chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Od Vratot Nadolu - Mercury

Chronique

Od Vratot Nadolu Mercury (EP)
Au risque de répéter des évidences, le sludge n’est pas uniquement une affaire d’octave ou BPM. Le style ne repose même pas sur le fameux colossal qu’aime présenter comme caractéristique majeure la pléthore de faux amis à la lourdeur mélodieuse sentant une recherche franchement embarrassante sur un terrain se devant d’être exploré à l’arraché. Non, « c’est l’intention qui compte », celle de martyriser d’une haine dans ce qu’elle a de plus moche et bornée, la volonté simple d’exploser les bides de riffs bêtas pratiqués avec l’obnubilation de l’intoxiqué transmettant son état de manque à la façon d’un Tetsuo Shima en pleine crise. Regarde tes organes tomber sur le parquet. Vois comme c’est pas propre.

Ceci posé, il parait inutile de dire qu’Od Vratot Nadolu se classe dans la case du sludge d’éventreur, l’un des titres allant jusqu’à porter le nom d’un film où le personnage principal se retrouve avec l’estomac transformé en magnétoscope (« Videodrome », référence à une réalisation de David Cronenberg à voir absolument si ce n’est déjà fait). Même lorsqu’il parcourt les terres du powerviolence – ce qu’il fait souvent –, Mercury reste bien placé dans sa catégorie première par une interprétation mongolienne ainsi qu’un groove typique à l’image des descentes de « Forever ». Mais ce n’est pas tout : ses compositions entre la rage du powerviolence et le dégueulasse du sludge lui permettent de sonner comme du Man Is The Bastard ayant piqué le matos d’Admiral Angry et atteint du même Delirium Tremens que Buzzov•en, un sludge présenté dans son versant le plus hardcore et le moins attaché à s’appesantir, la basse utilisée ici comme guitare cognant déjà suffisamment le sol.

Ce qui nous donne un disque aussi con que bon n’oubliant jamais de dézinguer à tout-va, cela même durant les quelques passages à sample ou expérimentations basées sur des effets apocalyptiques le parsemant (« A Friend With Problems » ; le synthé détraqué de « Gangster Love »). Il est cependant dommage que le second chanteur se croie membre d’un groupe de metal, ses growls ne tenant pas la mesure face à la teigne s’occupant de la plupart des lignes de chant, de même que certains morceaux se contentent d’étaler leur artillerie («...That Fucked Up Face »; « From the Neck Down »). Mais le plus grand regret à l’écoute de cet EP est à chercher dans le fait qu’il ne sera qu’un enfant unique d’une formation disparue qui sinon aurait naturellement mérité d’être qualifiée d’« espoir ». Après l’enterrement intempestif de Potop (dont Od Vratot Nadolu est issue), l’arrêt de ces festivités-ci donne à croire qu’habiter en Macédoine file une sale bougeotte…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
20/02/2013 17:16
note: 3.5/5
KPM a écrit : C'est ce groupe le sludge version Tchernobyl dont tu me parlais?

Oui !
KPM citer
KPM
20/02/2013 17:11
C'est ce groupe le sludge version Tchernobyl dont tu me parlais?
lkea citer
lkea
20/02/2013 13:29
note: 3.5/5
Krokodil a écrit : le meilleur sludge est rachitique et affamé comme un clébard errant

Tout à fait !
Krokodil citer
Krokodil
20/02/2013 13:13
note: 3.5/5
man is the bastard, accept death, among the missing, admiral angry prolo, etc attardé et jouissif !

et tu fais bien de souligner ce petit truc : "sludge ne repose pas sur le colossal etc", c'est même tout l'inverse, le meilleur sludge est rachitique et affamé comme un clébard errant
citer
(ancien membre)
20/02/2013 09:36
Très "gay friendly" cette pochette
lkea citer
lkea
20/02/2013 09:16
note: 3.5/5
Disponible en écoute et téléchargement à prix libre sur cette page :

http://superfirecords.bandcamp.com/album/mercury-cd-lp

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Od Vratot Nadolu
Sludge/Powerviolence/Hardcore
2011 - Superfi Records / Fuck Yoga Records / Insulin Addicted Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Od Vratot Nadolu
Od Vratot Nadolu
Sludge/Powerviolence/Hardcore - Macédoine
  

tracklist
01.   Videodrome
02.   Serious Delirium
03.   Forever
04.   A Friend With Problems
05.   Gangster Love
06.   ...That Fucked Up Face
07.   Someone's Fucking Your Kids
08.   From The Neck Down

Durée : 18 Mns

line up
parution
27 Juillet 2011

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique