chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lost Soul - Genesis XX: Years of Chaoz

Chronique

Lost Soul Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)
Moins moderne que Decapitated, plus modeste que Behemoth, mais presque aussi ancien qu’un certain Vader, Lost Soul n’a très certainement pas la notoriété de ses compatriotes. Et pourtant, après plus de 20 années passé à manifester pour des décibels à 3 chiffres, le groupe a jugé bon de remercier ses quelques fans les plus ardents avec cette rétrospective de sa carrière qui tient dans un sublime double digipak avec liner notes s’il vous plait. Etudions de plus prêt la bête :

CD1 : « Genesis » :

Premier volet de la compilation qui contient pas loin de 16 titres pour plus de 60 mn de Death Metal : en substance le groupe a ici réenregistré ses deux premières démos (« Eternal Darkness » et « Superior Ignotum ») ainsi que quelques titres emblématiques des premiers albums sortis sur Relapse puis Osmose Productions. On trouvera également deux surprenantes reprises, une version accélérée de « For Whom the Bells Tolls » de Metallica et une plus classique « Spitfire » de Prodigy. Concernant les deux premières démos du groupe, il est intéressant de se remettre dans le contexte de l’époque (début des années 90) : le Death Metal était en plein essor, mais n’avait pas encore atteint le seuil de maturité qu’il a outrageusement dépassé depuis. Il faut donc garder cela en tête, ainsi que l’âge relativement jeune des membres de Lost Soul, lorsqu’on s’intéresse à leurs premiers enregistrements : très classiques dans l’esprit, et oscillant entre Death et Thrash, Lost Soul avait déjà cette science du riff qui fait mouche, certains titres étant mémorables dès la première écoute (en premier lieu « Eternal Darkness » qui est la tête d’affiche des set lists du groupe ces derniers temps) ; Jacek indique dans les notes du livret que son petit préféré est « Back Forerunner », et en effet la multiplicité des tempos et des riffs fait passer un bon moment, même si l’on pense beaucoup à Vader à l’écoute. La production, gonflée à bloc met en avant la section rythmique et ne plaira pas à tous, car très « moderne », notamment au niveau de la batterie avec une double juste omniprésente. Notons le retour bienvenu d’un chant ultra caverneux, là où Jacek avait déçu sur « Immerse into Infinity » avec un chant plus hurlé que véritablement DM ; ça manque juste d’un peu de modération sur la réverb’. Est-ce que je vous ai précisé que les paroles de la première démo étaient intégralement en Polonais ? Voilà qui rajoute un cachet supplémentaire de brutalité, car cette langue n’a ici rien à envier au langage des Uruk-Hai. Les titres de « Scream of the Mourning Star » et « Ubermensch – Death of God » sont un peu moins recommandés si l’on connaît déjà Lost Soul car les originaux étaient déjà proches de la perfection, mais ils constituent un prolongement bienvenu de la première période du groupe et permettent d’atteindre aisément l’heure de Death Metal. Une fois les saignements d’oreilles terminés, j’ai constaté que j’avais passé un sacrément bon moment avec ce disque, qui met l’accent sur la période purement DM de Lost Soul, moins technique et du coup plus digeste que ce vers quoi le groupe tend aujourd’hui. Notons pour finir que la cohérence de la tracklist est brisé par la présence d’un titre du dernier album, le surprenant « If The Dead Can Speak » qui apparaît sans explications particulières entre les deux démos, et a lui aussi été ré enregistré. Si musicalement il n’y a pas de différences notables, on appréciera une nouvelle fois que Jacek revienne à un timbre de voix plus rauque que l’original.

CD 2 : « Lords of Endeavours » :

On ne va pas se mentir, ce second CD fait vraiment office de bonus ultime pour le fan hardcore. En effet, on y retrouve les deux démos du groupe, mais cette fois ci en version originale, et donc avec un son qui a maintenant 20 ans (plus naturel tu meurs pour le coup). Toute la candeur d’une adolescence passer à manger des Frosties à la vodka se manifeste dans l’interprétation un brin malhabile qui permet de saisir le chemin parcouru depuis 2 décennies. Mais c’est aussi l’occasion d’écouter deux titres de « Superior Ignotum » qui n’ont pas été re enregistrés, dont ce surprenant instrumental athmosphérico-acoustique (« Ill Imaginations ») et ce plus classique titre faisant référence à Tolkien, passage obligé de tout groupe qui se respecte (« Moria »). On zappera donc rapidement cette redite un brin trop nostalgique et malhabile à mon sens, pour s’intéresser aux différents lives qui closent ce disque : le son est tout simplement excellent, et couvre la plupart des meilleurs titres du groupe (« My Kingdom »). C’est donc un bonus conséquent (une nouvelle heure) qui vient s’ajouter à un album déjà généreux en contenu ; que je n’oublie pas en parlant de bonus de vous parler des liner notes, qui dans un très joli livret regroupent les paroles (en Polonais donc, si vous avez suivi) des démos et quelques commentaires de Jacek, entre deux pages de photos d’époques : on regrettera de n’apprendre qu’extrêmement peu de choses pertinentes sur les titres, Jacek nous répétant à l’envie ses influences dont on se serait douté et son amour de la Chrétienté (une affirmation fausse s’est glissée dans cette phrase, sauras-tu la dénicher ?)

CD3 : « Y’en a pas, mais c’est pour respecter ma structure »

Conclusion donc…en substance je ne vais que répéter ce que chaque chronique d’exercice de ce genre suscite comme réflexions : idéal pour découvrir le groupe, indispensable aux fans hardcore, sympatoche pour les autres. Choisissez votre camp. Plus sérieusement, c’est quand même de Lost Soul dont l’on parle ici, un groupe qui maîtrise son DM sur le bout des doigts : attendez vous donc à du haut niveau, qui peut réellement valoir le coup d’ajouter cette rétrospective à vos prochaines écoutes, si vous aimez le Death Metal dans toute sa splendeur. Et en plus, c’est zoli entre les mains (pour les crétins comme moi qui achètent encore des CDs). Bonne écoute.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
senez62
24/03/2013 21:58
en plus disponible a même pas 6euros sur le site du label

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lost Soul
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs : (2)  3.75/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Lost Soul
Lost Soul
Brutal Death - 1991 - Pologne
  

tracklist
Disc 1
01.   Eternal Darkness  (05:28)
02.   Necrophil  (04:01)
03.   Morbid Blooddrinker  (03:03)
04.   Sacrifice of Destiny  (03:38)
05.   If the Dead Can Speak  (05:58)
06.   On the Edge of Oblivion  (04:23)
07.   In the Moment of Death  (03:30)
08.   Black Forerunner  (04:14)
09.   For Whom the Bell Tolls (Metallica cover)  (04:20)
10.   We Want God  (03:24)
11.   Divine Satisfaction  (02:59)
12.   Tabernaculum Miser  (03:47)
13.   Spitfire (Prodigy cover)  (03:20)
14.   Soulhunger  (04:59)
15.   Beast Rising  (03:40)
16.   To the New Light  (03:18)
01.  04:02
Disc 2
01.   Intro  (00:46)
02.   Eternal Darkness  (04:33)
03.   Necrophil  (04:01)
04.   Morbid Blooddrinker  (03:11)
05.   Sacrifice of Destiny  (03:31)
06.   The Book  (03:20)
07.   In the Moment of Death  (03:49)
08.   Ill Imaginations  (01:45)
09.   Moira  (05:10)
10.   Lost Dreams  (05:29)
11.   Black Forerunner  (04:15)
12.   My Kingdom  (03:04)
13.   Entrance to Nothingness  (03:03)
14.   Nameless  (03:53)
15.   Lords of Endeavours  (04:16)
16.   Adoration of Violet  (03:41)
17.   The One You Seek  (07:06)

line up
parution
22 Février 2013

voir aussi
Lost Soul
Lost Soul
Scream Of The Mourning Star

2000 - Relapse Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Ubermensch
(Death Of God)

2002 - Osmose Productions
  
Lost Soul
Lost Soul
Chaostream

2005 - Earache Records
  
Lost Soul
Lost Soul
Immerse Infinity

2009 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Faceless Burial
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)

2018 - Blood Harvest Records
  
Of Feather And Bone
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion

2018 - Profound Lore Records
  
Witch Vomit
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)

2017 - 20 Buck Spin Records
  
Tyrant Goatgaldrakona
Tyrant Goatgaldrakona
Horns In The Dark

2013 - Metalhit
  
My Own Grave
My Own Grave
Necrology

2009 - Pulverised Records
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique