chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carcass - Surgical Steel

Chronique

Carcass Surgical Steel
Je n’en voulais pas vraiment de cette chronique. Pour quelle(s) raison(s)? Moi même je n’en sais trop rien... Trop de pression, trop d’attente, trop de retours foirés, un Heartwork que j’adore, un Swansong que je ne connais que trop peu... Quoi qu’il en soit, il semble pourtant bien difficile de passer cette année à côté du retour sur disque de l’un des plus grands groupes de Death Metal. Car on pourra bien dire ce que l’on veut a propos des Anglais, ils restent aujourd’hui les initiateurs du Goregrind et surtout une source d’influence majeur pour nombre de groupes beaucoup plus récents (on pense évidemment à Exhumed qui a récemment sorti un nouvel album mais également General Surgery, Impaled et bien d’autres encore).

Séparé depuis 1996, les membres de Carcass sont restés particulièrement actifs, officiants ainsi dans des projets d’envergures différentes et surtout assez éloignés du Death Metal mélodique de Swansong (à l’exception peut-être de Michael Amott avec Arch Enemy. Ainsi virent le jour Firebird (Stoner) pour Bill Steer et Blackstar (Heavy Metal) pour Jeff Walker, Ken Owen et Carlo Regadas. On pensait alors Carcass définitivement mort et enterré jusqu’à ce qu’en 2007, le groupe se décide à reprendre du service pour quelques festivals dont une participation remarquée au Hellfest l’année suivante. Bill Steer, Jeff Walker, Michael Amott et Ken Owen reprennent ainsi du service même si ce dernier devra rapidement céder sa place à Daniel Erlandsson (Arch Enemy) pour des raisons de santé évidentes. Malgré cette reformation, jamais il n’avait été question d’un nouvel album jusqu’à cette annonce fin 2012 évoquant la sortie future de Surgical Steel. Une nouvelle accueillie avec beaucoup d’enthousiasme mais aussi quelques réticences de la part de gens qui se méfient (parfois à tord, souvent à raison) de ses retours fracassants après des années de silence radio. Quoi qu’il en soit, Surgical Steel est bel et bien là et il serait vraiment dommage de le bouder tant Carcass semble plutôt de bonne disposition.

Par où commencer, l’artwork peut-être ? Les fans de la première heure ne seront pas sans tracer un parallèle entre la pochette de Surgical Steel et celle du EP Tools Of The Trade paru en 1992. Mais ce n’est pas le seul clin d’œil puisque les couleurs utilisées rappellent sans discussion possible celles de Heartwork. Un moyen d’aiguiller l’auditeur quant au contenu de ce sixième album? C’est fort probable puisque disons-le sans détour, ce nouveau full length s’inscrit effectivement dans la droite lignée du fabuleux Heartwork. Un parti pris presque évident puisqu’on imaginait mal Jeff Walker et Bill Steer revenir à quelque chose d’aussi sale que Necroticism ou d’aussi décrié que Swansong.
Dix ans plus tard, rien ne semble avoir entaché la motivation de nos deux hommes qui reviennent ici en grande pompe pour une vraie leçon de Death Metal mélodique (Haha In Flames). C’est pour moi la véritable grosse surprise de ce Surgical Steel puisque l’on retrouve un duo aussi redoutable qu’à la grande époque de Heartwork. Bill Steer continue ainsi d’aligner avec toujours autant de facilité quantité de riffs ou de soli incroyables ("Thrasher's Abattoir" à 0:48, "Cadaver Pouch Conveyor System" à 2:21, "A Congealed Clot Of Blood" à 3:03, "Noncompliance To ASTM F 899-12 Standard" à 2:25, "Unfit For Human Consumption" à 2:47, "316 L Grade Surgical Steel" à 2:54, "Captive Bolt Pistol" à 1:34) alors que le chant de Jeff Walker n’a rien perdu de son identité grâce à ce grain si atypique. Aidé pour l’occasion par un certain Daniel Wilding (Trigger The Bloodshed), Carcass enchaîne ainsi les titres avec une aisance déconcertante sur un rythme particulièrement soutenu (Bon, ce dernier n’a peut-être pas le groove de Ken Owen mais se défend largement pour tout le reste). Tchouka tchouka et blast beats sont ici légion à commencer par l’excellent et ultra incisif "Thrasher's Abattoir" qui ouvre officiellement les hostilités après un "1985" tout en subtilités harmoniques. Il y avait bien longtemps que l’on avait pas vu un Carcass aussi énervé. Moins radical dans son exécution, la suite n’en est pas moins intéressante pour autant et dévoile des titres plus élaborés sans que ces derniers ne perdent en intensité ou en efficacité (les très bons "Cadaver Pouch Conveyor System", "A Congealed Clot Of Blood", "The Master Butcher's Apron", "Noncompliance To ASTM F 899-12 Standard", "316 L Grade Surgical Steel" etc...). Dans un registre proche de "Thrasher’s Abattoir" on retrouve également l’excellent "Captive Bolt Pistol" qui revient donner un gros coup de pompe notamment après le moyen "The Granulating Dark Satanic Mills", un titre exclusivement mid tempo possédant un certain feeling Heavy Metal. Carcass concluent ces retrouvailles avec "Mount Of Execution" qui dans l’esprit se rapproche davantage de ce que l’on peut retrouver sur Swansong. Un titre mid tempo saupoudré d’un soupçon de Rock’n’Roll et à l’aspect mélodique particulièrement développé (intro acoustique, mélodies catchy, solo cristallin, chant moins agressif…).

La production, confiée tout d'abord à Colin Richardson, a finalement été prise en charge par Andy Sneap après que le premier ait tout simplement décidé qu'il en avait marre. Malgré cette déconvenue embarrassante, Surgical Steel n'en reste pas moins à l’image de la musique des Anglais, c'est à dire net et sans bavure. Une production dans l’ère du temps, puissante, naturelle et précise qui sied à merveille à l’atmosphère glaciale et chirurgicale du bien nommé Surgical Steel.

Inutile d’aller plus loin dans cette analyse puisque le retour de Carcass devrait convaincre majoritairement tout ceux qui ont apprécié Heartwork à sa sortie. Vingt ans plus tard, les Anglais conservent ainsi cette rigueur et cette excellence dans la composition qui font de Surgical Steel un album d’ors et déjà incontournable en matière de Death Metal mélodique. Que l’on soit musicien ou non, difficile de ne pas apprécier le travail de Bill Steer en matière de riffs, de leads ou de soli. Et alors que le chant de Jeff Walker a toujours laissé sur le bord de la route quelques auditeurs hermétiques à cette voix pourtant si haineuse, il est bien agréable de voir que le bougre n’a rien perdu de son timbre. Finalement, il me semble bien difficile de mon point de vue, de reprocher quoi que ce soit à ce nouvel album qui, s’il ne fait pas de Carcass un groupe totalement nouveau (quelle utopie de croire qu’un groupe de cette trempe va réinventer la musique ou ne serait-ce qu’un genre comme le Death Metal) lui offre cependant l’opportunité de ne pas souiller son propre patrimoine. Et rien que ça, c’est déjà pas mal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
pete bondurant
16/09/2014 13:04
necroticism sale ? Il est hyper classe et propre !
Invité citer
BEN
14/08/2014 17:30
Vraiment convaincu à la deuxième écoute!
Gabalgabow citer
Gabalgabow
09/02/2014 13:12
CARCASS c'était mieux avant :-/
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
24/01/2014 15:14
note: 3/10
En fait plus je l'écoute et moins je l'aime.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/11/2013 19:07
note: 3/10
Moi je le trouve génial, sauf A Congealed Clot Of Blood, le seul morceau en dessous du reste.
Chri$ citer
Chri$
06/11/2013 18:50
note: 7.5/10
Bon album. Vraiment pas mal...mais rien du niveau d'"Heartwork". Donc un bon 7.5 pour un des albums les plus attendus de l'année, bien agréable, mais sans le petit "+". Un come back réussi en tout cas.
Invité citer
pete bondurant
05/11/2013 23:28
necroticism sale ???!!

carcass :death mélodique ??!!!


mon dieu pardonnez leur !


on veut symphonies of sickness...OK je sors
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
13/10/2013 16:15
note: 8/10
Album compliqué à appréhender s'il en est ... déjà, faut évacuer le spectre de l'album de Carcass parfait, qu'on a forcément fantasmé des années durant après le split du groupe en 1996. Du coup, après deux ou trois écoutes en forme de plaisir coupable (putain, "Heartwork 2 le retour! Ils l'ont fait mais ont-ils bien fait?), l'album dévoile ses rares défauts et ses bien plus nombreuses qualités.

