chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mindless Self Indulgence - How I Learned To Stop Giving A Shit And Love Mindless Self Indulgence

Chronique

Mindless Self Indulgence How I Learned To Stop Giving A Shit And Love Mindless Self Indulgence
Alors oui. C'est surprenant. Mais bon, la porte avait été entre-ouverte par Cglaume il y a quelques temps donc je m'y suis engouffré même si je redoute une certaine levée de bouclier dans la rédaction, voire un léger coup de baguette sur les doigts... Mais après tout, merde, Ikea chronique du Folk alors pourquoi je n'irais pas faire une petite escapade dans un Métal plus catchy et gentillet... Contrairement à ce qu'on pourrait penser en jugeant à la va-vite, ce n'est pas parce qu'on écoute des groupes de Trve-Black que de temps en temps on ne va pas déconner avec les copains. Et cette chronique, c'est à peu près ça : la maîtresse vient de taper dans ses mains et c'est la récréation de l'année dans mes chroniques sur Thrashocore. Une récréation qui sent fort la boîte de nuit, la pilule de couleur et les néons grésillants comme en témoigne l'artwork tout simplement fait de symboliques occultes et de couleurs bien fluorescentes. Tu veux tripper, bah tu vas en avoir pour tes sous mon coco...

Mindless Self Indulgence est un truc qui a du tourner quand j'étais au collège, entre deux titres de Korn. Sauf qu'en fait, je ne m'en rappelais carrément plus. Jusqu'à jour où j'ai eu la bonne idée de poser une oreille sur « How I learn to stop giving a shit and love Mindless Self Indulgence », titre à rallonge qui représente à peu de chose près ce que j'ai exactement fait. Ok, d'accord, tu marques un point : c'est complètement adolescent, c'est complètement con et c'est pas loin du putassier... Mais merde après tout, parfois on regarde des films comme Iron Man et on ne se plaint pas qu'il y ait des effets spéciaux. Dans le cas MSI, c'est pareil, il y la tonne de recettes bien basiques et je ne m'en plains pas... Mixant joyeusement le tout avec le n'importe quoi, la bande de Jimmy Urine oscille entre beats electro-fat et guitares Indus dans un foutraque maelström de sonorités aussi joyeuses que défoulantes. Et si vous pensez qu'effectivement je craque un peu, sachez que je tripe sur ce disque comme un matheux tripe sur Georges De Rhame...

Dès « Witness », j'avoue que j'ai été d'abord assailli d'un doute en me disant « Wow... Mais c'est quoi ça ? ». Et puis après, en y revenant, j'ai trouvé ça cool, puis vraiment cool et puis véritablement au top (après avoir lu les paroles en fait mais j'y reviendrais plus tard...). Il faut avouer que ça a de la gueule, surtout avec le tonitruant « Son of a bitch ! God likes me ! » qui introduit l'album et qui malgré ses airs simples -voire simplistes-, a le mérite de me donner l'envie de courir sous ecstasy et de faire l'hélicoptère avec mes parties génitales (envie que les groupes dont je m'occupe habituellement ne me procurent pas vraiment à vrai dire...). La production a tout d'un blockbuster MacDo-Coca et démonte littéralement la tête de l'auditeur à grand coup d'effets infra-supras-electro et de basses lourdes au possible, le tout mixés à une hargne évidente. Une putain de fête salement énervée, voilà en gros ce que m'inspire le rendu sonore de l'opus.

« Et l'émotion dans tout ça ? » allez-vous me dire... MSI vous répondrait sûrement que : «  L'émotion, vous pouvez vous la foutre là où je pense ». Si c'est évident que la formation américaine ne vous fera pas pleurer devant la beauté absolue en contemplant la forêt sous le ciel étoilé, elle aura le mérite de vous pousser hors de vos habitudes musicales et de vous donner l'envie de sortir, d'apprécier un peu l'efficacité pour ce qu'elle est où de simplement partager la chose avec vos amis -qu'ils aiment le Metal ou non, soit dit en passant- . L'efficacité absolue d'un « It Get Worse » ou d'un « Ala Mode », ne me fera pas mentir et bourrera votre tête d'un gros cocktail mêlant sexe, cocaïne et références au trente sixième degré. Ici l'ouverture d'esprit est de mise, comme l'avait dit mon prédécesseur en ces lieux, tant dans le melting-pot développé par groupe que dans la tête de l'auditeur qui devra éventuellement assumer cet amour inavouable pour MSI au milieu de sa collection de Doom/Black/Death/Sludge. Rassurez-vous, on y arrive...

Je vais également parler des textes qui sont : absolument géniaux / intégralement nazes / Ouh la la...(rayez la mention inutile...). Les thèmes sont en effets divers puisqu’entre l'envie d'être noir et le rap américain, tout (ou presque) y passe. Je ne résiste pas à citer le refrain de « Hey Tomorrow Fuck You and Your Friend Yesterday », autre excellent titre du disque : « Hey, tomorrow fuck you and your friend yesterday. But you can never catch me because I’m old, I’m bold, I broke that fucking mold when I was young and dumb and full of fuckin’ cum ! ». Il faut avouer qu'en plus d'être rigolo, plus violent et plus subtil qu'une blague de merde à la Ultra Vomit, c'est également au top de l'amour pour l'humain et en tant que fan de Black Metal, vous conviendrez qu'on doit parfois retrouver un peu de foi en l'espèce humaine. MSI part drôlement loin et ça a le goût délicat d'une bouffée d'air pur aromatisée à la cyprine. Comme le cheveu qui reste collé sur le gland après la fellation, MSI reste collé dans le lecteur CD et ne décroche pas.

Nihiliste, Nyctalope, Nique ta mère.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
24/07/2013 22:57
note: 8.5/10
Chris a écrit : C'est la saison ou jamais pour écouter ça,

Amen patron !
Invité citer
Chris
24/07/2013 19:24
J'ai écouté au pif (je cherchais un lien d'une chronique pour aller faire mes achats sur amazon) et je kiffe. C'est la saison ou jamais pour écouter ça, ça a un côté Andrew WK dans le genre ultra entraînant et catchy!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
22/07/2013 22:41
note: 8.5/10
Non, je suis enthousiaste peut-être, mais ça tourne régulièrement chez moi. D’où la chronique ! Ma surprise de l'année en quelque sorte...
Invité citer
Menaceruine
22/07/2013 17:11
Du MSI sur Thrasho et bien y'en a pour tous les goûts Clin d'oeil T'es enthousiaste FleshOvSatan, moi j'ai lâché l'affaire y'a belle lurette et à l'écoute de celui-ci, ça n'a pas du tout ravivé mon intérêt pour le groupe, en tous cas t'es généreux 8.5...
cglaume citer
cglaume
22/07/2013 17:04
note: 9/10
Ah les salauds: encore une bombe !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mindless Self Indulgence
Wasted Youth Bitch !
2013 - The End Records / Metropolis
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  5.5/10
Webzines : (5)  6.83/10

plus d'infos sur
Mindless Self Indulgence
Mindless Self Indulgence
Wasted Youth Bitch ! - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Witness
02.   Fuck Machine
03.   It Gets Worse
04.   I Want to Be Black
05.   Hey Tomorrow Fuck You and Your Friend Yesterday
06.   You're No Fun Anymore Mark Trezona
07.   Ala Mode
08.   Casio
09.   Anonymous
10.   Kill You All in a Hip Hop Rage
11.   Stalkers (Slits My Wrists)
12.   Jack You Up
13.   Ass Backwards
14.   The Logical Song (Bonus)

Durée : 39.52 min.

line up
parution
17 Mai 2013

voir aussi
Mindless Self Indulgence
Mindless Self Indulgence
If

2008 - The End Records
  

Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique