chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
177 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Diocletian / Weregoat - Disciples Of War

Chronique

Diocletian / Weregoat Disciples Of War (Split-CD)
Diocletian poursuit sans relâche sa conquête des bas fonds obscures et crasseux de l'underground avec une année 2012 particulièrement chargée pour le groupe: une tournée en Europe qui a pris soin d'éviter la France (à l'exception d'une date à Strasbourg), un EP édité spécialement pour celle-ci et intitulé à juste titre European Annihilation (j'espère toujours mettre la main dessus à moindres frais), une compilation regroupant l'intégralité (ou presque) des premiers enregistrements du groupe (Annihilation Rituals) et enfin un split en compagnie des américains de Weregoat paru en octobre dernier sur l'excellent Dark Descent. Si en plus de cela on compte les quelques projets parallèles dans lesquels gravitent certains membres de Diocletian (Witchrist en tête), autant dire que ces messieurs n'ont pas chômé.

Deux ans après un excellent War Of All Against All, Diocletian signe là un retour timide. Timide parce que sur les trois morceaux proposés par le groupe néo-zélandais, seul "War Messiah" se présente comme un titre inédit. En effet, "Gesundrian" est tiré du split "Chaos Rising" partagé avec les australiens de Denouncement Pyre alors que le titre "Master Enslaver" est issu du EP Decimator. Deux morceaux que l'on retrouve également sur la compilation Annihilation Rituals... Pas grand chose de neuf à se mettre sous la dent pour le fan de la première heure mais un bon moyen pour Diocletian de recycler ses plus vieux titres tout en proposant à ceux qui, comme moi on découvert le groupe à travers Doom Cult, de rattraper leur retard. Ceci étant, précisons quand même que ces titres ont été réenregistrés pour l'occasion. Aussi, fidèle à son image de groupe occulte, Diocletian n'a rien changé de sa formule et propose aujourd'hui encore ce même War Metal bestial, primaire et particulièrement étouffant. Une musique noire, impénétrable et terriblement malsaine qui demandera toujours autant d'efforts et d'écoutes pour en cerner les moindres détails. La faute, encore et toujours, à une production hermétique, faisant ressembler la musique des néo-zélandais à une véritable bouillie sonore... Enfin ça, c'est pour les quelques malheureux non-initiés. Les autres, ceux en mesure d'apprécier cette musique à sa juste valeur, seront une fois de plus séduit par ce Black/War Metal monolithique, blasphématoire et sinistre que se plaît à jouer Diocletian. L'auditeur se retrouve alors très vite hypnotisé par une batterie qui roule, cogne et frappe à l'arrière plan alors qu'une guitare sinistre ne cesse de déverser ses riffs froids et menaçants dans un chaos innommable. Le chant bestial et démoniaque se rajoute à cette affreuse équation. Des cris et des growls presque incompréhensibles qui fusent dans tout l'espace sonore crée par Diocletian, tels des lamentations spectrales à vous rendre littéralement fou. Diocletian fait preuve d'une constance dans l'excellence, suscitant ainsi excitation et impatience quant à leur prochain album.

Pour peu que vous ayez la tête en l'air, la transition avec Weregoat se fait sans crier gare. Originaire de Portland dans l'Oregon, le groupe compte en son sein des membres ou ex-membres de Ritual Necromancy, Aldebaran, The Howling Wind, Splatterhouse, Lord Gore, Frightmare, Engorged... Si le groupe n'en est pas à son premier coup d'essai, il ne compte à son actif qu'un EP intitulé Unholy Exaltation Of Fullmoon Perversity paru en 2011 sur Parasitic (version vinyle) et en 2012 sur Dark Descent (version CD). Malgré une prédisposition pour jouer dans des groupes de Gore Death, les membres de Weregoat ont décidés de s'orienter ici vers d'autres sonorités. Ainsi, nos trois acolytes s'adonnent à un Black/War Metal tout aussi obscure et impénétrable que celui de Diocletian. La production se révèle presque aussi hermétique si ce n'est que les guitares sont tout de même davantage mises en avant. Le groupe de Portland use ainsi des mêmes codes, proposant exactement le même genre de morceaux que ses compagnons d'infortune. Une musique primaire et bestiale qui brille par son absence de finesse mais qui n'est pas sans nuances. Comme Diocletian, Weregoat se plait à casser le rythme de ses morceaux, partant souvent sur les chapeaux de roue avant de plomber davantage l'atmosphère grâce à des parties lourdes et menaçantes. Là où Weregoat se distingue cependant de Diocletian, c'est par un chant moins fou et schizophrène. Contrairement aux Néo-Zélandais, le rôle n'est tenu ici que par une seule personne (contre deux chez Diocletian), offrant donc moins de variété. Un détail mais qui fait la différence à l'écoute de ces trois excellents titres.

Passé à côté du EP de Weregoat lors de sa sortie, voilà pour moi un bon rappel à l'ordre. Les deux groupes évoluent ici dans le même registre, faisant ainsi de Disciples Of War un split cohérent et consistant puisque l'on frise ici la demi heure. Certes, pour l'effet de surprise on repassera mais pour le reste Diocletian et Weregoat ont fait ici un excellent boulot. Idem pour le superbe artwork de Daniel Desecrator qui en dit long sur le contenu de ce split et justifierai presque à lui seul l'achat de ce split.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Diocletian / Weregoat
Black / Death Metal
2012 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Diocletian
Diocletian
Black / Death Metal - 2004 - Nouvelle-Zélande
  
Weregoat
Weregoat
Black / Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
Diocletian
01.   War Messiah  (04:38)
02.   Gesundrian  (04:01)
03.   Master Enslaver  (05:11)

Weregoat
04.   Primal Hordes Of Intolerant Hate  (06:04)
05.   War Of Apocalyptic Aggression  (04:15)
06.   Crushed Beneath The Banner Of Baphomet  (04:11)

Durée : 28:20

parution
30 Octobre 2012

voir aussi
Weregoat
Weregoat
Pestilential Rites Of Infernal Fornication

2017 - Vault Of Dried Bones
  
Diocletian
Diocletian
Doom Cult

2009 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
Gesundrian

2014 - Osmose Productions
  
Diocletian
Diocletian
War Of All Against All

2010 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvrning God

2019 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Combustion Spontanée
Combustion Spontanée
Horraura

2006 - Autoproduction
  
Emptiness
Emptiness
Nothing But The Whole

2014 - Dark Descent Records
  
Hyems
Hyems
Antinomie

2007 - Restrain Records
  
Thulcandra
Thulcandra
Fallen Angel's Dominion

2010 - Napalm Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Kiss The Goat

1995 - No Fashion Records
  

Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Stabat Mater
Give Them Pain (Compil.)
Lire la chronique
Hexekration Rites
Desekration Manifesto (EP)
Lire la chronique
Fange
Pudeur
Lire la chronique
Grift
Budet
Lire la chronique