Pour faire court, Dan Wilding n'arrive pas à la cheville de Ken Owen, dont le jeu était bien plus varié et groovy. Dans le même ordre d'idée, je n'aime pas trop le son de batterie, trop sec et fluet à mon goût. Enfin, il y a deux ou trois passages à vide où on se demande où Bill Steer veut en venir avec des interludes mélo trop simplistes qui cassent un peu le rythme de l'album.

Pour le reste par contre, c'est carton plein avec du 80% Heartwork, 15% Swansong et 5% Tools Of The Trade. Soit du death metal puissant, racé et mélodique comme je l'aime, à des années lumières de la surenchère technique/BPM qui m'a écoeuré du genre. Trois riffs mémorables minimum par morceau, la voix de hyène de Walker qui m'avait tant manqué, des putains de soli et ce qui manquait à Swansong pour assurer de façon moins abrupte la transition death mélo/Rot n' roll : des bons vieux passages rapides! Globalement très inspiré, "Surgical Steel" est ce qu'on pouvait espérer de mieux, et il ne fallait surtout pas s'attendre à ce qu'ils réinventent un troisième genre à part entière. Faites un random dans deux ans de toute leur discographie, vous ne ferez pas la différence avec les anciens albums.
Mitch citer
Mitch
24/09/2013 09:49
note: 6/10
20 ans trop tard...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/09/2013 08:30
note: 8/10
Chouette chro bien complète qui donne envie de dépecer le bestiau. Pas écouté d'extraits, je préfère découvrir l'album d'une traite avec un minimum d'effet de surprise.
cglaume citer
cglaume
24/09/2013 06:58
note: 7/10
Beaucoup d'Heartwork et un peu de rock'n'roll Swansonguien, c'est la recette de cet album bien sympatique. J'ai tendance à trouver quelques morceaux moins inspirés ("A Congealed Clot Of Blood"...) et quelques riffs faciles déjà entendus sur les albums pré-cités, ce qui l'empêche d'être une vraies petite pépite uniformément brillante, m'enfin il y a qd même quelques vraies petites tueries dessus. Bref, ça aurait pu être bien pire, et je ne regrette pas mon achat Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carcass
Death Metal Mélodique
2013 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (20)  7.33/10
Webzines : (45)  8.63/10

plus d'infos sur
Carcass
Carcass
Death Metal Mélodique - 1986 - Royaume-Uni
  

vidéos
Captive Bolt Pistol
Captive Bolt Pistol
Carcass

Extrait de "Surgical Steel"
  
Unfit For Human Consumption
Unfit For Human Consumption
Carcass

Extrait de "Surgical Steel"
  
The Granulating Dark Satanic Mills
The Granulating Dark Satanic Mills
Carcass

Extrait de "Surgical Steel"
  

tracklist
01.   1985
02.   Thrasher's Abattoir
03.   Cadaver Pouch Conveyor System
04.   A Congealed Clot Of Blood
05.   The Master Butcher's Apron
06.   Noncompliance To ASTM F899-12 Standard
07.   The Granulating Dark Satanic Mills
08.   Unfit For Human Consumption
09.   316L Grade Surgical Steel
10.   Captive Bolt Pistol
11.   Mount Of Execution

Durée : 47:06

line up
parution
13 Septembre 2013

voir aussi
Carcass
Carcass
Heartwork

1993 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Swansong

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Wake Up And Smell The... Carcass (Compil.)

1996 - Earache Records
  
Carcass
Carcass
Necroticism
(Descanting the Insalubrious)

1991 - Earache Records
  

Essayez aussi
Nightrage
Nightrage
Insidious

2011 - Lifeforce Records
  
Fragments Of Unbecoming
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal
(Chapter VI)

2018 - Apostasy Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Creature

2009 - Victory Records
  
Arch Enemy
Arch Enemy
Burning Bridges

1999 - Century Media Records
  
Thulcandra
Thulcandra
Ascension Lost

2015 - Napalm Records
  

Surprise de l'année
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique