chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Peste Noire - Peste Noire

Chronique

Peste Noire Peste Noire
C'est tambour battant que PESTE NOIRE scande son renouveau avec un album éponyme revigorant la fierté d'agiter cet étendard à la tête de mort et de foutre des coups de paraboots bleu blanc rouge au sein de la fourmillière Black Metal internationale depuis près de 12 ans. Depuis DOR DAEDELOTH, le chemin de croix de Famine a été semé d'embûches, au milieu des falsificateurs d'identité, de la horde de zombie bootleggers timbrés, des détracteurs invétérés -parfois proches de la maladie mentale- et des galères diverses, à l'image de celle dans laquelle s'est embarquée la tête pensante de ce groupe français pour la sortie maintes fois retardée de cette nouvelle cuvée que je n'ai pas manqué de suivre malgré les maux d'estomac que m'avaient donnés la précédente.

Bref, après la centralisation en 2011 de tout ce qui se rapporte à PESTE NOIRE sur cet organe de propagande unique qu'est La Mesnie Herlequin, deux éditions pour le successeur de L'ordure à l'état pur furent proposées en pré-commande : l'une minimaliste, exposant une pochette cartonnée en noir et blanc au design proche du Warsaw de JOY DIVISION avec un double clin d’œil humoristique, à la fois aux « Parasites Sociaux » et à l'État français, l'autre avec un somptueux packaging comme rarement j'en ai vu pour une sortie Black Metal, exposant fièrement la nouvelle position stratégique de PESTE NOIRE : l'Auvergne, avec ce gonfanon revisité pour l'occasion par Metastazis, responsable une fois encore de toutes les illustrations qui rappellent tantôt l'art médiéval, tantôt certaines images de propagande du XX° siècle, à l'image d'un Famine déguisé plusieurs fois l'occasion, tantôt dominant avec ses ongles crochus le globe du Black Metal livré à son ambition dévorante, tantôt représenté en uniforme plus typé XIX° siècle, tantôt en moine, en compagnie de l'excellent batteur Ardraos (officiant dans SUNHÖPFER son projet solo, dans CHRISTICIDE, dans AORLHAC et dans d'autres bons groupes...) lui aussi costumé pour l'occasion. Un ensemble d'illustrations chevaleresques comme humoristiques qui donne une vraie cohérence à l'atmosphère qui ressort tout le long de ce véritable panier à quenelles qui était attendu le pied ferme par les aficionados du groupe tout comme -et c'est une des forces du KPN- par ses farouches opposants.



C'est une fière et belle ambiance qui constitue l'épicentre de la nouvelle œuvre du Kommando et contribue à façonner un ensemble bien plus marquant que la précédente offrande. Dès « Le retour de la peste », introduction martiale perclus d'extraits de discours des meneurs de la L.V.F. avec parmi eux celui de Pierre Clémenti dont l'extrait de la diatribe lance l'album et pose ses marques. PESTE NOIRE, fort de sa nouvelle mission, gagne en intransigeance et en rigueur des convictions ce qu'il perd en « grotesque »... et se fait donc bien plus pertinent dans ses riffs, qui déversent cette patte bien connue à l'aide d'un son délicieusement organique, mettant en valeur les atouts comme les défauts du maelström d'influences guitaristiques du sieur Famine, supportés bravement par la batterie tentaculaire d'Ardraos dont la patte est immédiatement reconnaissable, de par ses breaks dynamiques qui rythment avec maestria ses blasts comme ses patterns plus classiques.

Le fameux batteur allume d'ailleurs dès « Démonarque » un blast surpuissant qui laisse bientôt la place à la voix complètement maladive de Famine, cet instrument vulgaire et irrégulier qui peut être aussi crispant sur certains passages que complètement transcendant sur d'autres, comme par exemple le final ultra poignant de « La bêche et l'épée contre l'usurier », un des morceaux de PESTE NOIRE les plus aboutis de ces dernières années à mon sens. Le genre de morceau sur lequel on s'enflamme dès la première écoute et qui marque durablement un auditeur. « R'garde ma France, c'qu'elle est devnue / L'est toute rance, depuis qu't'es r'v'nu / Un hosto-zoo, une psychiatrie / C'est tout c'qui reste de ma patrie... MA... PATRIE »... ce genre de vindicte complètement habitée montre une fois encore que Famine est resté ce parolier brillant, sachant exprimer sa rancœur et ses revendications autant dans un registre plus soutenu qu'au travers de punchlines plus relâchées. Et aux longueurs plombantes et grinçantes de la précédente offrande se substituent ces passages savoureux qui font se dresser instantanément les poils du corps de l'auditeur et illuminent Peste Noire de leur aura. En effet, ce disque brille bien souvent par ses assauts polyvalents, à l'image du tourbillon « Niquez vos villes » qui propose un panel de riffs aussi variés qu'efficaces, comme le groove totalement dément que Famine et Ardraos mettent sur le monstre qui succède à son introduction solennelle et qui fait clairement partie des réussites de cet offrande. « À moi la Haute-Loire ! » hurle à pleins poumons le chantre du « BM ttbm » qui insulte à tours de bras "lo Anemi Francor" lors d'un rap bas-du-front évoquant avec un second degré évident Seth Gueko, vomissant les affres de la modernité du « Samsung dernier cri » pour ensuite hurler avec une rage brûlante, annoncée par les instruments à vent venus à son secours, l'urgence de la révolte face aux « catastrophes qui s'préparent » pour finir, après la cavalerie menée par le « mystérieux » chevalier ukrainien R., sur un solo aussi efficace que maîtrisé.

Et on y croit, à cet album burné qui sait se faire fédérateur grâce à ses nombreux chants catalysés par l'alcool et entonnés à plusieurs reprises par la voix vigoureuse souvent fausse mais touchante de La Sale Famine de Valfunde et de ses compères. Sur « Démonarque », par exemple, accompagné par l'accordéon d'Ardraos, notre bougre se targue d'une rengaine accrocheuse (« Ah, qui voudra recouvrer le sens et le mérite / Qu'il aille dans les zones occupées de France et qu'il se fritte ! ») que la voix soyeuse de Sainte Audrey-Yolande de la Molteverge finit par rejoindre lors d'un duo final de toute beauté. Cette voix cristalline et aérienne hante notamment « La bêche et l'épée contre l'usurier » où elle sonne un tocsin monarchiste espérant le retour des « prince hardis » et « La blonde » notamment, où son intervention très sensuelle est un des points forts du morceau. En définitive, la voix déglinguée de Famine tantôt se suffit à elle-même, dans ses excès, dans ses forces et ses faiblesses, tantôt fait le choix de conduire ses hymnes en chœurs. Il faut dire que les soutiens ne manquent pas !

A cet organe erratique immédiatement reconnaissable se substituent les tessitures elles aussi uniques des invités plus ou moins connus qui hantent ce nouvel album de PESTE NOIRE, se métamorphosant ainsi en véritable « milice » pour l'occasion. Introduit à la manière d'un héraut par Famine sur « Démonarque », Ravenlord se targue d'une intervention qui se rapproche de manière très pertinente de la musique torturée qu'il a l'habitude de vomir et que l'on retrouve sur le début de « Moins trente degrés Celsius ». Mais c'est dans un registre plus inattendu et original qu'il répond aux hurlements de Melkor, son acolyte de WOODS OF INFINITY, sur « Niquez vos villes », magnifiant par la même le feeling dantesque inhérent à ce morceau complètement extraterrestre qui est à compter parmi les moments les plus intenses de ce nouvel opus lorsque la voix gutturale de Roman Saenko de HATE FOREST / DRUDKH / BLOOD OF KINGU et plus récemment RATTENFÄNGER (ainsi qu'un autre groupe que je n'ai pas envie de citer...), lancée comme un featuring hip-hop par le DJ Famine (« Mate qui chante sur mon skeud ! »), assène le dernier coup de boutoir de ce brûlot barrésien. Le colosse slave éructe également avec toute la puissance caverneuse qu'on lui connaît un poème de Taras Chevtchenko sur « Ode », paroxysme de la conviction et de l'émotion de cet album aux multiples facettes mais à la cohérence évidente.

Au milieu de ces belles harangues traîne « La blonde », tube schizophrène en puissance. Khräss de ABJEKT ou encore NÉKRHÄRKH pousse la chansonnette avec Famine sur cet hommage Oï/rock à la bière, boisson salvatrice comme destructrice, à l'image des deux phases du morceau. Le genre de petit délire entraînant dont on répétera inconsciemment les paroles faciles et accrocheuses telles que « La blonde ! Elle t'chiera pas des chiards dans l'dos ! La blonde ! Elle te d'mand'ra pas en mariage ! ». Si la première partie est diablement fraiche, efficace et distrayante, la seconde, davantage Black Metal, est plus sombre et aussi plus anecdotique... mais contrairement aux précédentes fantaisies comme « Cochon carotte et les sœurs crottes », trop indigeste et trop longue, « La blonde » sait s'arrêter quand il faut et s'avère être une réussite, un petit morceau à l'ambition limitée mais qui a le mérite de constituer une pause dans ce torrent d'émotions radicales qui parcourt l'échine de l'auditeur durant toute la durée de ce Peste Noire qui n'est pourtant pas indemne de défauts.

Si Dunkel de SALE FREUX et Lord Arawn de SACRIFICIA MORTUORUM se joignent à notre agitateur sur « Le clebs noir de Pontgibaud », ce morceau reste pourtant le plus faible de l'album, tant il me semble craquelé par les longueurs et les errements pénibles, notamment du clavier final qui est très agaçant. Et ce même s'il fait implicitement référence à cette petite bourgade puy-dômoise au Nord-Est de Clermont-Ferrand ! Cette nouvelle « patrie charnelle » semble fortement inspirante pour le meneur de PESTE NOIRE qui affirme une fois encore son intérêt pour le folklore médiéval au travers de passages purement atmosphériques convaincants où s'illustre avec grâce la vielle à roue, comme sur le long passage de « Démonarque » où, en compagnie de la flûte traversière d'Autumnos, la manivelle de l'Atrabiliaire et la guitare acoustique de Famine s'unissent pour chanter les louanges du « roi anarque » ou sur « Ode » et sa conclusion marquée au fer rouge par ce sublime héritage que le compositeur ressuscite avec une grande réussite. L'utilisation des trompettes et du clairon de Lazareth (« La bêche et l'épée contre l'usurier ») ainsi que du carnyx et du lituus de Veurmin (« Niquez vos villes ») rappellent également, durant leurs instants de gloire que l'Histoire, comme une réponse au monde moderne écrasant, n'est jamais loin de PESTE NOIRE, conférant ainsi au groupe une rare authenticité dans son rapport au patrimoine païen européen.

Pourtant, quelques longueurs pointent le bout de leur nez, avec en premier lieu certains riffs plus bateaux qui souffrent clairement de la comparaison avec d'autres, à l'image du premier break trop basique par rapport à ce qui le précède dans « La bêche et l'épée contre l'usurier » (2:42) ou de l'introduction traînante à laquelle succède une trame un peu fade sur « Le clebs noir de Pontgibaud » qui reste à mon goût une division en dessous des autres morceaux. J'ai encore du mal avec la voix de Famine qui a toujours cette tendance à être trop envahissante sur certains passages, versant parfois dans l'excès et la caricature dans ce registre cynique et farceur que beaucoup continueront de vénérer en me laissant sur le bord de la route. « Moins trente degrés Celsius » comporte également quelques longueurs initiales vite annihilées par une conclusion fringante emmenée par le galop d'Ardraos et les derniers hurlements d'un Famine qui saccage complètement son organe dans un « dernier cri » sans doute noyé dans les miasmes de l'alcool.

Malgré des faiblesses bien plus anecdotiques que sur L'ordure à l'état pur, les belles pulsations partisanes quitteront rarement le cœur de l'auditeur lors de l'écoute de ce nouvel opus qui porte en son sein un Black Metal atypique et varié, complètement enraciné et identitaire, un véritable manifeste qui insiste avec grâce et fierté sur des valeurs que peu partageront... oui, PESTE NOIRE porte bien haut ses couilles dans un Black Metal très très bien membré et impose Peste Noire non pas comme la compilation de ce qu'a pu faire le groupe par le passé mais comme un album entier, plutôt équilibré et carrément authentique qui rebutera les « moches de gauche » et qui renforcera l'ardeur des convaincus dans les moments de doute.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
03/06/2014 09:39
note: 7/10
Le morceau La bêche et l'épée contre l'usurier sauve l'album et peut justifier son achat.
Moins trente degrès celsius est pas mal aussi...

Le reste est bcp moins transcendant.

Sunn0)) citer
Sunn0))
18/08/2013 11:43
Les premières écoutes de l'album on été très pénibles, je trouvais ces titres trop plat, sans folie comparé à l'opus précédent. Le déclic est venu grâce à la dernière piste, notamment sa dernière partie qui m'a pas mal accroché. Je pense qu'on peut considérer cet album comme un alliage entre la sanie des siècles et l'ordure à l'état pur sans néanmoins tomber dans le versant d'un des deux albums nommés. Ce mélange bien loin d'être fade a réussi a avoir sa propre identité, à l'image d'une petite bourgade à l'allure médiévale enserrée dans un ensemble urbain.
Invité citer
godslayer
16/08/2013 21:27
Cela vous arrange de penser qu'il se marre, cela vous donne bonne conscience pour l'écouter. A mon avis c'est de votre imposture qu'il jouit...
Invité citer
LVR
20/07/2013 13:38
Le plus difficile c'est de savoir si Famine croit vraiment a ce qu'il écrit . Moi je pense qu'il se marre .
Invité citer
LVR
20/07/2013 13:34
C'est un guignol famine moi je prends en compte le bagage de l’extrême droite dans tout ce qu'il y a de plus grotesque et rigolo dans la musique de Famine . C'est pour ça que je l'aime (je peux comprendre que cela choque )
Mais contrairement aux groupies de la mesniee je ne le prends pas au sérieux.. non...
gulo gulo citer
gulo gulo
20/07/2013 13:08
Peste noire, peste brune, qui s'en soucie ? Qu'il profite bien de ce succès international et mette bien sa cartouche à Lady Gaga et Paris Hilton, ce prospère entrepreneur.
Invité citer
AnusFraicheur
19/07/2013 11:02
Geisterber a écrit :

Putain de geeks.


Auvergnat et Clermontois!
citer
(ancien membre)
19/07/2013 11:23
Je ne vais pas m'étendre sur la chro de Geist' qui, malgré sa provoc, est de qualité, par contre Neuntoter, achète toi un cerveau.
Moonshield a écrit :
Et j'ajouterais que ça fait beaucoup de bien un peu de nationalisme en cette periode sombre


Suffit d'actionner un quelconque interrupteur.
Invité citer
necro
19/07/2013 06:28
ce cd est parfait , du K.P.N a 100 %
Invité citer
Moonshield
19/07/2013 00:39
Bon bon bon...
Je l'ai beaucoup attendu ce nouveau KPN, Et bien je dois dire qu'à la première écoute j'étais juste déçu. Maintenant, après maintes écoutes je suis carrément plus emballé ! Démonarque est un morceau dont je ne me lasse pas et l'intro me fait toujours marrer "nous avons actuellement un rachaaaaat à effectuer" ahah cette voix. Apres pour Niquez vos villes j'ai eu du mal mais enfait ça passe bien. Pis c'est pas tous les jours qu'on entend un blackeux rapper de la sorte.
Et j'ajouterais que ça fait beaucoup de bien un peu de nationalisme en cette periode sombre, une réussite donc pour ma part!
Geisterber citer
Geisterber
19/07/2013 00:35
note: 8/10
Ah, je me disais que c'était bien calme pour une chronique de PESTE NOIRE. Les sbires de Murphy sont enfin de sortie.

Tout ce que je cite en gras ou entre guillemets est issu de l'album, simple effet de style de ma part. On pourra en penser ce qu'on veut, pour le reste conférer "A propos de cette chronique".

Quant à Pontgibaud, déformation professionnelle, j'ai confondu avec Sauxillanges... je m'en vais corriger ça de suite, une telle atrocité ne peut décemment pas figurer plus longtemps dans ma chronique.

Putain de geeks.
Invité citer
AnusFraicheur
18/07/2013 21:04
Pontgibaud est au Nord-Ouest de Clermont-Ferrand et pas du tout au Sud, vers Issoire...
Invité citer
Stockwel
14/07/2013 15:20
Je préfère de loin l'ordure à l'état pur. Même si celui-là n'est pas trop mal, il y a trop de passages que je trouve chiants et inutiles (genre breaks à rallonge où il ne se passe rien, qui cassent l'ambiance).
Sakrifiss citer
Sakrifiss
14/07/2013 13:17
note: 8.5/10
Je le ressens beaucoup moins naturel que L'Ordure meme si c'etait aussi un album tres travaille. C'est une question de rendu.
De plus, je trouve qu'il repete un peu trop l'album precedent, avec moins d'efficacite.
Il y a bien entendu les guests et plusieurs passages excellents, mais desequilibres par d'autres inutiles...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Peste Noire
Rance Black Metal de France
2013 - La Mesnie Herlequin
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  6.69/10
Webzines : (10)  7.68/10

plus d'infos sur
Peste Noire
Peste Noire
Black Metal - 2001 - France
  

tracklist
01.   Le retour de la peste
02.   Démonarque
03.   La bêche et l'épée contre l'usurier
04.   Niquez vos villes
05.   Le clebs noir de Pontgibaud
06.   Ode
07.   La blonde
08.   Moins trente degrés Celsius

Durée : 46:35

line up
parution
20 Juin 2013

voir aussi
Peste Noire
Peste Noire
La Chaise-Dyable

2015 - La Mesnie Herlequin
  
Peste Noire
Peste Noire
L’Ordure à l’état Pur

2011 - La Mesnie Herlequin
  
Diapsiquir / Peste Noire
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")

2014 - La Mesnie Herlequin
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique