chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
139 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abstrusa Unde - Introspection

Chronique

Abstrusa Unde Introspection
Cet album m’a très agréablement surpris. Non pas que je me sois attendu à quelque chose de mauvais, mais rien ne laissait non plus présager d’une telle qualité. Le groupe d’Île-de-France a effectivement sorti soi-même cette production en 2011, prouvant par là-même que les formations sans label ne sont pas à ignorer ! Elles peuvent très bien avoir un excellent niveau de composition et enregistrer avec professionnalisme. Il est vraiment dommage que certains soient réticents envers ces sorties sauvages à cause d’à-priori trompeurs. Il y a au moins 36 raisons différentes qui expliquent qu’un groupe ne soit pas signé hormis sa médiocrité et dans le cas d’ABSTRUSA UNDE, on imagine qu’ils n’ont juste pas encore rencontré les bonnes personnes ou bien pas encore sonner aux bonnes portes. Il se peut aussi tout simplement que les écuries soient trop frileuses à notre époque envers leur style trop éloigné des tendances actuelles. Désormais il est rare de miser sur le black symphonique arrosé de sons électroniques ou de chants féminins...

Car c'est bien le style qu’a choisi ABSTRUSA UNDE pour s’exprimer, misant à la fois sur une expression progressive mais aussi sur de nombreux éléments qui ont fait la joie des auditeurs au début des années 2000. Disons que s'il fallait faire des rapprochements on parlerait de PENUMBRA , de DIABLERIE mais aussi aux Italiens d’EVENFALL. Si l’on pense d’abord aux premiers, c’est pour les nombreux ajouts de vocaux féminins. Leurs tonalités sont variées et soignées, souvent dans un registre soprano. Mais même si elles sont nombreuses, elles restent toujours au service de la voix masculine et l’on ne tombe donc pas dans les abus des trop nombreux groupes à chanteuses gothiques qui ont tué le style. Les autres groupes cités viennent quant à eux à l’esprit pour les emplois de claviers et sons électroniques, eux aussi parfaitement intégrés, sans qu’ils tirent trop la couverture à eux. L’intelligence et l’émotion se partagent bien les rôles pendant 50 minutes.

L’autre comparaison qui permet de mieux cerner ces Français est à faire avec l’univers de Tim Burton. Ce n’est pas continu, mais beaucoup d’ambiances s’approchent de ses films à la fois sombres et poétiques mais avec une certaine légèreté qui plane. L’évolution des titres ainsi que les ajouts de samples divers (enfants qui jouent, bébé qui pleure...) vont également dans ce sens cinématographique. L’imagination travaille et l’on se prend à « voir » la musique. Cette façon de composer rappelle d’ailleurs le Grotesque de PENSEES NOCTURNES, mais en moins pédant. J’ai beau avoir aimé ce dernier, il y avait tout de même un côté hermétique encombrant qui ne se retrouve pas ici. Bon, j’avoue que c’est une sensation plutôt subjective, mais je l’ai ressentie à chaque écoute. L’auditeur d’ABSTRUSA UNDE garde une part de liberté d’interprétation alors que PENSEES NOCTURNES était devenu trop rigide. Pourtant, et c’était mon avant-dernière crainte, la pochette et le livret de cet Introspection ont tendance à faire croire le contraire. On s’imagine facilement une musique prétentieuse, ce n’est pas le cas. La frontière est certes visible, mais elle n’est pas franchise ! Quant à ma dernière crainte elle était motivée par la présence de Renaud Fauconnier de WORMFOOD, ce groupe qui a divisé beaucoup de monde et qui ne fait absolument pas partie de mes références. Pas de problème, le guitariste se fond parfaitement dans le paysage musical du groupe.

Le niveau est bien là durant les 9 titres (50 minutes) et certaines mélodies deviennent vite addictives mais il reste encore quelques imperfections et passages moins marquants. Le réel reproche à formuler serait la difficulté d’enchaîner les écoutes car cet album se savoure avec modération pour éviter une overdose. Si je peux me permettre un rapprochement facile je dirais que cet album est un bloc de foie gras. Qui se l’enfilerait d’un trait ? Ce n’est pas du Nutella !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abstrusa Unde
Black Metal symphonique et progressif
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (11)  7.7/10

plus d'infos sur
Abstrusa Unde
Abstrusa Unde
Black Metal symphonique et progressif - 2007 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Introspection
02.   Hamsa Lonri
03.   Al Aklorodan
04.   Carrousel
05.   The Gutter
06.   Hastra Na
07.   Lost For Life
08.   Suune Kvalta
09.   4.12.12.12.1

Durée : 50:40

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique