chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bloodlost - Trashell

Chronique

Bloodlost Trashell
Après les très sympathiques Algebra, voici qu'un autre combo thrash issu de l'underground suisse vient trouver sa place dans nos colonnes. Son nom: Bloodlost. Je n'avais jamais entendu parler de ce groupe avant qu'il me contacte. Toujours avide de découvertes, j'accepte volontiers de m'occuper de Trashell malgré une pochette, avouons-le, des plus moches. Mais après tout, d'innombrables classiques du thrash arborent des artworks immondes. C'en est presque un gimmick!

De là à parler de classique pour Trashell cependant, il y a un pas que je ne franchirai pas, quand bien même Bloodlost y expose des qualités évidentes. Sorti en 2011 en auto-production, l'album est le deuxième full-length d'une formation peu connue mais qui affiche déjà 12 ans au compteur. Une expérience conséquente qui apporte aux Suisses une certaine maturité dans les compositions. Bloodlost fait du thrash mais du thrash varié puisque les treize morceaux de l'opus (plus une intro rigolote avec des pleurs de bébé qui se transforment en growls) nous font voyager entre thrash old-school virulent à la Slayer période Seasons In The Abyss ("57 Minutes To Die"), Reign In Blood (hommage à "Angel Of Death" sur "Black Angel") ou God Hates Us All ("Hate Is My Name" à 2'31, on dirait Araya qui chante!) avec solos chaotiques au vibrato de rigueur, thrash plus grand public (comprendre plus mélodique et moins frénétique) entre Testament et Metallica (les arpèges de "Give Me The Whiskey"), thrash groovy et massif à la Exhorder ("You Will Die Again") et power/thrash s'inspirant de Pantera, le guitariste/chanteur Tchico, secondé parfois par l'autre guitariste Norcrow et sa voix plus "core", n'hésitant pas à chanter à la manière de Anselmo à plusieurs reprises ("Bestial Butcher" à 1'40, "Demon's Born" à 0'47, "Horde Of Zombies" à 3'32... sur le refrain de "I Want To Kill Before To Die" c'est plutôt Hetfield qui vient à l'esprit). Bloodlost nous offre également un peu de death metal sur certains riffs plus méchants et quelques blast-beats bien sentis ("Bestial Butcher" qui bourre dès le début, "You Will Die Again", "Hate Is My Name"). Beaucoup moins intéressant par contre, ces sonorités modernes résultant en de nombreux riffs bateaux saccadés, surtout en deuxième partie d'album pour on ne sait quelle raison ("You Will Die Again", "Horde Of Zombies", intro et fin de "Betrayed" sauvées par une bonne lead par-dessus, "Black Angel", "Destination : Death").

Cela dit, ces saccades sont loin d'être le principal souci de Trashell. Bloodlost a beau montrer du potentiel, livrer la dose indispensable de tchouka-tchouka en figure imposée, torturer sauvagement ses guitares sur des solos slayeriens (d'autres sont plus construits toutefois), varier ses compositions que ce soit au niveau des riffs (groove, agressivité, mélodie, efficacité), des rythmiques (du rapide qui tâche, du mid-tempo pour headbanger) et du chant (tantôt crié, tantôt davantage chanté tout en restant "viril"), il y a quelque chose qui a du mal à passer. Non pas ces deux fois étranges où la production semble changer ("Demon's Born" et "I Want To Kill Before To Die"), détail sans importance, mais la durée interminable de la bête. À moins de s'appeler Metallica, 68 minutes, c'est beaucoup trop pour du thrash malgré la diversité dont fait preuve le quatuor de Sion. Alors c'est bien, ça prouve que la formation a plein d'idées mais elles ne sont pas toujours bonnes. La qualité baisse d'ailleurs sensiblement à partir de "You Will Die Again", Bloodlost ne retrouvant le niveau du début de l'album que sur "Hate Is My Name" et un "Hell" bien old-school. Il aurait donc fallu effectuer un tri plus sélectif au préalable car il y a vraiment à boire et à manger sur Trashell. Si les Helvètes n'avaient conservé que les six premières pistes en ne rajoutant que les deux-trois meilleures de la seconde moitié, l'opus s'en serait retrouvé bien plus efficace. Aucun morceau n'est mauvais mais, passé le dixième titre, on a qu'une envie, c'est que ça se termine...

Dommage pour un groupe qui, sans être génial ni même novateur, fait preuve d'un potentiel intéressant et reste très agréable à écouter. C'est le mélange de thrash old-school à la Slayer et d'élans plus orientés groove à la Pantera qui fait tout l'attrait de Trashell, ainsi qu'une variété bienvenue, notamment en termes de chant. Les Suisses se débrouillent aussi plutôt bien niveau riffs et solos. Bloodlost a donc de bonnes bases (heureusement d'ailleurs après plus d'une décennie d'activité!). Ne reste plus qu'à se montrer davantage exigeant pour un prochain opus qui devra être d'une qualité plus homogène. Et deux fois moins long, par pitié!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
27/01/2013 21:02
Niktareum a écrit : Même pas un petit extrait?

Faut aller sur MySpace ou leur site officiel. Les 2 liens sont sur la page Thrasho du groupe Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
27/01/2013 19:31
Même pas un petit extrait?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bloodlost
Thrash Metal
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Bloodlost
Bloodlost
Thrash Metal - 2001 - Suisse
  

tracklist
01.   Intro
02.   57 Minutes To Die
03.   Bestial Butcher
04.   Chemical X
05.   Demon's Born
06.   Give Me The Whiskey
07.   You Will Die Again
08.   Horde Of Zombies
09.   Betrayed
10.   Hate Is My Name
11.   I Want To Kill Before To Die
12.   Black Angel
13.   Hell
14.   Destination : Death

Durée : 68'44

line up
parution
21 Septembre 2011

Essayez plutôt
Destruction
Destruction
Release From Agony

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  
Suicidal Angels
Suicidal Angels
Sanctify The Darkness

2009 - Nuclear Blast Records
  
Dust Bolt
Dust Bolt
Violent Demolition

2012 - Napalm Records
  
Tankard
Tankard
The Morning After

1988 - Noise Records
  
Razor
Razor
Open Hostility

1991 - Fringe Product
  

Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique