chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Progenie Terrestre Pura - U.M.A.

Chronique

Progenie Terrestre Pura U.M.A.
Oh la belle surprise que voilà.

Je vais être franc avec vous, l'année 2013 n'est pour l'instant pas une superbe année de mon point de vue. Bon comme d'habitude dans tout cet amas de sorties Black Metal, certains noms ont su envoyer la sauce et livrer des disques de bon niveau. Je pense notamment aux Aosoth, Spektr voire même Summoning ayant su à ma plus grande surprise me convaincre... Cependant, je ne sais pas si je deviens exigeant ou vieux mais le fait est que niveau des petites découvertes vraiment remarquables, je reste un tantinet sur ma faim. Même si quelques découvertes ont quand même un peu enjolivées mon année, je dois avouer que pour l'instant c'est moyen. Au niveau du Black Metal saucé avant-garde/industriel par exemple, je n'avais retenu que CHD, comme seul formation capable d'aller se tailler une place dans le top final de l'année... C'était finalement sans compter sur ce premier album des italiens de Progenie Terrestre Pura (parfois aussi orthographiés en tant que q[T]p) qui vient joyeusement se tailler la part du lion.

« U.M.A. » (sigle signifiant en fait « Uomini, Macchine, Anime ») déboule sans prévenir de chez Avantgarde Music et fait véritablement du bien par où il passe. Si le Black Industrialo-spatial de ces italiens n'est en rien comparable avec un Blacklodge par exemple, il est néanmoins pétri de qualités toutes plus nombreuses les unes que les autres. D'ailleurs, on pourrait commencer par parler de ce très chouette Digipack qui sert d'écrin à l'album. Une illustration pleine de poésie néo-apocalyptique de toute beauté qui semble décrire la merveille du futurisme. Là où les deux compères membres de la formation sont d'ailleurs futés, c'est qu'ils reprennent à l'intérieur du boîtier cette illustration dans une version jaune-verdâtre et ultra-polluée. Une belle dualité qui en dit long sur ce que nous allons écouter...

Progenie Terrestre Pura fantasme un monde spatial emprunt d'envolée lyriques et poétiques. Parfois légèrement approchant d'un Darkspace sans toutefois véritablement appuyer sur le côté « Dark » de l'espace créé par les suisses, nos italiens privilégient la contemplation de paysage pure. Oscillants entre plages parfois saucées post-black américain et riffing en clean délicatement bluesy (« La Terra Rossa di Marte ») et se permettant également quelques claviers aériens à base de chœurs synthétisés, Eon[0] et Nex[1] jouent avec les ambiances sans toutefois jamais verser dans le pompeux. Si la maîtrise des passages éthérés semble évidente, il ne faut pas oublier que nous sommes ici dans un concept futuriste savamment orchestré par des samples, boîtes à rythmes et autres claviers électroniques qui saupoudrent le disque d'une aura futuriste discrète mais auquel il semble impossible d'échapper. Finalement, un peu comme cette société imaginaire et omniprésente imaginée par le groupe. Toujours là mais toujours en finesse.

Le Black Metal n'est bien évidemment pas en reste et le riffing typique du combo frappe très fort. On citera « Sovrarobotizzazione » et ses envolées mélodiques purement Black Metal qui font de ce morceau un grand moment du disque. Blast-beats martiaux, supersoniques et froids se fondent à merveille avec ces mélodies distordues et rondelettes qui offrent à elle seule une dose d'émotion impressionnante au titre qu'elles subliment. Non, Progenie Terrestre Pura n'est pas inquiétant. Le groupe livre juste une beauté spatiale absolument contrôlée à l'auditeur qui au final ne manque pas de faire mouche dès la première écoute. Cette perfection futuriste est d'ailleurs sûrement la chose qui pourrait être la plus angoissante sur ce disque, si tant est que vous soyez sensibles aux ambiances de dictatures digitales...

Indéniablement, « U.M.A. » est un grand disque mixant avec une aisance presque enfantine brutalité et passages planants. D'une richesse à toute épreuve, il saura vous embarquer dans ses phases violentes, dans ses passages martiaux comme dans ses envolés contemplatives toutes parfaitement dosées. Puissant, violent, émouvant, subtil, fin, cosmique, tendu, homogène, brillant, observateur, sincère, maîtrisé, calculé, déstabilisant,... On pourrait presque déjà les saluer pour les milliers de rires, les litres de larmes, les assourdissants réacteurs et les centaines de sourires esquissés par les peuples colonisant leur petit monde fictif. Contentons-nous de simplement les remercier.

« La vità è un respiro... »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
25/08/2013 15:26
PUTAIN MERCI L'INVITE ! Je cherche cette section depuis pas mal de temps ! J'ai dû mal chercher.
Invité citer
Invité
25/08/2013 13:10
Pour reprendre le débat sur les illustrateurs, j'avais bien aimé le dossier que vous aviez fait: http://www.thrashocore.com/dossiers/dossier/36-illustrateurs-de-metal-partie-1-dossier.html#%2Fdossiers%2Fdossier%2F36-illustrateurs-de-metal-partie-1-dossier.html
Deathcrumble citer
Deathcrumble
23/08/2013 19:02
Waoh.
J'ai cliqué sur la kro après avoir vu la pochette sublime, et j'ai lancé le morceau éponyme, sans grandes attentes puisque je suis vraiment un néophyte en terme de black.
Mais là, énorme claque. Les passages ambients futuristes / post-rock sont de toute beauté, les riffs sont puissants et le chant scie à merveille avec la musique.
Du coup, je l'ai commandé direct. Merci à Thrasho. pour la découverte, je posterais ma note et mon avis définitif après l'avoir recu !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
21/08/2013 08:38
note: 8.5/10
Aguirre a écrit : ah, ok, merci...


... Bref, tu sais rien quoi! Gros sourire

.


Ouais, c'est pas faux au final, mon pavé enfonce un peu les portes ouvertes ah ah !
Invité citer
Aguirre
21/08/2013 06:40
ah, ok, merci...


... Bref, tu sais rien quoi! Gros sourire


Ca m'intéresserait d'avoir les détails. Je serais surpris que ça se règle avec une bonne bouffe au resto (euh Travis, on avait dit juste un chicken menu... Pizzahut?! T'as le melon qui gonfle, mec!) ou 3,4 cds gratuits quand même.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
20/08/2013 22:55
note: 8.5/10
Alors pour info, d'après ce que je sais au vu de mon parcours perso et de mes quelques connaissances, c'est très variable.

Déjà, dans certains cas (voire pas mal dirais-je), c'est le label qui paye le design d'un disque... Dans un cas comme ça, c'est généralement un artwork décidé par le groupe, mais il n'y a pas d'échange entre le groupe et l'artiste... Bien sûr du coup, aucune idée du tarif dans ce cas.
Je pense que ça varie selon le label et les moyens dont il dispose... C'est évident qu'un disque sorti chez Nuclear Blast aura plus de budget pour le layout qu'un truc sorti chez un petit label polonais.

Pas mal de groupes font aussi leurs layout eux-mêmes. On peut citer par exemple Aborym, Funeral Mist/Marduk post-Mortuus, et bien d'autres qui me reviendront p-e en tête ! Dans ce cas beh, sauf reproduction, c'est gratuit quoi... Par ailleurs, je suis pas sûr qu'un petit groupe Underground paye forcément les droits de reproduction. Les labels importants le font, mais les petits labels c'est une autre question. Il faut voir aussi si l'oeuvre originale est dans le domaine public ou pas...

Pour ce qui est des artistes plus connus, par exemple dans le BM, des types comme Necrolord, Girardi ou Chris Moyen, je ne sais pas. J'avais lu dans je ne sais plus quel fanzine qu'au départ, Chris Moyen ne demandait uniquement qu'un exemplaire gratuit du disque qu'il illustrait. Après, ça a du changer je suppose et comme je ne suis pas foutu de retrouver le zine, ce que je dis est à prendre avec des pincettes au cas où ma mémoire déraillerait...
Invité citer
Aguirre
20/08/2013 20:59
Oui, bien sûr que chaque artiste à une "cote" et des tarifs à la mesure de sa reconnaissance. Mais je me demandais plutôt, en fait c'est la même interrogation dans le sens inverse, ce qu'un artiste peut demander pour un travail de cette ampleur.
D'ailleurs, en matière de design d'albums de Metal, je n'ai absolument aucune idée de ce que peut représenter le volet graphique dans le budget total.
Je n'aime pas particulièrement le travail de Travis Smith, par exemple, mais qu'est ce que ça vaut?
Une peinture à l'huile de Paolo Girardi qui a réalisé la couv; du dernier Lycus, c'est très impressionnant, le gars à du talent et ça a du lui prendre un temps de fou (à moins que ce ne soit une peinture recyclée, bien sûr...).. Mais combien le droit de reproduction peut valoir?
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
20/08/2013 19:42
note: 8.5/10
@Aguirre :

Je ne pense pas que le nombre de détails importe vraiment sur le prix d'un artwork. En fait, c'est plutôt la renommée du studio/artiste qui fait le prix.

Cependant, vu que vous semblez être intéressés :

L'illustration est de Alexander Preuss, le logo de Francesco Gemelli, et le layout intérieur d'un dénommé LL.
Invité citer
Aguirre
19/08/2013 16:17
oui, l'artwork est assez hallucinant. Très chiadé. Quand je vois ça, je me demande combien peut-être payé un artiste pour une couv aussi fouillée et les illus à l'intérieur. Ca ne doit pas être donné.
AxGxB citer
AxGxB
18/08/2013 21:16
La pochette et l'univers qui en découle m'ont attiré. Je suis en train de découvrir l'album. Effectivement, ça semble très intéressant. Merci Sourire
Invité citer
Menaceruine
31/07/2013 13:40
J'avais découvert avec la critique sur SOM et ça m'avait tout suite titillé , d'accord avec ta chro ,très bon mélange de black et d'ambiant futuriste.
Invité citer
Aguirre
31/07/2013 12:45
Je me le suis pris après avoir écouter la moitier d'un extrait. Envie de changer d'air et les critiques sont très positives partout.
Dans le même trip sci-fi Metal, il ya aussi Lascaille's Shroud - Interval 01 qui est paru cette année. C'est nettement moins bon, mais ça peut en intéresser certains...
Mitch citer
Mitch
31/07/2013 11:30
Alléchant !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Progenie Terrestre Pura
Black Metal Industriel / Post-Black
2013 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.5/10
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
Progenie Terrestre Pura
Progenie Terrestre Pura
Black Metal Industriel/Post-Black Metal - 2009 - Italie
  

tracklist
01.   Progenie Terrestre Pura
02.   Sovrarobotizzazione
03.   La Terra Rossa Di Marte
04.   Droni
05.   Sinapsi Divelte

Durée : 51.20 min.

line up
parution
15 Avril 2013

voir aussi
Progenie Terrestre Pura
Progenie Terrestre Pura
oltreLuna

2017 - Avantgarde Music
  

Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique
Derkéta
In Death We Meet
Lire la chronique