chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Entrails - Raging Death

Chronique

Entrails Raging Death
Relancés par F.D.A. Rekotz (responsable de la récente découverte du bestial Sulphur Aeon) en 2010, les Suédois d’Entrails ne pouvaient pas espérer un tel « come-back ». Ce groupe de death metal obscur né au début des années 90 (et qui n’aura rien produit) puis reformé en 2008, aura généré un « buzz impressionnant » et vient tout juste de signer sur l’imposant Metal Blade. Un parcours ressemblant trait pour trait à celui d’Evocation. La transition vers un « gros » label est souvent signe de déception. Et si Entrails changeait de direction musicale ? Pourquoi troquer une recette ravageuse ? Le line-up reste identique à celui de The Tomb Awaits et comme pour ses deux albums précédents, le groupe retourne au studio du guitariste Jimmy Lundqvist et s’associe à Dan « gud » Swanö pour le mixage/mastering. Faites donc place à Raging Death.

Ne cherchez pas plus loin, Entrails ne vire pas au death FM aseptisé, il reprend son death metal hommage à la scène de Stockholm des années 90 : son de scie sauteuse, riffs monolithiques et rythmique groovy tout y en incorporant quelques ingrédients brutal d’actualité. Le batteur Adde Mitroulis (General Surgery, Jigsore Terror) toujours en première ligne. Un jeu brut « old-school » (frappes sèches rudimentaires sans syncope et agrémenté de double pédale) mais imparable sous couvert d’une vélocité notoire et de quelques blasts virils (le monstrueux « Carved To The Bones » à 1:05). Une facette « violente » malheureusement encore trop timide, on en redemande ! Un The Tomb Awaits bis-repetita ? Entrails affûte son death, là où ses titres mid-tempo peinaient à tenir notre attention, le groupe ira placer des breaks ambiancés plutôt bien fichus (« Headless Dawn » à 1:14, le final de « The Cemetery Horrors ») et une musique plus percutante. Refrains hymnes au headbang (« In Pieces », « Bloodhammer ») et riffs incisifs redoutables tout le long. Le choix de Dan Swanö pour chacune de leur galette n’est pas anodin, les influences d’Edge Of Sanity sont bien palpables, des riffs mélodiques simples et accrocheurs parsemés (« Carved To The Bone » et son break à 2:25, le Dismember « The Cemetery Horrors ») voire quelques leads à la limite du black (« Cadaverous Stench » aux faux airs d’un Necrophobic première période, déjà repris par Tribulation).

Arrive le titre qui mettra tous les adeptes de death suédois d’accord : « Death League ». Un morceau façon « Swedish Death All-Stars » : Rogga Johansson (liste interminable de groupes de seconde zone), Jörgen Sandström (Torture Division, ex-Grave), Kam Lee (Bone Gnawer, ex-Death, ex-Massacre), Dan Swanö (liste interminable-bis mais « dieu ») en guests au chant. Lorsque les bonhommes alterneront ou pousseront la gueulant en même temps, ce sera la flaque dans le caleçon ! Le chant du frontman paraîtra lui toujours aussi banal (et manquant de coffre) après ce condensé de vocaux d’ogres. Les riffs basiques de la tête pensante Jimmy Lundqvist (effacés par quelques soli délectables) auront eux encore une fois cet air de « déjà-entendu » (constat fait dès l’ouverture de « In Pieces » utilisant pour une énième fois l’interview de Charles Manson), défaut irritant mais dont l’efficacité ira globalement souffler cette gêne (« Bloodhammer » à 2:01 par exemple). On regrettera cela dit des morceaux qui auraient pu être raccourcis ainsi que certains passages sentant quelque peu les chutes de studio (« Descend To The Beyond », « Chained And Dragged »). Le manque de personnalité et cette inégalité empêcheront Raging Death de passer le cap du « bon album ».

L’association Century Media/Evocation aura enfanté un death metal bien vilain (Illusions Of Grandeur une des plus grosses déceptions de 2012), Entrails ne fait aucun compromis. Un aspect old school primaire qui touche désormais une atmosphère plus occulte et un côté mélodique plus prononcé, s’approchant de l’efficacité (le morceau « Death League » suffit à lui seul) d’un Demonical ou d’un Puteraeon, le haut de gamme du genre. Appuyé par Metal Blade et sous couvert d’une progression musicale constante, Entrails risque de figurer parmi les nouvelles élites du death metal suédois. Confirmation lors de la prochaine offrande.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
06/05/2013 17:44
note: 7.5/10
Invité citer
Darkmorue
02/05/2013 15:27
"Death League" ou l'un des meilleurs morceaux de Death Metal jamais publiés.
Le reste de l'album fait limite pitié à côté quoi. La vache.
Mitch citer
Mitch
29/04/2013 10:01
note: 7.5/10
AxGxB citer
AxGxB
29/04/2013 09:53
Bon, jusque là j'avais toujours trouvé Entrails sympathique mais finalement plutôt anecdotique. Je vais quand même essayé d'écouter celui-ci pour voir si je peux raviser mon jugement.
korbendallas citer
korbendallas
27/04/2013 18:28
"The tomb awaits" m'avait mis une petite claque. Trés classique dans le genre, mais trés bien fait avec ce petit côté Edge Of Sanity ... Ce "Raging death" va venir faire un petit tour sur la platine sans aucun doute !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Entrails
Death Metal
2013 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (21)  7.38/10

plus d'infos sur
Entrails
Entrails
Death Metal - 1990 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   In Pieces
02.   Carved to the Bone
03.   Bloodhammer
04.   Headless Dawn
05.   Cadaverous Stench
06.   Descend to the Beyond
07.   Death League
08.   Chained and Dragged
09.   Defleshed
10.   The Cemetery Horrors

Durée : 45:50

line up
parution
10 Mai 2013

voir aussi
Entrails
Entrails
Obliteration

2015 - Metal Blade Records
  
Entrails
Entrails
The Tomb Awaits

2011 - F.D.A.
  
Entrails
Entrails
World Inferno

2017 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Nuclear Blast Records
  
Infernal Torment
Infernal Torment
Birthrate Zero

1998 - Progress Records
  
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  
Vomitory
Vomitory
Opus Mortis VIII

2011 - Metal Blade Records
  
Triumvir Foul
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed

2017 - Invictus Productions
  

Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique
Equipoise
Demiurgus
Lire la chronique
Cromlech
Eschatological Horrors (Com...
Lire la chronique