chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
182 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Riverside - Shrine of New Generation Slaves

Chronique

Riverside Shrine of New Generation Slaves
Quand on s'appelle Riverside et qu'on fait partie de l'élite du nouvel essor de la scène progressive, on est forcément attendu au tournant. Et quand son précédent album est un chef-d'oeuvre en la matière, on est tristement condamné à aller de l'avant. Et quand en plus on se permet de faire patienter son auditoire près de 4 ans, vous pouvez être sûr qu'aucun faux pas ne sera pardonné. C'est donc dans ce contexte clément et rassurant que sort la cinquième production du quartette polonais, succédant à l'excellent "Anno Domini High Definition" qui avait su faire la transition avec la trilogie "Reality Dream". Malheureusement, cette fois-ci on redescend d'un étage.

Duda semble particulièrement attaché au fait de donner un thème à chacune des sorties de Riverside. "Anno Domini High Definition" traitait de l'isolement et de l'effacement de la personnalité dans nos sociétés *modernes* ; "Shrine of New Generation Slaves" (SoNGS pour faire court) part du constat que les gens libres aujourd'hui se retrouvent finalement esclaves de leur vie, malheureux dans leur travail et dans leur sphère privée, recherchant un moyen d'exister autrement. Un concept d'ailleurs parfaitement illustré par l'infatigable Travis Smith. Rien de hautement philosophique certes mais les paroles étant relativement simples à comprendre et proche de nous, cela pourrait éveiller la curiosité de certains d'entre vous. Voilà pour le décor en tous cas.

Côté musique, le groupe revient aux fondamentaux et à un style plus calme, plus acoustique. Le metal prend un peu de recul et laisse s'installer une ambiance tournée vers le rock et l'atmosphérique. L'expérience a déjà montré l'excellence de Riverside dans ce domaine et "SoNGS" ne fera pas taire cette réputation tant il représente tout ce que le metal/rock progressif peut offrir de plus beau et poignant. Une leçon de bon goût, de finesse, de feeling, de maîtrise technique et de maîtrise des atmosphères, rien ne manque. Contrairement au précédent album qui mettait tout dans chaque composition, le groupe a misé sur des titres plus courts, plus directs et hétérogènes, allant des percutants "Celebrity Touch", "Feel Like Falling" et dans une moindre mesure "New Generation Slave", aux balades "We Got Used to Us" et "Deprived", en passant par un "The Depth of Self-Delusion" tout en nuances, un hommage aux ancêtres du prog, "Escalator Shrine", ou encore la conclusion acoustique "Coda" qui reprend le début de "Feel Like Falling". A l'exception de quelques filtres vocaux et effets de guitare qui ne seront peut-être pas du goût de tous, les expérimentations ont été laissées au placard ; dans l'ensemble, les compositions ne surprennent ni sur la forme, ni sur le fond, préférant se concentrer sur la beauté des mélodies et la consistance des ambiances.

"SoNGS" est un très bon album qui ne viendra pas ternir une discographie de qualité. Le plaisir est immédiat, les émotions non surfaites et la richesse du travail de composition lui offre une grande capacité de réécoute. Pour moi, ce sont surtout les titres les plus calmes qui tirent leur épingle du jeu, notamment le superbe "Deprived" et ses errances mélancolique. Une chose me chiffonne cependant au sujet de cette cinquième oeuvre : sa personnalité. Jusqu'à maintenant, Riverside avait toujours su imposer sa marque de fabrique. Ici elle s'efface un peu au profit de ses influences et notamment de Porcupine Tree dont l'ombre plane à chaque instant. Loin de moi l'idée de trouver cela dérangeant (Steven Wilson forever), j'ai trouvé ça juste troublant pour un groupe de cette envergure.

Au final, sans être une véritable déception, les Polonais bottent en touche en ne faisant que marcher dans leurs propres pas. Certains grinceront probablement des dents ; en ce qui me concerne, c'est trop bien fait pour que je puisse me permettre de bouder mon plaisir car si "SoNGS" n'est clairement pas ce que le groupe a pu produire de meilleur, on nage dans des sphères tellement hautes qu'on ne peut que se laisser porter. Alors vous m'excuserez, mais j'y retourne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
thomas johansson
05/04/2013 17:23
Henrik a écrit : M. Johansson quand je vous fourni du bon son, faites moi confiance et ne laissez pas moisir des perles ainsi au fond des clusters... quoique parfois ça fait pas mal de faisander un peu... surtout que ça fait peut être plus de 4 ans^^

Ahaha, clair que ça doit bien faire six ans Mr Green
Henrik citer
Henrik
05/04/2013 16:41
M. Johansson quand je vous fourni du bon son, faites moi confiance et ne laissez pas moisir des perles ainsi au fond des clusters... quoique parfois ça fait pas mal de faisander un peu... surtout que ça fait peut être plus de 4 ans^^
Dead citer
Dead
11/03/2013 17:25
note: 7.5/10
Et le reste est encore meilleur Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/03/2013 12:21
Et là je me demande pourquoi j'ai attendu si longtemps pour tester ce groupe, alors que j'ai au moins cinq albums qui moisissent sur le dur depuis quatre ans. Celui là est excellent, je m'en vais de ce pas combler mes lacunes avec les autres!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Riverside
Metal/rock progressif
2013 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (29)  7.9/10

plus d'infos sur
Riverside
Riverside
Metal/rock progressif - 2001 - Pologne
  

vidéos
Celebrity Touch
Celebrity Touch
Riverside

Extrait de "Shrine of New Generation Slaves"
  

tracklist
01.   New Generation Slave
02.   The Depth of Self-Delusion
03.   Celebrity Touch
04.   We Got Used to Us
05.   Feel Like Falling
06.   Deprived
07.   Escalator Shrine
08.   Coda

Durée : 51 min.

line up
parution
21 Janvier 2013

voir aussi
Riverside
Riverside
Memories in My Head (EP)

2011 - ProgTeam Management
  
Riverside
Riverside
Second Life Syndrome

2005 - InsideOut Music
  
Riverside
Riverside
Voices In My Head (MCD)

2005 - InsideOut Music
  
Riverside
Riverside
Wasteland

2018 - InsideOut Music
  
Riverside
Riverside
Love, Fear and the Time Machine

2015 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
Porcupine Tree
Porcupine Tree
In Absentia

2002 - Lava Records
  
Pink Floyd
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon

1973 - EMI
  
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
A Year With No Summer

2016 - Season Of Mist
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Colors

2007 - Victory Records
  
Steven Wilson
Steven Wilson
The Raven That Refused to Sing (and other stories)

2013 - Kscope Music
  

Album de l'année
Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique