marduk (et j’ai envie de dire tous les groupes dans lesquels il a joué ou jouera), et le chant éraillé de Mortuus comme immédiatement adapté au Brutal Black des Suédois ? Bien qu’on l’on sente le frontman de Funeral Mist un peu plus à l’aise avec les titres qu’il a co-écrit que les anciens, les référentiels « Slay the Nazarene » et « Burn My Coffin » ne sont pas défigurés pour autant par ces réinterprétations. Le mixage des instruments est quand à lui proche de la perfection, permettant d’identifier les lignes de basses aussi clairement que les innombrables matraquages de caisse claire ; et l’ensemble sonne parfaitement naturel et probablement peu (pas) retouché.

Mais au-delà de la parfaite exécution des titres, ce qui marque réellement ce live du sceau des grands instants est cette ambiance de messe noire qui y réside, portée en grande partie sur les épaules d’un Mortuus qui imagine dégoulinant de sueur et de maquillage, peut être de sang, alors qu’il annonce d’un chant démoniaque « Thrones of Rats », « Panzer Division …. MARDUUUUK » (le public s’y essaiera, mais on ne lutte avec un Mortuus qui écrase littéralement la concurrence auditive quand il s’agit d’hurler le nom de son propre groupe), « Azrael », « Slay The Nazarene »…tous ces classiques sont incantés d’une voix de possédé, qui joue pour beaucoup dans l’ambiance donné au concert. Et alors que le public réclame à juste titre le morceau qui donne son nom à leur ville de résidence et à l’album dès le 3e titre, il faut attendre la toute fin du concert pour que l’énorme, que dis je, l’énormissime « WARSCHAAAAUUU » ne soit enfin exécuté, marquant l’un des temps forts du concert sur sa toute fin, lorsque Mortuus éructe jusqu’à plus soif le titre éponyme sur fond de tempête de blasts…

Marquant le tournant d’une nouvelle étape dans la carrière de Marduk, « Warschau » est un excellent live qui témoigne de la férocité toujours intacte du quatuor Suédois malgré son changement de personnel. Et à l’aube de l’année 2013 soit 8 années plus tard, le line up presque inchangé (bien qu’Emil ait quitté le groupe après cet enregistrement) fait encore ses preuves sur les planches du monde entier. Bravo messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
18/01/2013 14:56
Hum alors étant faché avec Marduk depuis un moment et n'ayant jamais compris ce qu'on pouvait bien trouvé de bon à Mortuus je suis allé comparer les deux versions de "Burn my coffin" (celle de ce live et celle sur "Those of the Unlight",) bon outre le son qui est meilleur sur le live (normal 93 ça fait 20 ans quand même) et encore, plus "propre" mais bien plus plastique (ce que j'aime pas trop dans le BM tradi, alors que dans le BM plus indus ça me va très bien), le chant par contre est une horreur; non décidément Mortuus j'adhère pas, dans le break quand le chant se pose et fait des envolées aiguës (enfin sur l'original) ben c'est la cata...

Je reste avec mon Marduk pré Panzer.
von_yaourt citer
von_yaourt
14/01/2013 19:01
note: 4/5
Très bon live, même si je lui préfère les précédents. Avec B.War le line-up aurait été de loin le plus abouti qu'ils aient eu.

Sinon aujourd'hui sur cette c'est loin d'être aussi bon, leur batteur laisse à désirer et leur set-list est remplie des merdasses des trois derniers albums.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Marduk
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (4)  4.13/5
Webzines : (8)  3.85/5

plus d'infos sur
Marduk
Marduk
Black Metal - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   The Hangman Of Prague
02.   Seven Angels, Seven Trumpets
03.   Slay The Nazarene
04.   Azrael
05.   Burn My Coffin
06.   Panzer Division Marduk
07.   Blutrache
08.   Bleached Bones
09.   The Black...
10.   Steel Inferno
11.   On Darkened Wings
12.   With Satan And Victorious Weapons
13.   Throne Of Rats
14.   To The Death's Head True
15.   Sulphur Souls
16.   Warschau
17.   Wolves

line up
voir aussi
Marduk
Marduk
Obedience (EP)

2000 - Osmose Productions
  
Marduk
Marduk
Wormwood

2009 - Regain Records
  
Marduk
Marduk
Viktoria

2018 - Century Media Records
  
Marduk
Marduk
Iron Dawn (EP)

2011 - Regain Records
  
Marduk
Marduk
Those Of The Unlight

1993 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Leviathan
Leviathan
True Traitor, True Whore

2011 - Profound Lore Records
  
Duszę Wypuścił
Duszę Wypuścił
Ludowy nihilizm absolutny (EP)

2010 - Devoted Art Propaganda
  
Ende
Ende
Emën Etan

2017 - Obscure Abhorrence Productions
  
Balmog
Balmog
Vacuum

2018 - War Anthem Records
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  

Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique