chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Al-Kamar - 枯れた献花台 (Kareta Kenkadaï)

Chronique

Al-Kamar 枯れた献花台 (Kareta Kenkadaï)
Oldelaf nous a chanté la tristitude en nous expliquant que « c’est quand tu marches pieds nus sur un tout petit Lego », « c’est quand un copain t’appelle pour son déménagement », « c’est quand tu es choisi pour être gardien au handball »... Il aurait très bien pu ajouter « c’est quand tu chroniques un album Al-Kamar... ». Et surtout le dernier en date !

C’est déjà le troisième album en autant d’années de notre amateur de post-black shogazé et désespéré et ceux qui sont passés au travers peuvent aller lire la chro du précédent : Bôshitushita Kyôki no Mikazuki kara Seitanshita Tsukikage no Shôjo (The Style of Forgotten Vampires). Si ça vous fait chier, je vais vous refaire la scène : je regrettais que le Japonais n’ait pas poursuivi dans la lancée du premier sur lequel il avait trouvé un mélange ragoûtant pour certains mais original, soit un black metal torturé à la ENDLESS DISMAL MOAN mélangé à du post-black et surtout ponctué de voix féminines irréelles, inspiré des niaiseries musicales de son pays où les filles ont des voix si aigües qu’Annette de « Premiers Baisers » peut passer pour un baryton ! C’était dingue, mais tellement space qu’on pouvait accrocher. Mais voilà, le deuxième album était devenu plus sage car le rôle de la « diva » Miku Hatsune était amoindri et l’homme se mettait plus en valeur, prenant parfois une voix typée Visuel Key à la KAGERÔ. Ce qui avait déçu logiquement les quelques fans qui attendaient une suite plus logique.

Le troisième album pointe donc son nez, et soyez heureux, il s’agit d’un retour en arrière. Mais oups, fausse joie, car cette fois-ci les chants de gamine sont quasiment omniprésents et nous cassent aussi bien les oreilles que les couilles presque continuellement ! Il ne s’agit pourtant plus de la même vocaliste par contre, mais de diverses invitées, toutes aussi plus tête à claques (oui, dison plutôt « voix à claques »...) les unes que les autres. Dès le premier morceau c’est une certaine Mizutama qui monopolise le micro et chante à tue-tête ! Et quand je dis « à tue-tête », c’est vraiment à tuer le crâne ! Elle est lancée à 200 kilomètres heure et personne ne semble lui avoir conseillé de respirer de temps à autres. On a l’impression d’écouter Grand Corps Malade qui se serait pris une putain de ligne de coke, et qui aurait fait un bad trip au point de se vider une bouteille d’hélium avant de commencer à slamer en accéléré. Totalement irréel je vous dis ! Et en plus accompagné d’une musique psychédélique difficilement supportable, encore moins que celle de chez Flunch !

Les autres muses sur les titres suivants sont certes moins défoncées et plus raisonnable dans le débit de paroles, elles ne sont pas pour autant plus agréables à écouter. Les poils ne peuvent que se vu le niveau mondial de niaiserie de nos petits lapins roses. Du coup on est carrément heureux lorsque Ryuji reprend le micro et ne fait appel à elles ! C’est le cas sur deux titres seulement : « Suisen » et « Katsubo » sur lesquels ont souffle enfin ! Enfin les seules chanteuses capables de faire apprécier un album des Choristes ferment leurs mouilles ! Et alors on peut se rendre compte que la musique n’est pas mauvaise, classique certes pour du post-black et loin d’ALCEST, PETRYCHOR ou SLEEPING PEONIES, mais correcte et presque plaisante. Aucun doute donc, ce qui tue AL-KAMAR c’est l’abondance de voix de pisseuses attardées qui donnent l’impression d’écouter du black atteint du syndrome de Down. C’est très irritant, mais - voilà la contradiction - également attachant quelque part, comme Pascal Duquenne en interview. C’est l’un des mystères d’AL-KAMAR que de parvenir à nous attacher alors qu’on trouve cela immonde de chez immonde !

Il y a sûrement un public pour le style, mais j’imagine, et espère même, que 99% des personnes constituées normalement trouveront que c’est à chier. Le Japonais a joué sa carte à fond, trop, et en devient aussi pitoyable que son compatriote FAITH OF GESTALGT, celui qui se prend pour la réincarnation mutante de MUTIILATION et dont je vous parlerai un jour, quand le courage que j’ai eu pour écrire cette chronique frappera de nouveau à ma porte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
18/07/2013 20:43
Bon bah, j'ai compris le message, j'écouterai le premier.
Cela dit, il est pas impossible qu'il me séduise aussi. Moqueur

von_yaourt a écrit : Je préfère Kal-Amar.
les japonaises aiment les tentacules
von_yaourt citer
von_yaourt
18/07/2013 17:05
Je préfère Kal-Amar.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Al-Kamar
Black shoegaze
2013 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Al-Kamar
Al-Kamar
Black shoegaze - 2009 - Japon
  

tracklist
01.   Shakunage no Genei (Ghost of Rhododendron)
02.   Katsubo (Craving)
03.   Primula
04.   Liocorice
05.   Dakka
06.   Suisen (Narcissus)
07.   Anemone
08.   Rinne (Reincarnation)

Durée : 28:03

line up
parution
30 Avril 2013

Essayez plutôt
Sleeping Peonies
Sleeping Peonies
Opal (EP)

2014 - Autoproduction
  
Pyramids
Pyramids
A Northern Meadow

2015 - Profound Lore Records
  
Malenuit
Malenuit
Incandescente (EP)

2019 - Antiq Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique