chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Primitive Man - Scorn

Chronique

Primitive Man Scorn
La preuve, s’il en fallait une, que les étiquettes ont leur importance : Primitive Man, formation née de Clinging To The Trees Of A Forest Fire dont j’attendais le premier album avec l’espoir d’y trouver un blackened sludge vraiment blackened et vraiment sludge (ce qui n’est pas chose courante). En effet, les premiers morceaux laissés au public présageaient un grand disque pour le genre dévoilant pleinement ce que CTTTOAFF avait de maladivement embourbé dans ses parties lentes.

Pourtant, sur le terrain du terrorisme slo-mo, Scorn déçoit rapidement : ses riffs ne tapent pas où il faut mais prolongent continuellement leurs descentes, passant d’une rythmique industrialo-tribale à une accélération grind sans que le sentiment d’être malmené n’apparaisse un instant ; la voix barbouillée paraît loin de toute oppression, meuglant ses mornes lignes par tartines ne prêtant pas attention à si quelqu’un les subit ou non ; la batterie clapote mais ne corrompt en rien de pensée négative… En résumé, si on considère que le sludge se doit de réussir à être acide derrière ce qu’il présente d’horizontal et éclopé, alors le premier album des Ricains est un échec pur et simple.

Mais comme l’a souligné une personne me donnant trop souvent l’impression d’être son commentateur plutôt que chroniqueur à part entière, peut-être n’est-ce pas dans la case du sludge viral qu’il faille classer ce premier album de Primitive Man. Malgré une lourdeur entrecoupée de frénésie grind, rien ne torture ici… et pourtant rien n’ennuie. Son autisme répétant à n’en plus vouloir des parties tombant à plat, butées à en devenir abstraites ; son chant monocorde égalisant les battements cardiaques ; sa production si brouillonne qu’elle transforme chaque accord en vague dronisante, éteignant tout reste de vitalité comme si le Elitist de Fear In A Handful Of Dust cherchait à jouer du Evoken : Scorn finit par se placer naturellement dans la catégorie rare des disques de funeral post hardcore sous l’égide du maître Abandon auquel il emprunte cette paix dans la saleté naissant de la boue d’In Reality We Suffer (difficile de ne pas voir l’ombre des Suédois planer sur « Antietiam » par exemple). Une boue que les Ricains contemplent, fascinés, plus qu’ils retournent à coup de pelle, une boue rêvée et révérée dans une volonté de n’être qu’elle et vers laquelle le primitif glisse tranquillement par une chute amorcée dès la fin du morceau-titre.

De quoi se dire que le « All Funeral » porté par le groupe en étendard ainsi que le brun de la pochette de Scorn sont les seules choses à retenir en guise d’indices, les envies de meurtres suggérées par la vignette attachée à ce texte n’apparaissant jamais, même lors d’accélérations grind aux gargouillis semblables aux remous de flaques fangeuses battues par la pluie (« Stretched Thin », intrus sauvé par ce son s’enlisant perpétuellement). Il est cependant dommage que la pélothérapie soit entrecoupée de pistes dark ambiant pas assez dark et bien trop ambiant, « I Can’t Forget » et « Black Smoke » faisant davantage patienter que lier entre elles des compositions n’ayant pas besoin d’interludes pour se succéder, l’apaisement qu’elles offrent étant déjà suffisamment rectiligne pour ne pas s’encombrer de bruits de fond.

Avec Scorn, tout est question de perception : les sludgeux attendant leur nouvelle idole des musiques sick seront probablement déçus par un disque à l’agression à côté de la plaque tandis que ceux sachant goûter ce que la crasse peut induire de ravissement, ceux ne s’arrêtant pas à « grosse voix = terreur » ou « production crue = violence », trouveront ici un agréable repos des sens partagé entre adultes consentants malgré quelques maladresses. Si en plus vous vous sentez l’âme à accepter de nouvelles dénominations, considérez qu’on tient ici un fier représentant du genre plein d’avenir qu’est le mudgaze. Uhuh.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
05/02/2013 00:17
gulo gulo a écrit : je suis fan du premier Slipknot, et je parle pas de Mate Truc Repeat.
Viens, je te fais un enfant.

Crom-Cruach a écrit : Comment ne pas aimer le premier Slipknot ? C'est assez simple en fait.
Mec, t'écoutes du pagan en plastique.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/02/2013 22:24
note: 6.5/10
T'es un grincheux qui n'aime pas The Prodigy - étrange, pour un punk...
citer
(ancien membre)
04/02/2013 21:07
Comment ne pas aimer le premier Slipknot ? C'est assez simple en fait.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/02/2013 14:17
note: 6.5/10
J'aime bien le dernier Esben & the Witch, si tu préfères.
Krokodil citer
Krokodil
04/02/2013 13:55
note: 4.5/10
comment ne pas être fan du premier slipknot !
gulo gulo citer
gulo gulo
04/02/2013 13:38
note: 6.5/10
C'est pas Scorn que j'ai comparé à Enemy of the Sun, si je me souviens bien ; et Scorn serait d'In Reality we Suffer la version apaisée, forcément, puisque tout est écorché chez Abandon, même leur double album de l'apaisement.
Après, fake, pas fake, je m'en cogne un peu, "l’œuvre échappe à son créateur", quelque chose comme ça - je suis fan du premier Slipknot, et je parle pas de Mate Truc Repeat.
lkea citer
lkea
04/02/2013 10:10
note: 7/10
Absence of war does not mean peace, hé ?

Je me suis demandé justement si cette impression de paix n'était qu'un "leurre" du à un possible engourdissement ennuyé mais non, le disque avance et fait avancer serein jusqu'à sa fin trouve-je.

Mais rien de sludge oui ! Vu ce que je ressens à son écoute, j'ai bien du mal à comprendre les chroniques qualifiant ce disque de "dangereux" ou "maléfique" d'ailleurs...
Krokodil citer
Krokodil
04/02/2013 09:34
note: 4.5/10
"mudgaze", j'aime bien !

au sujet de ce disque, à mon avis, double G et toi avez légèrement tendance à confondre apaisant et anesthésiant... au final cet album me fait un horrible effet Times Of Grace (enemy du soleil ? soyons sérieux...l'écorché d' in reality we suffer ? allons!), dans ce qu'il a justement de fake

en tout cas nous sommes tous d'accord sur un point, ceci n'est pas du sludge
lkea citer
lkea
04/02/2013 09:11
note: 7/10
En écoute sur Bandcamp : http://primitivemandoom.bandcamp.com/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Primitive Man
Funeral Post Hardcore/Grind
2013 - Throatruiner Records / Mordgrimm Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (3)  5.83/10
Webzines : (23)  7.05/10

plus d'infos sur
Primitive Man
Primitive Man
Extreme Sludge / Doom / Noise - 2012 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Rags
Rags
Primitive Man

Extrait de "Scorn"
  

tracklist
01.   Scorn
02.   Rags
03.   I Can't Forget
04.   Antietam
05.   Black Smoke
06.   Stretched Thin
07.   Astral Sleep

Durée : 40 Mns

line up
parution
31 Janvier 2013

voir aussi
Primitive Man
Primitive Man
Immersion

2020 - Relapse Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Steel Casket (Démo)

2018 - Tartarus Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Caustic

2017 - Relapse Records
  
Primitive Man / Unearthly Trance
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)

2018 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse (EP)

2010 - Discouraged Records
  
Abandon
Abandon
In Reality We Suffer

2004 - Black Star Foundation
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique