chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immolation - Kingdom of Conspiracy

Chronique

Immolation Kingdom of Conspiracy
En ces temps troublés, il est bon de pouvoir se rattacher à certaines choses immuables : les notes en dessous de la ceinture de von_yaourt, les émissions télés débiles (Nelly qui repart avec Medhi, allo non mais allo quoi), et les albums d’Immolation. En effet, dans la famille Immolation, on se ressemble de père en fils quasiment trait pour trait ; et vu que le talent musical fait parti des gènes de la famille, on ne s’inquiète pas trop des allocations qu’on va devoir leur verser, on préfère laisser parler la musique !

Alors OK, ce « Kingdom of Conspiracy » est né avec une vilaine tête : ses grands frères avaient pour eux un physique bien plus agréable, et j’ai même envie de dire en refaisant le compte que jamais une pochette d’Immolation n’avait pas été moche avant ce jour. Ce constat en tête, le petit « Kingdom of Conspiracy » a voulu compenser son physique disgracieux en faisant remarquer à tout un chacun sa vigoureuse virilité… Un peu surprenant à l’heure où son progéniteur fête ses 25 ans de carrière et pourrait avoir tendance à s’assagir, et pourtant cela fait longtemps qu’un album d’Immolation n’avait pas autant « envoyé du bois », comme l’on dit encore dans les contrées lointaines de l’Internet. A l’exception de « Echoes of Despair » et « All That Awaits Us », qui contiennent des tempos un brin plus lents, la tendance est à la démultiplication des BPMs, menée par un Steve Shalaty qui s’adapte sans difficultés aux riffs chaotiques et non conventionnels de Rob Vigna. Immolation n’a pas viré sa cutie c’est certain, et c’est avec un plaisir sans retenue que j’ai retrouvé dès les premières minutes l’ambiance, l’univers et la maîtrise des New Yorkais, qui ont encore accouché d’un beau bébé. En se penchant plus en détail sur son berceau, on aura parfois le tournis à trop respirer les vapeurs méphitiques de certains leads (« Indoctrinate »), à humer ses rythmiques plombées (les deux premiers riffs de « Keep of Silence », WOW), ou à respirer à plein poumons la pleine puissance d’une attaque frontale (le titre éponyme) ; et alors qu’on croirait pouvoir se remettre en écoutant ses gazouillis de nouveau né, c’est Ross Dolan qui nous accueille avec son chant d’outre tombe, l’un des meilleurs du genre (et intelligible, la perf’ quand même).

Alors oui, si je ne m’inquiètes plus sur la durée de vie d’un aussi bel être, qui fera votre bonheur auditif des années durant, il me reste un regret à exprimer : que son producteur ait souhaité l’affublé d’une production trop aseptisé et « moderne », qui gâche l’expérience si l’on s’attache trop au son de la batterie. Une prod à la « Majesty & Decay » eut été parfait. Mais si vous savez faire l’impasse là-dessus, alors plus d’hésitations : adoptez cette progéniture d’un mariage d’amour (musical) entre 4 hommes majeurs et consentants, je vous promet que vous allez rapidement vous y attacher…jusqu’à son futur petit frère.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
26/07/2013 10:49
note: 7/10
Kingdom Of Digital Conspiracy. Wall

J'ai rarement entendu un album aussi mal produit, et pourtant j'en ai écouté des prod's made in Zach Ohren , mais là c'est juste pas possible, tout tombe à plat.

Vraiment dommage parce que en terme de qualité de compos, je pense qu'il aurait pu rivaliser avec M&D, il est même peut-être plus homogène.

Bref, l'album est à l'image de la pochette: l'impression que tout a été fait dans l'urgence.
Jotun35 citer
Jotun35
05/06/2013 14:19
note: 6.5/10
Je suis un gros fan d'Immo... mais surtout du Immolation lent, qui avance tel un char d'assaut écrasant lentement tout sur son passage. J'ai donc été énormément décu par cet album. Autant M&D était brillant et se hisse sans souci au sommet de leur discographie (ou pas très loin du sommet en tout cas), autant ce dernier album me fait penser à du Immo en pilote automatique avec un Steve peu inspiré qui se contente de "blaster comme un con" là où il avait réalisé un travail d'orfèvre sur le précédent opus (à tel point que je ne regrettais absoluement plus Hernandez).

Bref je le met à peine au dessus de leur pire album, Harnessing Ruin (qui n'est pas un mauvais album de death... juste un mauvais Immolation).
citer
(ancien membre)
07/06/2013 22:59
note: 4/10
Pénible, sans âme, surproduit, ... tout ça
Comme quoi les dégoûts et les douleurs
TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
31/05/2013 10:04
note: 8/10
Excellent album !
Préférence pour "Bound to Order" avec ses riff dissonants et "The Great Sleep" pour son côté rampant et sa fracassante conclusion.
C'est effectivement leur opus le plus bourrin depuis longtemps..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immolation
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (14)  6.93/10
Webzines : (34)  7.78/10

plus d'infos sur
Immolation
Immolation
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Kingdom of Conspiracy
Kingdom of Conspiracy
Immolation

Extrait de "Kingdom of Conspiracy"
  
Indoctrinate
Indoctrinate
Immolation

Extrait de "Kingdom of Conspiracy"
  

tracklist
01.   Kingdom of Conspiracy
02.   Bound to Order
03.   Keep the Silence
04.   God Complex
05.   Echoes of Despair
06.   Indoctrinate
07.   The Great Sleep
08.   A Spectacle of Lies
09.   Serving Divinity
10.   All That Awaits Us

line up
parution
10 Mai 2013

voir aussi
Immolation
Immolation
Here In After

1996 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Providence (EP)

2011 - Scion Audio Visual
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Failures For Gods

1998 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Majesty and Decay

2010 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Phobocosm
Phobocosm
Deprived

2014 - Dark Descent Records
  
Morgoth
Morgoth
Odium

1993 - Century Media Records
  
Unleashed
Unleashed
Where No Life Dwells

1991 - Century Media Records
  
Ashura
Ashura
Legacy Of Hatred

2007 - Thundering Records
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Temple Of Phobos

2016 - Pulverised Records
  

Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique