chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
148 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tristania - Darkest White

Chronique

Tristania Darkest White
L'important changement de line-up intervenu après "Illumination" (2007) a fait beaucoup de mal aux Norvégiens. Avec le successeur "Rubicon", le nouveau septette reconstitué autour du duo rescapé Hidle / Moen sera reparti de très bas, de trop bas même en ce qui me concerne, à tel point que j'avais déjà balancé le combo aux oubliettes. 3 ans et une remise en question plus tard, le groupe nous revient avec ce septième album dont l'intéressant artwork n'était pas parvenu à lever tous les a priori que j'avais en tête. Mais dans mes oreilles, il n'aura fallu que quelques secondes à "Darkest White" pour faire renaître une lueur d'espoir.

Si comme moi, vous vous attentiez à de la pop metal gothique pour adolescentes boutonneuses mal dans leur peau, l'ouverture "Number" devrait recentrer le débat. A mille lieux du style outrageusement racoleur de "Rubicon", Tristania reprend la route où il l'avait laissée après "Illumination", en proposant d'entrée de jeu un metal gothique froid et violent aux faux airs de Moonspell, voire Cradle Of Filth (excusez du peu). Le contraste est saisissant et la surprise d'autant plus réjouissante que les Norvégiens semblent particulièrement inspirés : on est littéralement happé par l'atmosphère sombre et mélancolique déployée par ce début d'album ainsi que par le groove et la qualité du travail de composition, certes classique mais terriblement efficace. Les guitares reprennent enfin le dessus sur le chant, l'instrumentation se fait plus brute, plus acérée, et les arrangements vocaux plus discrets, accompagnant à merveille ce changement de cap. Bien qu'on ne soit plus à la Star Ac' (merci), Tristania reste un défilé de voix puisque vous en entendrez pas moins de quatre ici, se partageant l'espace, des excellents hurlements d'Anders Hidle à la touche féminine de Mariangela en passant par les prouesses vocales de nos amis Ole Vistnes et bien sûr Kjetil Nordhus qu'on ne présente plus.

Que Vibeke nous manque... Si Tristania a gommé bon nombre de défauts de son expérience précédente, il n'a, pour moi, pas su faire le bon choix de chanteuse. Malgré tout le mal qu'elle se donne, je demeure insensible à la prestation de Mariangela dont la personnalité de la signature vocale n'a d'égal que son incapacité à émouvoir. Sans cesse à fond, trop dans la technique, dans la démonstration, à aucun moment elle ne parvient à s'imposer contrairement à sa prédécesseure qui possédait ce feeling et cette sensualité si subtile. Alors il y a de quoi s'insurger lorsque s'ennuie à côté un Kjetil qui aurait su faire toute la différence. Dommage car en fin de compte, là se trouve le seul véritable défaut de "Darkest White". Bien que la première moitié de l'album soit un cran au dessus, les compositions sont toutes bonnes sans exception, même les plus calmes qui apportent une pause sans tomber dans la niaiserie. On sent que le groupe a retrouvé une seconde jeunesse et l'équilibre parfait entre rage et émotions, renouant avec cette musique d'une incroyable richesse qui a fait leur renommée. On pourra toujours reprocher à Tristania de ne faire que du Tristania et il est clair que ce septième album n'a rien d'exceptionnel sur la forme mais on plane ici tellement au dessus de la plupart des formations de metal gothique qu'il serait idiot de bouder son plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
26/05/2013 23:29
note: 7.5/10
Ant'oïn a écrit : Comme d'hab ça troll sur les fautes d'orthographes et pas sur le fond.

Bien cool la Chro j'avoue ne connaitre de ce groupe que Beyond the Veil qui à l'air d'être bien different des nouvelles sorties. L'extrait est vraiment cool, je voulais savoir si y'avais beaucoup de chant feminin de type lyrique comme sur Beyond The Veil ?


Merci Ant'oin. Non il n'y a plus de chant lyrique comme avant. La remplaçante de Vibeke a une voix plus classique et impersonnelle, le seul talon d’Achille du Tristania post "Illumination". Ca n'a d'ailleurs plus grand chose à voir avec la période Veland / symphonique (que l'on peut tirer jusqu'à "World of Glass") : depuis "Ashes", on est plus sur un metal gothique burné qu'ambiancé Sourire
Ant'oïn citer
Ant'oïn
26/05/2013 23:18
Comme d'hab ça troll sur les fautes d'orthographes et pas sur le fond.

Bien cool la Chro j'avoue ne connaitre de ce groupe que Beyond the Veil qui à l'air d'être bien different des nouvelles sorties. L'extrait est vraiment cool, je voulais savoir si y'avais beaucoup de chant feminin de type lyrique comme sur Beyond The Veil ?
Dead citer
Dead
26/05/2013 22:43
note: 7.5/10
Aguirre a écrit : c'est quoi "l'emprunte vocale"? Elle va la rendre ou quoi? C'est en gage pour un temps limité?

Haha pardon, je me suis emballé, je voulais dire "empreinte". Je corrige Mort de Rire
Invité citer
Aguirre
26/05/2013 20:47
c'est quoi "l'emprunte vocale"? Elle va la rendre ou quoi? C'est en gage pour un temps limité?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tristania
Metal gothique
2013 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (28)  7.67/10

plus d'infos sur
Tristania
Tristania
Metal gothique - 1996 - Norvège
  

vidéos
Teaser
Teaser
Tristania

Extrait de "Darkest White"
  

tracklist
01.   Number
02.   Darkest White
03.   Himmelfall
04.   Requiem
05.   Diagnosis
06.   Scarling
07.   Night on Earth
08.   Lavender
09.   Cypher
10.   Arteries

Durée : 48 min.

line up
parution
31 Mai 2013

voir aussi
Tristania
Tristania
Beyond The Veil

1999 - Napalm Records
  
Tristania
Tristania
Ashes

2005 - Steamhammer Records (SPV)
  
Tristania
Tristania
Widow's Weeds

1998 - Napalm Records
  
Tristania
Tristania
Illumination

2007 - Steamhammer Records (SPV)
  
Tristania
Tristania
Rubicon

2010 - Napalm Records
  

Essayez aussi
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Eternal Silence

2015 - Sleaszy Rider Records
  
Fall Of The Leafe
Fall Of The Leafe
Fermina

2002 - Icarus Music
  
Moonlight
Moonlight
Floe

2000 - Metal Mind Productions
  
Madrigal
Madrigal
I Die, You Soar

2001 - Nuclear Blast Records
  
Octavia Sperati
Octavia Sperati
Grace Submerged

2007 - Candlelight Records
  

Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique