chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Spektr - Cypher

Chronique

Spektr Cypher
2012 vient à peine de se finir que les hostilités reprennent déjà avec une des attentes les plus fortes de ce début d'année.

En tête de liste chez les amateurs de Black torturé et avant-gardiste, Spektr, énigmatique formation Française, nous revient après cinq ans d'absence. Mais si, souvenez-vous, Spektr avait déjà marqué le public avec les sorties respectives de « Et Fugit Intera Fugit Irreparabile Tempus » en 2004 et de « Near Death Experience » en 2006 : deux disques qui montraient la progression et développaient la personnalité du duo formé par Hth (Haemoth) et kl.K (Battlehorns). S'en est suivi un EP délicatement nommé « Mescalyne » -et chroniqué sur ces pages-, puis plus rien...

Les annonces faites sur « Cypher » semblaient néanmoins un peu déroutantes puisqu'elles abordaient un concept-album sans aucune voix. Après tout, pourquoi pas, Spektr ne serait pas le premier groupe à tenter l'expérience... Mais tout de même, tenir des titres-fleuves assez longs en prenant le risque de ne pas combler un petit manque d'originalité dans un riff par un cri décharné n'est pas chose aisée. Avec un tel concept, Spektr se doit d'être impeccable sur chaque note composant « Cypher ». Comment faire donc pour que la musique se suffise à elle-même ?

Les deux musiciens semblent avoir trouvé la solution : la basse. C'est la première chose qui m'a frappé en tant qu'amateur du groupe depuis leur première production. Dans ce dernier effort, il est clair que la grand nouveauté, c'est cette basse qui change d'octave régulièrement et permet de donner un aspect résolument chantant aux compositions (« The Singularity », « Antimatter »...). Un choix déboussolant car faire chanter la basse dans un esprit oscillant entre certains passages rappelant les breaks bluesy du « Halmstad » de Shining ou même parfois proche des cassures d'octaves présentes dans des groupes de Drum'n'bass tels que Pendulum n'est pas ce qui semble caractériser l'univers très angoissant de Spektr... La fin du titre « Antimatter » montre bien ce chancellement ou la basse oscille entre mélodies prenantes et sauts d'octaves. Un résultat au final bien déstabilisant et confèrent une sorte de micro-climat chaleureux au milieu de la froideur habituelle des frenchies...

Ce choix apporte donc une tension particulière et mélodique qui n'entrave en rien la dominante horrifique de la musique du duo. D'ailleurs, au registre des nouveautés, on pourra noter quelques clin d’œils musicaux assez couillus, comme ce pattern de jazz très chabada qui ouvre la piste dénommée « Teratology » ou encore ce sample de voix volontairement modifiées de manière très grave sur le titre éponyme (un procédé de modification qui me fait personnellement penser aux introductions de certaines musiques électroniques telles que « Existence VIP » d'Excision). On notera aussi beaucoup d'effets posés sur les guitares, comme des réverbérations, ou des flangers qui appuient une certaine volonté de diversification du son, au point de faire parfois passer les riffs de guitares pour des nappes obscures, électroniques et synthétisées (« Cypher »).

Pour autant, Spektr reste le groupe formé de kl.K et d'Hth, ce qui pèse tout de même sur la musique proposée ici. Le son des guitares est toujours sursaturé comme sur les anciens opus et la technique de riffing particulière mêle ici encore ce feeling brutalo-traditionnel et ces arpèges dissonants. De même on constatera que la façon dont Spektr agence ses placements de bruitages ambiants reste fidèle à ce qui était déjà en place sur « Near Death Experience ». Cette expérience savamment remodelée ici se retrouve également dans la production, un poil plus lisse que celle de « Mescalyne » mais clairement identifiable dès les premières notes. Au final la recette impulsée par le duo incorpore de nouvelles références musicales à une ossature technique respectée et maîtrisée de bout en bout. Le travail de fusion est cohérent et c'est ce qui donne à « Cypher » une personnalité originale tout en étant bien attachée à l'univers de Spektr.

Que dire de plus ? Que Spektr est bel est bien au rendez-vous en 2013 et qu'il conforte sa position de valeur sûre. Une fois de plus, la formation surprendra tout en restant fidèle à son style, ce qui ravira bien entendu les fans de la première heure. « Cypher » est une acquisition fidèle à elle-même, loin d'être décevante, évitant les pièges du radotage et provoquant une once d'excitation lors de la découverte des nouveaux éléments apportés. Un groupe qui ne déçoit pas, alors, elle est pas belle la vie ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
10/06/2013 17:06
note: 7.5/10
Comme le nain de Twin Peaks : difforme, dérangé et jazzy (même carrément dansant sur certains passages black) mais, et c'est là son unique défaut, pas aussi glauque que supposé à la première rencontre.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
23/01/2013 23:17
note: 8/10
Je trouve que Gulo est plutôt dans le vrai. J'aurais pas pensé à Lynch personnellement à l'écriture de la chro, mais c'est vrai qu'en fin de compte on retrouver ce côté imaginaire/mystique paradoxalement bien ancré dans la réalité dans ce qu'à pu faire Spektr sur ce disque. Je trouve que c'est une bonne comparaison.
citer
(ancien membre)
23/01/2013 17:19
Tiens j'ai eu le gout de m'inscrire hier, pour en revenir a Spektr gulo gulo ,en l'écoutant , honnêtement David Lynch me serais pas nécessairement venu a l'esprit, et mon pseudo a été choisi sans trop réfléchir.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/01/2013 07:19
Tu inverses les choses : n'ayant jamais vu ton pseudo auparavant, j'ai surtout pensé que tu avais été influencé par le disque dans le choix de ton pseudo pour poster, mon petit pote.
Invité citer
Lynch
23/01/2013 03:04
gulo a surement été inspiré inconsciemment par mon pseudo Clin d'oeil
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/01/2013 19:53
note: 8/10
Je suis tout à fait d'accord : pour un disque sans chant, c'est très digeste et l'album passe en suivant le fil conducteur produit par la musique.

Par contre mon cher gulo, je ne pense pas que le propos de Blacklodge soit lynchien... Même si le groupe offre quelques références, c'est clairement de la musique sous acide pour auditeur en pleine exaltation, finalement presque à l'inverse de ce que peut faire Spektr qui explore des contrées bien plus noires et maladives. Pour le reste, je suis d'accord avec toi également. L'ambiance fourmille de détails plutôt bien rendus et ficelés qui aident grandement à adhésion globale au disque.
gulo gulo citer
gulo gulo
22/01/2013 18:31
Uniquement écouté comme un cochon sur le pc du bureau pour l'instant, mais agréablement surpris par l'ambiance lynchienne suggérée çà et là - et bien mieux, me permets-je de trouver, que chez Blacklodge... y a plus qu'à trouver le bon endroit où le commander à présent.
Invité citer
Lynch
22/01/2013 17:03
C'est certain qu'aucuns chants peut être plus difficile a digérer, surtout comme tu dis ,sur des titres de plus de dix minutes, mais dans l'ensemble j'ai bien aimé, je vais surement y revenir une fois de temps à autres...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spektr
Black à syndromes post-hallucinatoires persistants.
2013 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.3/10
Webzines : (25)  6.99/10

plus d'infos sur
Spektr
Spektr
Black Industriel / Noise - 2000 - France
  

tracklist
01.   Hermetism
02.   Teratology
03.   The Singularity
04.   Solitude
05.   Antimatter
06.   Solve et coagula
07.   Cypher
08.   Decorporation
09.   Le Vitriol du Philosophe

Durée : 45.51 min.

line up
  • Hth / Basse, Guitare, Programmations, Samples, Voix
  • kl.K / Batterie, Samples, Programmations, Voix, Paroles

parution
5 Février 2013

voir aussi
Spektr
Spektr
Mescalyne (EP)

2007 - Debemur Morti Productions
  
Spektr
Spektr
The Art To Disappear

2016 - Agonia Records
  
Spektr
Spektr
Et Fugit Interea Fugit Irreparabile Tempus
(No Longer Human Senses)

2004 - Appease Me Records
  

Rivers of Nihil
Where Owls Know My Name
Lire la chronique
Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique