chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Xysma - Xysma

Chronique

Xysma Xysma (Compil.)
Les amateurs/amatrices de musique extrême sont de grands explorateurs toujours à la recherche de trésors cachés et les labels l’ont bien compris, avec moult rééditions mais aussi compilations plus ou moins indispensables. Parmi les bonnes découvertes, ou redécouvertes, figure l’excellent groupe XYSMA (ex-REPULSE) qui après des débuts placés sous le signe du grindcore et du death va rapidement opter pour un death‘n‘roll des plus original avant de virer stoner rock en 1995 (hélas…), puis rock et enfin pop rock (…bis…) en 1998, année de leur split (…ter).
Avec cette sortie, parue en 2004, le label Spinefarm va combler tous les fans de la première heure regroupant sur un double CDs toute la discographie des Finlandais de la demo culte « Swarming of the Maggots » (1989) jusqu’à leur second album « First & Magical » (1992), le tout masterisé par Mika Jussica. Autant dire du lourd, voire même, un must have pour les aficionados de grindcore et de death old school qui se respectent.

Et le premier ovni « Yeah », enregistré aux fameux Sunlight Studio en 1990, va débarquer dans le monde du death metal avec un artwork trèèèèès loin des clichés propres au genre (cf. image en fin de chronique) tout comme les paroles d’ailleurs, exit les « Dismemberment »  et « Morbidity » de leurs débuts! Les gus ont pris en maturité que ce soit dans l’écriture ou bien la composition, se démarquant ainsi de la masse en proposant une œuvre hybride des plus étranges.
Les Finlandais vont poser les bases d’entrée de jeu, faisant ainsi une sélection naturelle auprès de l’auditorat, avec « Who Am I? » et son intro aux sonorités très heavy couplée à un chant très guttural (Cf. DEMILICH et ABHORRENCE autres formations Finlandaises) de Janitor Mustasch. Les titres sont relativement courts mis à part le magnifique « Above the horizon » versant dans un death ultra efficace et headbangant à souhait, proche d’ENTOMBED, avec ces ambiances lourdes et malsaines (la fin du morceau est de toute beauté) comme sur « On the Hill of Desecration » avec ses chœurs ô combien jouissifs.

XYSMA nous transporte loin dans sa quête de la Vérité avec de nombreux changements de rythmes et interludes (« There’s Only The Sun »), ce « Uranus Falls » sorti de nulle part avec guitare sèche et voix claire sorte de « repos avant la guerre ». Les Finlandais nous livrent une œuvre complexe et à multiples facettes où peuvent se côtoyer dans un même titre death mid tempo, riffs heavy, passages plus rageurs mais aussi atmosphériques ou encore chant clair (« Aspirations »). Une sorte de CARCASS meets AUTOPSY meets BLACK SABBATH pour résumer.


L’écoute se poursuit avec « First & Magical » second objet non identifié du groupe, sorti en 1992, qui marquera le retour de Thee Stanius ex-REPULSE (pre-XYSMA) et ex-DISGRACE. Cet opus est la suite logique de « Yeah » avec une composition assez similaire : petite intro avec riffs heavy (titre d’ouverture « One More Time »), la petite interlude avec guitare sèche « Can’t Imagine Your Death » et un rappel à leur premier album avec « Uranus Fall Again ». Mais le groupe va pousser plus loin leurs expérimentations optant notamment pour un « chant » moins grave et plus passe-partout avec des influences heavy plus marquées.
Le groupe nous offre là un album de death’n’roll de très bonne facture mais aussi des plus étonnants avec quelques sonorités électroniques (toujours cet « Uranus Fall Again ») et une bonne louche de rock rétro avec des nappes de clavier très seventies « My Mind Like A Heron ». On notera aussi l’introduction de « Clouds Give Me Consolation » qui fait grandement penser à NIRVANA et son « Smells Like Teen Spirit » sorti une année avant… Bref! Ce « First & Magical » est nettement plus riche,rythmé,barré et lumineux que son prédécesseur qui, je ne sais pourquoi, me rapporte aux romans d’Arto Paasilinna.

Place maintenant à la seconde galette de cette compilation qui, vous l’aurez compris, s’attarde sur les débuts du groupe avec en guise d’ouverture leur première demo « Swarming of the Maggots », parue en 1989, et son intro hypnotique et horrifique à souhait! Alors certes la production est beaucoup plus cheap et brouillonne comparée à celle des deux premiers albums mais cela ne choque en rien et sied bien au style donnant même du cachet à l’ensemble.
Car XYSMA nous délivre ici un grind/death abrasif, raw, percutant influencé par NAPALM DEATH, CARCASS ou bien SORE THROAT avec la petite touche Finlandaise faite d’ambiances occultes mais aussi de passages plus lents, lourds et visqueux (« Burbed Rectum »). Une demo extrêmement courte, brutale mais variée qui vous malmène de bout en bout avec un chant tantôt très caverneux et glaireux (« Sudden Impulse ») tantôt hystérique et inhumain (« Fetid Gurgitation ») tantôt porcin (« Fleshsaw ») se concluant par un cover de NAPALM DEATH le bien nommé « Deceiver  ».

Mais le côté grind va progressivement s’estomper au profit du death, avec notamment de gros changements niveau composition, l’exemple le plus frappant étant l’EP « Fata Morgana » paru en 1990 en format vinyle via le label US Seraphic Decay Records, sorte d’amuse bouche pre-« Yeah » qui sert ici d’interlude. Seulement trois titres dont « One the Hill of Desecration » présent sur le premier album des Finlandais et un titre live mais aussi le monstrueux « Embodiment of Morbidity/Fata Morgana » et ces 6 minutes de bestialité, de breaks en tout genre propre au groupe ainsi que sa superbe outro.
Des débuts extrêmement prometteurs et novateurs qui vont influencer bon nombre de groupes avec notamment leur premier EP « Above the Mind of Morbidity » qui renferme bon nombre de tueries à commencer par « Fœtal Mosh ». Les Finlandais versent dans un grind/death savamment dosé et plus basique, tout est calculé afin de briser un grand nombre de nuques. Une bonne décharge de violence avec un chant grunt des plus malsain (« Paradise of Steaming Cadavers») et des titres percutants, accrocheurs et rugueux sur lesquels plane un brouillard opaque et putride.

Malgré un livret assez maigre ne contenant que quelques photos du groupe ainsi qu’une courte introduction, cette compilation reste un bel objet renfermant la quintessence du groupe et donnant un petit aperçu de la scène extrême Finlandaise de la fin des années 80-débuts 90. Et, à défaut de vous la procurer, car difficile à trouver, je vous conseille tout de même de jeter une oreille sur ce groupe mésestimé qui mérite grandement le détour.



DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
14/12/2019 09:52
Hammerheart Records vient de rééditer la compilation pour ceux que ça intéresse Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Xysma
Grind/Death Metal
2004 - Spikefarm Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (2)  4/5

plus d'infos sur
Xysma
Xysma
Grind/Death Metal - 1988 - Finlande
  

tracklist
CD 1
01.   Why Am I I?  (03:19)
02.   On the Hill Of Desecration  (03:37)
03.   Uranus Falls  (02:08)
04.   Aspirations: (I) Reflections Of Eternity  (03:03)
05.   Aspirations: (II) First Sunbeams Of The New Beginning  (03:20)
06.   Untitled  (00:50)
07.   Above The Horizon  (04:38)
08.   Importance Of The Dimensionless Mirage  (02:36)
09.   Until I Reach The Unattainable  (03:07)
10.   There's Only One Sun  (01:38)
11.   Written Into The Sky  (03:09)
12.   Outro  (00:50)
13.   One More Time  (04:07)
14.   Souls Are Stolen  (01:54)
15.   Uranus Falls Again  (02:23)
16.   Turning  (03:16)
17.   You Can Call Everything In A Question  (02:41)
18.   My Mind Like A Heron  (02:56)
19.   Clouds Give Me Consolation  (02:50)
20.   Can't Imagine Your Death  (04:32)
21.   Symbol  (03:17)
22.   It's My Sound  (03:11)

CD 2
01.   Intro  (00:45)
02.   Pulsating Cerebral Slime  (00:36)
03.   Pulverized Necrobrains  (01:27)
04.   Gripping Slaughter  (00:38)
05.   Festering Sore  (00:16)
06.   Procreated From Blood  (01:42)
07.   Sudden Impulse  (01:32)
08.   Unanaesthetic Genitoplasty  (00:17)
09.   Fetid Gurgitation  (00:08)
10.   Fleshsaw  (01:12)
11.   Pathologists Perversitys  (00:24)
12.   Priests Fomented In Excrements  (00:47)
13.   Charred Limbs  (00:36)
14.   Drown Oneself  (00:53)
15.   Burbed Rectum  (02:27)
16.   Phrenetic Chainsaw Suicide  (00:54)
17.   Evisceration  (01:43)
18.   Vacant Mind  (00:27)
19.   Deceiver (Napalm Death Cover)  (00:30)
20.   On The Hill Of Desecration  (03:40)
21.   Entangled In Shreds (Live)  (02:29)
22.   Embodiment Of Morbidity / Fata Morgana  (06:02)
23.   Foetal Mush  (02:00)
24.   Paradise Of Steaming Cadavers  (04:27)
25.   Entangled In Shreds  (02:38)
26.   Mild Stench Of Rot  (02:30)
27.   Dismemberment In Trance  (03:31)
28.   Cranial Cradle  (03:12)

Durée : 111:05

parution
1 Décembre 2004

Essayez aussi
Harlots
Harlots
Betrayer

2008 - Lifeforce Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Fear, Emptiness, Despair

1994 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
The Code Is Red... Long Live The Code

2005 - Century Media Records
  
Expulsion
Expulsion
Nightmare Future (EP)

2017 - Relapse Records
  
Man Must Die
Man Must Die
No Tolerance For Imperfection

2009 - Relapse Records
  

Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique