chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rotten Sound - Species At War

Chronique

Rotten Sound Species At War (EP)
En conclusion de ma chronique de « Cursed », j’appelais de mes vœux un retour à des sonorités moins bodybuildées pour un ROTTEN SOUND donnant pour la première fois dans la redite. Des réserves qui touchaient plus la forme (une surproduction typée Skoksberg 2.0) que le fond, quasi immuable depuis leurs débuts en 1993 lors de sessions de studio de VOMITURITION qu’on imagine mémorables ! C’est que vingt ans de bons et loyaux services à démolir le mur du son, ça s’arrose, et pas seulement à la sulfateuse d’un nouveau EP six titres de 8 :05 mn, montre en main. Fermement décidés à faire sauter le caisson de tous ceux qui n’ont jamais eu l’honneur de voir leurs tympans perforés par leurs soins (« Exit » et « Cycles », leurs plus féroces déflagrations à ce jour), les Finlandais se chargent donc de clore à leur manière le chapitre « Cursed » : dans la droite lignée thématique et stylistique de leur dernier album en date, « Species At War » hausse tout de même sévèrement le ton sur une série d’accélérations meurtrières à souhait (« The Game », « War », « The Solution »), le reste du menu oscillant entre deathroll/crust plus Speedy que Gonzalez (« Peace ») et ralentissements lugubres évoquant une pelleteuse charriant un flot de cadavres déchiquetés au mortier (« Salvation »), pour le plus grand bonheur de tous les grindcore addicts que le retour de BLOCKHEADS n’a pas suffit à rassasier. Fidèle à ses principes de démolition, ROTTEN SOUND continue donc de raser gratis avec la férocité qu’on lui connait ; les gueulantes du chef de meute Keijo Niinimaa, pas vraiment calmé par son intérim chez NASUM, lui permettent toujours de se hisser au dessus d’une mêlée ultra compacte redoublant d’efforts sur le plan rythmique, même dans un genre extrême aussi codifié que le grind. Pas de grosses surprises à attendre sur cet arrache gueule prétexte à faire de la scène une année entière, mais pas mal de (très) bonnes choses au détour d’un break coup du lapin (les starting blocks consumés au démarrage de « The Game ») ou d’un excès de vitesse toujours sidérant de sauvagerie (la fête aux BPM sur le final de « Salvation »). One shot, one kill dixit les poètes DYING FETUS. Avec les six cartouches de grindcorminator contenues dans le barillet « Species At War », la race humaine peut se remettre à compter les jours. L’anéantissement, c’est maintenant !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
15/02/2013 15:00
note: 2.5/5
10e pour 8minutes de musique, si tu te fais démolir la gueule why not, mais celui-ci reste bien douillet je trouve !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/02/2013 10:18
note: 4/5
Merci bien! Après c'est sûr, ça reste un programme court mais si on raisonne en nombre de blasts, ça reste rentable Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rotten Sound
Grindcore
2013 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  3.67/5
Webzines : (17)  3.88/5

plus d'infos sur
Rotten Sound
Rotten Sound
Grindcore - 1993 - Finlande
  

écoutez
tracklist
01.  Cause
02.  The Game
03.  War
04.  The Solution
05.  Salvation
06.  Peace

Durée : 8:05

line up
parution
18 Janvier 2013

voir aussi
Rotten Sound
Rotten Sound
Consume To Contaminate

2006 - Spinefarm Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Abuse to Suffer

2016 - Season Of Mist
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Cycles

2008 - Spinefarm Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Cursed

2011 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Napalm Death
Napalm Death
Throes Of Joy In The Jaws Of Defeatism

2020 - Century Media Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Sounds Of The Animal Kingdom

1997 - Relapse Records
  
Warfuck
Warfuck
Neantification

2013 - Autoproduction
  
Writhe
Writhe
Writhe (EP)

2016 - Autoproduction
  
Fiend
Fiend
Derailed (EP)

2014 - Noise Not War Records
  

Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique