chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Black Dahlia Murder - Everblack

Chronique

The Black Dahlia Murder Everblack
Pour ne rien vous cacher, Ritual a malencontreusement pris la poussière chez moi… Album bien rôdé mais peu mémorable et ayant un arrière goût de chutes de studio de Deflorate. Un premier faux pas de The Black Dahlia Murder après quatre très bons brûlots. Mais la surprise fut mienne début avril. Le single « Into The Everblack » en guise d’extrait « teaser » et l’artwork classieux (moins « cartoon » et d’avantage « metal extême ») de Nick Keller (le bonhomme bosse à Weta Worshop, entreprise spécialisée dans les effets spéciaux, responsable entre autre de la trilogie du Seigneur des Anneaux) auront su me redonner confiance. Pour ce sixième opus Everblack, The Black Dahlia Murder voit sa section rythmique remodelée. Le groupe du Michigan se sépare de son bassiste Bart Williams (au mixage de cet album) au profit de Max Lavelle (ex-Despised Icon, ex-Goratory) ainsi que de son batteur Shannon Lucas (tous les deux présents depuis Nocturnal), remplacé par le jeune Alan Cassidy (ex-Abigail Williams).

Inutile de chercher plus loin dans ma chronique, la recette de The Black Dahlia Murder ne change pas d’un iota. Une combinaison moderne de death US et death/thrash mélodique scandinave (« metalcore » encore pour certains… Incompréhensible) qui se prend les oreilles grandes ouvertes sans réfléchir. La faute à des structures formatées et des riffs relativement génériques portés par un chant méchamment caricatural de Trevor. Et pourtant cela fonctionne depuis près de 10 ans ! La maîtrise et l’efficacité sont difficilement contestables. La première partie de Everblack enfoncera le clou. « In Hell Is Where She Waits for Me », « Goat of Departure » (ses « 666 » à hurler dans la rue), « Into The Everblack » (refrain imparable et son break frissonnant à 1:43) : trois morceaux à placer sur le podium des Américains, rien que ça… The Black Dahlia Murder revient à l’ambiance « dark » (la conclusion black/death suédois « Map Of Scars » comme point final) savoureuse laissée sur Nocturnal (quatrième chronique la plus lue du site, merci à vous) mais ira la marier à un aspect « direct ». Le résultat est sans appel : gros soufflet.

Une fois « Raped in Hatred by Vines of Thorn » arrivé, l’excitation commencera malheureusement à s’estomper… Le reste de l’album n’a rien de mauvais au contraire, mais semble aussi convenu que Ritual. Un « Phantom Limb Masturbation » en demi-teinte, « Every Rope A Noose » ou certainement l’un des titres les plus pauvres du groupe ou l’inégal « Their Beloved Absentee » gâcheront la fête. L’accroche demeure bien présente comme en témoigne le combo mélodique « Control » (refrain titilleur paroxystique, l’un des morceaux les plus mélodiques de leur discographie) et « Blood Mine » (encore un refrain à vous mettre en transe). Comme d’habitude on retrouvera un Ryan Knight (ex-Arsis dois-je le rappeler) sous-exploité et transparent, pris à la gorge par Trevor. Le guitariste ne servant qu’à placer des soli alambiqués (« Map Of Scars ») mais bien trop contenus sur chaque morceau de ce Everblack. Il en ira de même pour la nouvelle recrue à la batterie. Un jeu ultra carré aux accélérations « décoiffe postiche » mais manquant cruellement de folie.

Malgré une première partie d’album renouant avec l’ambiancé Nocturnal (puis repris sur la conclusion de la galette) et plaçant la barre très haut (meilleure offrande du groupe à ce jour), le reste paraîtra encore une fois trop conformiste. Une musique efficace à n’en point douter (meilleure que Ritual) mais commençant à lasser et perdant de l’impact antérieur… Le contraste est assez étonnant. Si seulement le groupe avait continué dans le sens de ses trois premiers titres énormissimes (un sans faute)… O combien frustrant. 10 années que The Black Dahlia Murder officie, forcément l’exigence est plus forte à chaque nouvelle sortie. Everblack saura posséder votre nuque, un objectif clairement atteint mais sous un sourire légèrement crispé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Black Dahlia Murder
Death/Thrash mélodique
2013 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  7.5/10
Webzines : (38)  8.03/10

plus d'infos sur
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Death/Thrash mélodique - 2001 - Etats-Unis
  

vidéos
Goat of Departure
Goat of Departure
The Black Dahlia Murder

Extrait de "Everblack"
  

tracklist
01.   In Hell Is Where She Waits for Me
02.   Goat of Departure
03.   Into the Everblack
04.   Raped in Hatred by Vines of Thorn
05.   Phantom Limb Masturbation
06.   Control
07.   Blood Mine
08.   Every Rope a Noose
09.   Their Beloved Absentee
10.   Map of Scars

Durée : 44:33

line up
parution
10 Juin 2013

voir aussi
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Abysmal

2015 - Metal Blade Records
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Miasma

2005 - Metal Blade Records
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Nightbringers

2017 - Metal Blade Records
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Unhallowed

2003 - Metal Blade Records
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Deflorate

2009 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
The Forsaken
The Forsaken
Arts of Desolation

2002 - Century Media Records
  
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  
The Forsaken
The Forsaken
Traces of the Past

2003 - Century Media Records
  
Kalmah
Kalmah
Swamplord

2000 - Spikefarm Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
...and Death Said Live

2012 - AFM Records
  

Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique