chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Glorior Belli - Meet Vs At The Sovthern Sign

Chronique

Glorior Belli Meet Vs At The Sovthern Sign
Certains trouvent la chaleur plutôt chouette.

On se dore la pilule tranquillement sur la plage en tartinant sa grosse avec de l'auto-bronzant, on joue aux raquettes de plage, au Jokary ou au Beach-volley. On a tous cette scène dans nos têtes, celle du père de famille traînant ses gosses qui galèrent à marcher tout en conservant l'équilibre précaire de leurs cornets de glace vanille-fraise. On a tous cette scène de notre famille voisine très sympathique qui allume le barbecue et sort le pack de 33 export au premier rayon de soleil dans nos têtes. Dans nos têtes, on a tous cette scène incluant ce type un peu égaré, toujours brun à cause du soleil qui exhibe son chapeau, torse-nu, assis dans l'herbe et mâchonnant nonchalamment un brin d'herbe. Ces comportements, en partie liés à la présence d'une température plus que positive, Glorior Belli sait les faire figurer en musique.

« Meet Vs At The Sovthern Sign », c'est un peu de tout ça. C'est presque un cow-boy post-apocalyptique déguisé comme s'il allait à la dernière nuit des ambassadeurs, faisant valdinguer son Jerrycan d'essence vide au travers d'un désert urbain à la Mad Max. On l'imagine facilement, ce pauvre type écorché par la vie grattouillant le riff de « Once in a blood red moon » adossé contre sa Cadillac de 56 rouillée. De temps en temps, il laisserait tomber pour s'envoyer un bourbon, désosser un quidam passant par là ou se griller une Marlboro. C'est cette ambiance estivale écrasante, désespérée et violente qu'a réussi à produire la troupe Parisienne menée par Infestvvs. Un Black Metal dans la veine orthodoxe sur lequel aurait dégouliné une grosse tâche d'huile de moteur. Une lenteur pleine de groove qui découperaient les blasts pour leur offrir une touche de Louisiane (« Swamp The Shame ») hurlante, pleine de suie et de transpiration. Pleines de saturations, pleines de cambouis sont ces guitares sudistes qui savent aussi bien chanter les pionniers chercheurs d'or que les vents froids des déserts.

Oui, elle pue la douleur, la soif et la dureté cette voix qui susurre à l'auditeur qu'il n'y a qu'une Lumière, (« There is but One Light ») certainement celle du soleil couchant inondant de ses reflets rosé les routes aussi droites qu'interminables. Ces types en capuches sont les héros oubliés d'un diable qui crache son feu sur les crânes dénudés des hommes qui creusent la terre. Entre deux os et trois vautours, on sentirait presque leur tristesse, à eux, qui vivent dans et pour la chaleur (« Fire of the Sitra Ahra »). Dense, rude et étouffant, comme si les étendues n'étaient qu'un décor vide de sens ou raisonne les chansons de l'ancien temps (« My True Essence »). Un foutu théâtre à chapeaux de paille où les vastes plantations côtoient les marécages et les plaines remplies de cailloux dans lequel on joue la musique qui sort du cœur des hommes qui y vivent. Le chant de l'espoir en quelque sorte (« In Every Grief-Sticken Blues ») mais aussi celui de la Foi qui guide les âmes.

Si l'on tend l'oreille, on pourrait presque entendre le vent chaud qui balaie la peau à l'aide de trémolos acérés et aux grains chaleureux. On peut aussi sentir la poussière qui se loge dans les yeux, le déglutissement qui prévient de la rareté de la salive et la ruisselante goutte qui tombe du front. Comme un rituel autour du feu, pour contempler la froideur du ciel dégagé ou pour rendre hommage aux ancêtres décédés, Glorior Belli propose une œuvre qui n'est rien d'autre qu'une énorme ambiance. Un film Black Metal à la fois proche du 18ème siècle, tout autant que d'un Néo-Western à la cruauté prédominante. Une ode à l'homme seul, à sa croyance et à son cœur. Un Sirocco Texan, un Mississippi Norvégien ou tout simplement un Nord-Sud, voilà ce qu'ont réussi à faire les français avec ce « Meet Vs At The Sovthern Sign » aussi décalé qu'un disque de Down enregistré au Grieghallen Studio. Formidable cocktail géographique qui a le mérite d'être plus qu'un disque puisqu'il combine également une ambiance si visuelle que notre bon Ray Charles Robinson l'aurait distinguée depuis ses marais floridiens. Et à coup sûr, il l'aurait adorée tant elle rend hommage à ses compères travailleurs du sud des États-Unis.

Idéalisme fantasmé des U.S.A. façon Stoner/Sludge et utopie d'un Black Metal du désert. Rencontrez vous aussi ceux qui prêchent Sa Gloire dans la Sun Belt, partez à l'aventure et ne vous trompez pas de direction, au risque de finir desséchés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

citer
(ancien membre)
25/08/2013 11:55
Très bonne bafouille qui va me faire m'intéresser au groupe un poil plus de 10 minutes qu'avec leur dernier album à l'intérêt proche d'une boîte de sardines.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
20/08/2013 22:43
note: 8/10
Celui juste avant celui-là est un ch'tit poil mieux "côté", il me semble. Enfin, tant qu'a faire, j'écouterais les deux !
gulo gulo citer
gulo gulo
20/08/2013 20:50
C'est celui qui m'a le plus botté, mais pas de beaucoup, de ce que je me rappelle des écoutes de l'autre, très bonnard lui aussi.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
20/08/2013 19:45
note: 8/10
We Are The Cult Of The Plains est effectivement un album qui m'avait plutôt enthousiasmé à sa sortie, sans toutefois avoir le déclic pour pousser plus loin et me le procurer. Défaut que je vais néanmoins corriger sur tes bons conseils, mon cher Gulo.
gulo gulo citer
gulo gulo
20/08/2013 17:26
Dans le genre, je préfère largement Blood Cult.
tasserholf citer
tasserholf
20/08/2013 11:59
L'ambiance south est bien retranscrite en effet. Chapeau on s'attend presque à voir rouler au loin un buisson d'amarante.
Rafraîchissant (si on peut dire ça comme ça) !

A voir si sur la durée de l'album ça se confirme.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Glorior Belli
Southern Black
2009 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Glorior Belli
Glorior Belli
Black Orthodoxe - 2002 - France
  

tracklist
01.   Once in a Blood Red Moon
02.   The Forbidden Words
03.   Swamp That Shame
04.   There Is but One Light
05.   My True Essence
06.   In Every Grief-Stricken Blues
07.   Nox Illuminatio Mea
08.   The Blazing Darkness (Of Luciferian Skies)
09.   Fivefold Thought
10.   Fires of the Sitra Ahra
11.   Meet Us at the Southern Sign

Durée : 50.36 min.

line up
parution
16 Juin 2009

voir aussi
Glorior Belli
Glorior Belli
The Great Southern Darkness

2011 - Metal Blade Records
  
Glorior Belli
Glorior Belli
Sundown
(The Flock That Welcomes)

2016 - Agonia Records
  
Glorior Belli
Glorior Belli
Ô Laudate Dominvs

2005 - Eerie Art Records
  

Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Procession Of Ghosts
Lire la chronique