chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Botanist - IV: Mandragora

Chronique

Botanist IV: Mandragora
Sans aller jusqu’à faire des métaphores graveleuses (« sur ta flore intestinale ? » me susurre à l’oreille Chris, notre chef de rédaction à humour douteux – loué soit-il), ça sentait mauvais entre Botanist et moi depuis un III: Doom In Bloom concrétisant mal les envies de lenteur d’Otrebor. J’y trouvais des ambitions trop grandes et beaucoup de superflu, aussi espérais-je rencontrer de nouveau les coups de sécateur si plaisants de I: The Suicide Tree / II: A Rose From the Dead sur IV: Mandragora.

Et je devrais me graver dans la tête « Ne rien attendre de Botanist » car ce quatrième album se distingue de ses prédécesseurs malgré l’impression première d’écouter une version consensuelle de ses trois ainés. Contrairement à ces derniers, IV: Mandragora ne martyrise pas, n'est que mélodies et rêves de végétaux gagnant leur règne au détriment d’une humanité éliminée depuis longtemps. Le one-man band, en allant vers un format plus classique avec un seul disque de trente-trois minutes, offre ici ce qu’il a de plus dynamique et raffiné sans temps morts, les excès ou baisses de tempo s’insérant au sein de compositions variées et accrocheuses (oui, ce dernier mot peut paraître étrange concernant un projet aussi atypique mais un titre comme « Nourishing the Fetus » joue de structures simples pour devenir rapidement entêtant par exemple). Entre moments rappelant la lourdeur de III: Doom In Bloom, clins d’œil aux matraquages noisy de ses deux premiers essais (servis par une production volontairement lo-fi) et passages glorieux pouvant évoquer les scènes post-black – en particulier Wolves In The Throne Room (« To Amass an Army ») – ou le black expérimental avec rythmiques trip hop de Blut Aus Nord (« Nightshade »), le Ricain paraît créer à la fois un guide de lecture de sa discographie ainsi qu’une synthèse possédant sa propre identité, l’ensemble étant marqué par une lumière, non plus coupante comme du verre, mais d’une douce froideur presqu’accueillante.

« Presque » car IV: Mandragora est autrement imperméable que ses grand-frères. Tout est plus travaillé et tout marque moins. Ses variations font qu’une ligne directrice manque à cette œuvre qui, au-delà de l’attachement à la mandragore qu’elle présente dans ses textes, n’a pas cette homogénéité qui sauvait parfois III: Doom In Bloom. Certes, les sept titres constituant l’ensemble sont liés par une atmosphère de victoire du végétal sur l’animal, celle-ci n’évolue pas plus loin qu’un sentiment agréable (ce qui dessert les quelques attaques composant « Arboreal Gallows » et « Sophora Tetraptera », peu douloureuses en comparaison de celles présentes sur I: The Suicide Tree / II: A Rose From the Dead). Quand on a connu et adoré le Botanist des débuts, difficile de faire son deuil de cette ambivalence entre pureté et souffrance qui l’estampillait jusque-là.

IV: Mandragora n’en reste pas moins une réussite, en partie grâce à des parties vocales à classer parmi les plus mémorables qu’a offert Otrebor (à l’image des chœurs de « Rhyncholaelia Glauca »). Sa beauté et son accessibilité (relative) invitent ceux intrigués par la formation mais rebutés par son hermétisme à retenter l’expérience à travers lui, ses plus gros défauts n’apparaissant qu’une fois placé au sein de la discographie du Californien. III: Doom In Bloom m’a déçu. IV: Mandragora me laisse croire que je n’ai pas fini de tourner autour de Botanist pour chercher à le comprendre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
11/07/2013 08:35
note: 7/10
Symetrie a écrit :
La guitare ressemble à un banjo ou un instrument bizarre de ce type.


Ce n'est pas une guitare mais un hammered dulcimer ! D'où ce son "particulier" Clin d'oeil
Symetrie citer
Symetrie
11/07/2013 02:47
note: 7.5/10
Album vraiment étrange, mais qui vaut le détour. Je n'ai jamais entendu quelque chose qui s'en approche même de loin, en particulier la voix du chanteur.
La guitare ressemble à un banjo ou un instrument bizarre de ce type.
La pochette est digne d'un Arcimboldo en noir et blanc.
Ambience réellement décalée, je sais pas si on peut appeler ça du Black Metal, en tout cas ça me plait.
Backstaber citer
Backstaber
05/04/2013 18:47
Ikea a écrit : Backstaber a écrit : il est revenu sur le bon bord alors ?

Vous avez vu ? Backstaber a fait une blague !

Ah merci !
lkea citer
lkea
05/04/2013 16:38
note: 7/10
Ho ! Pour une fois que j'arrive à pondre un texte avant toi, hein Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
05/04/2013 16:27
Toujours pas eu le temps de l'écouter non-distraitement, tu me culpabilises.
lkea citer
lkea
05/04/2013 15:52
note: 7/10
Backstaber a écrit : il est revenu sur le bon bord alors ?

Vous avez vu ? Backstaber a fait une blague !
Backstaber citer
Backstaber
05/04/2013 15:50
il est revenu sur le bon bord alors ?
lkea citer
lkea
05/04/2013 08:13
note: 7/10

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Botanist
''Eco-terrorist Black Metal''
2013 - The Flenser
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Botanist
Botanist
Green Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Arboreal Gallows (Mandragora I)
02.   Nightshade (Mandragora II)
03.   To Amass an Army (Mandragora III)
04.   Nourishing the Fetus (Mandragora IV)
05.   Mandrake Legion (Mandragora V)
06.   Sophora Tetraptera
07.   Rhyncholaelia Glauca

Durée : 32 minutes 56 secondes

line up
parution
19 Février 2013

voir aussi
Botanist
Botanist
Ecosystem

2019 - Aural music
  
Botanist
Botanist
III: Doom In Bloom / Allies

2012 - Total Rust
  
Botanist
Botanist
Photosynthesis

2020 - The Flenser
  
Botanist
Botanist
Collective: The Shape of He to Come

2017 - Avantgarde Music
  
Botanist
Botanist
VI: Flora

2014 - The Flenser
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique