chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Kingdom of Conspiracy

Chronique

Immolation Kingdom of Conspiracy
En ces temps troublés, il est bon de pouvoir se rattacher à certaines choses immuables : les notes en dessous de la ceinture de von_yaourt, les émissions télés débiles (Nelly qui repart avec Medhi, allo non mais allo quoi), et les albums d’Immolation. En effet, dans la famille Immolation, on se ressemble de père en fils quasiment trait pour trait ; et vu que le talent musical fait parti des gènes de la famille, on ne s’inquiète pas trop des allocations qu’on va devoir leur verser, on préfère laisser parler la musique !

Alors OK, ce « Kingdom of Conspiracy » est né avec une vilaine tête : ses grands frères avaient pour eux un physique bien plus agréable, et j’ai même envie de dire en refaisant le compte que jamais une pochette d’Immolation n’avait pas été moche avant ce jour. Ce constat en tête, le petit « Kingdom of Conspiracy » a voulu compenser son physique disgracieux en faisant remarquer à tout un chacun sa vigoureuse virilité… Un peu surprenant à l’heure où son progéniteur fête ses 25 ans de carrière et pourrait avoir tendance à s’assagir, et pourtant cela fait longtemps qu’un album d’Immolation n’avait pas autant « envoyé du bois », comme l’on dit encore dans les contrées lointaines de l’Internet. A l’exception de « Echoes of Despair » et « All That Awaits Us », qui contiennent des tempos un brin plus lents, la tendance est à la démultiplication des BPMs, menée par un Steve Shalaty qui s’adapte sans difficultés aux riffs chaotiques et non conventionnels de Rob Vigna. Immolation n’a pas viré sa cutie c’est certain, et c’est avec un plaisir sans retenue que j’ai retrouvé dès les premières minutes l’ambiance, l’univers et la maîtrise des New Yorkais, qui ont encore accouché d’un beau bébé. En se penchant plus en détail sur son berceau, on aura parfois le tournis à trop respirer les vapeurs méphitiques de certains leads (« Indoctrinate »), à humer ses rythmiques plombées (les deux premiers riffs de « Keep of Silence », WOW), ou à respirer à plein poumons la pleine puissance d’une attaque frontale (le titre éponyme) ; et alors qu’on croirait pouvoir se remettre en écoutant ses gazouillis de nouveau né, c’est Ross Dolan qui nous accueille avec son chant d’outre tombe, l’un des meilleurs du genre (et intelligible, la perf’ quand même).

Alors oui, si je ne m’inquiètes plus sur la durée de vie d’un aussi bel être, qui fera votre bonheur auditif des années durant, il me reste un regret à exprimer : que son producteur ait souhaité l’affublé d’une production trop aseptisé et « moderne », qui gâche l’expérience si l’on s’attache trop au son de la batterie. Une prod à la « Majesty & Decay » eut été parfait. Mais si vous savez faire l’impasse là-dessus, alors plus d’hésitations : adoptez cette progéniture d’un mariage d’amour (musical) entre 4 hommes majeurs et consentants, je vous promet que vous allez rapidement vous y attacher…jusqu’à son futur petit frère.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
26/07/2013 10:49
note: 7.5/10
Kingdom Of Digital Conspiracy. Wall

J'ai rarement entendu un album aussi mal produit, et pourtant j'en ai écouté des prod's made in Zach Ohren , mais là c'est juste pas possible, tout tombe à plat.

Vraiment dommage parce que en terme de qualité de compos, je pense qu'il aurait pu rivaliser avec M&D, il est même peut-être plus homogène.

Bref, l'album est à l'image de la pochette: l'impression que tout a été fait dans l'urgence.
Jotun35 citer
Jotun35
05/06/2013 14:19
note: 6.5/10
Je suis un gros fan d'Immo... mais surtout du Immolation lent, qui avance tel un char d'assaut écrasant lentement tout sur son passage. J'ai donc été énormément décu par cet album. Autant M&D était brillant et se hisse sans souci au sommet de leur discographie (ou pas très loin du sommet en tout cas), autant ce dernier album me fait penser à du Immo en pilote automatique avec un Steve peu inspiré qui se contente de "blaster comme un con" là où il avait réalisé un travail d'orfèvre sur le précédent opus (à tel point que je ne regrettais absoluement plus Hernandez).

Bref je le met à peine au dessus de leur pire album, Harnessing Ruin (qui n'est pas un mauvais album de death... juste un mauvais Immolation).
citer
(ancien membre)
07/06/2013 22:59
note: 4/10
Pénible, sans âme, surproduit, ... tout ça
Comme quoi les dégoûts et les douleurs
TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
31/05/2013 10:04
note: 8/10
Excellent album !
Préférence pour "Bound to Order" avec ses riff dissonants et "The Great Sleep" pour son côté rampant et sa fracassante conclusion.
C'est effectivement leur opus le plus bourrin depuis longtemps..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (14)  6.96/10
Webzines : (34)  7.78/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Kingdom of Conspiracy
Kingdom of Conspiracy
Immolation

Extrait de "Kingdom of Conspiracy"
  
Indoctrinate
Indoctrinate
Immolation

Extrait de "Kingdom of Conspiracy"
  

tracklist
01.   Kingdom of Conspiracy
02.   Bound to Order
03.   Keep the Silence
04.   God Complex
05.   Echoes of Despair
06.   Indoctrinate
07.   The Great Sleep
08.   A Spectacle of Lies
09.   Serving Divinity
10.   All That Awaits Us

line up
parution
10 Mai 2013

voir aussi
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Providence (EP)

2011 - Scion Audio Visual
  
Immolation
Immolation
Harnessing Ruin

2005 - Listenable Records
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Repugnant
Repugnant
Hecatomb (EP)

1999 - To The Death
  
Dehuman
Dehuman
Graveyard Of Eden

2015 - Kaotoxin Records
  
Vader
Vader
Impressions In Blood

2006 - Regain Records
  
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  
Desultory
Desultory
Counting Our Scars

2011 - Pulverised Records
  

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique