chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Arkangel - Hope You Die By Overdose

Chronique

Arkangel Hope You Die By Overdose
Il existe deux catégories d’anges. La première, telle que la majorité d’entre nous les connaissons : des serviteurs de Dieu à l’âme aussi pure que leurs ailes sont immaculées. De braves messagers divins, esprits de bien à l’image de leur maître, envoyés sur Terre pour délivrer des messages d’espoir et servir en faveur des croyants. Ces derniers apparaissent parfois sous forme humaine, comme l’Abbé Pierre ou Mère Teresa. La deuxième caste d’anges est radicalement différente : ceux-ci ne sont plus des annonciateurs de joie et de paix, mais des bras armés vengeurs, apportant une justice sans pitié à l’encontre de tous les pauvres pêcheurs, aussi appelée châtiment divin ou juste rétribution. Dans le cas présent ils sont personnifiés par Arkangel, commando d’extermination ailé descendu ici-bas pour récolter à leur tour ce que les hérétiques ont semé… la souffrance.

Quatre ans après un Dead Man Walking considéré par beaucoup comme une pièce angulaire du hardcore metal européen, les Belges annoncent la couleur d’entrée : Hope You Die By Overdose. Difficile de faire plus explicite comme nom d’album, ils ne nous souhaitent pas tout le bonheur du monde. Bien au contraire, ils sont prêts à en découdre à coups de lames fraîchement aiguisées, pochette à l’appui, et tous les éléments de leur musique sont autant de rappels que la main de Dieu ne tremble pas quand vient le moment de frapper. Pourtant on pourrait croire que ces anges ne sont pas si mauvais qu’ils y paraissent à l’écoute de l'intro, présentant des guitares tristes mais tout de même chantantes, qui suggèrent plus les regrets des mauvaises actions passées et le repentir que la vindicte à venir. Mais il n’y a pas de place pour les regrets dans la mission purgative que s’est donnée Arkangel et il ne faut pas longtemps pour se rendre compte que cette introduction sonne en réalité comme les trompettes annonçant l’Apocalypse.

La piste suivante, la première véritable offensive « Annihilating Your Peace » pourrait servir de résumé pour la suite des réjouissances, tant sur le plan musical que conceptuel : l’auditeur est constamment violenté par des guitares penchant beaucoup plus vers le metal que le hardcore, à la fois dans les sonorités et la composition des riffs. D’ailleurs, le groupe avoue volontiers en interview « préférer partir en tournée avec un bon groupe de thrash ou de death metal ». Mais la balance est néanmoins équilibrée par les ralentissements de tempo propices aux parties plus lourdes et mosh parts qui dans le cas présent s’insèrent parfaitement dans les compositions car ne cassant pas le rythme plus que nécessaire, afin de remuer le couteau dans la plaie aussi longtemps que possible. Il suffit d’écouter « How We See The World » (sûrement mon titre préféré) pour se faire une idée de ce dont est capable la formation bruxelloise. Tout est coupant et sulfureux, la preuve ultime étant le chant de Baldur, ténor du hurlement abrasif qui déverse sa rancœur à s’en arracher la gorge. Je précise qu’ici ce n’est pas la figure de style usée et abusée pour dire qu’il chante puissamment, puisqu’en effet de puissance il n’est pas tant question. Plutôt de méchanceté et d’agressivité non feinte. Rarement l’occasion m’a été donnée d’entendre quelqu’un pousser aussi loin les capacités de ses cordes vocales, exception faite du grand K majuscule posant sur fond rouge hexagonal, celui de No Surrender plus particulièrement. On peut d’ailleurs entendre sa voix appelant à la Guerre Toujours sur « Warpath 777 ».

Peu de place est accordée à la mélodie, là n’est pas le propos du groupe, si ce n’est de légers passages sur « The Little People » ou « Who’s Time Has Come ». Cependant, je vous rappelle que l’œuvre est destinée à faire souffrir et ces infimes notes de répit cachent au fond une volonté de tourmenter non plus la chair mais l’esprit, comme sait si bien le faire Integrity quand il lâche son hardcore de brute pour nous offrir des riffs plus mélancoliques et torturés qui laissent des bleus à l’âme. Je ne peux m'empêcher de baisser tristement les yeux au sol en écoutant l'introduction et ses pics de guitares pinçant le cœur. En revanche Arkangel se différencie de son illustre aîné en ne proposant pas de « vrais » moments de bravoure heavy/guitar hero – on ne compte pas plus de deux solos – et mise tout sur l’agressivité une fois la vendetta lancée.

Afin de nous démontrer leur grosse colère divine, les Belges s’appuie sur un son qui leur est propre et identifiable depuis leur début de carrière, avec une production tranchante, assez claire pour laisser opérer les riffs de manière précise mais ne boudant pas sa part sombre pour développer l’atmosphère de promesse de mort qui parcourt le disque jusqu’à la dernière note. Le morceau titre en est l’illustration avec ses neuf minutes de riffs traînants et déprimants qui concluent l’album, nous laissant baigner dans notre propre flaque de sang, le souvenir douloureux de la boucherie que l’on vient de vivre en tête. Enfin, impossible de faire cette chronique sans parler des incontournables samples qui justifient le siège en cuir rouge des archanges au carré VIP du Holy Terror : texte biblique sur orchestrations effrayantes (cf. « How We See The World ») ou extrait glauque de From Hell (le début de « Warpath 777 ») ; un autre du film très trash Gummo, durant lequel on entend des enfants abandonnés à eux-mêmes s’insulter violemment sur le dernier titre – « Damn you rabbit you smell like fucking piss, you can kiss my ass! ».

Nous tenons là un opus exploitant donc à fond la bâtardise thrash metal + hardcore qui faisait fureur dans les années 90, popularisée par Integrity, Ringworm ou tout le crew belge du H8000. Il est tout à fait légitime de placer Arkangel sur le podium de cette catégorie pour les années 2000 malgré les critiques sur leur attitude et le fait qu'ils aient rompu leur straight edge – ce qui explique pourquoi je n'utilise pas l'étiquette edge metal pour cet album. Il faut bien comprendre que même au sein de cette scène hardcore métallisée Arkangel est une figure assez unique qui se démarque des autres groupes : riffs plus acérés et moins lourdauds, chant strident et non pas rauque, absence du côté mélo-dramatique... Un des rares reproches que l’on pourrait faire à l’encontre de Hope You Die By Overdose serait le manque de diversité entre les morceaux car la recette appliquée reste quasi inchangée d’une piste à l’autre, mais cela est dû à la volonté du groupe de proposer un disque extrême et jusqu’au-boutiste qui pourra provoquer le dégoût de certains. L'overdose.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
13/10/2013 12:59
note: 9/10
Sagamore a écrit : Je suis curieux aussi, c'est dommage, pour moi c'était un peu le pèlerinage pour aller voir Kickback qui, pour une fois, passait pas loin de mon bled...

Sinon ils passent à Strasbourg début Novembre aussi, avec un petit groupe très cool appelé Haut & Court !
Sagamore citer
Sagamore
13/10/2013 11:56
KPM a écrit :

J'attends de voir les raisons de l'annulation, c'est bizarre.


Je suis curieux aussi, c'est dommage, pour moi c'était un peu le pèlerinage pour aller voir Kickback qui, pour une fois, passait pas loin de mon bled...
KPM citer
KPM
13/10/2013 03:25
note: 9/10
Invité a écrit : Le H8 Fest est annulé

Je suis un peu moins déçu du coup mais bien dégoûté pour tous ceux qui avaient prévu d'assister à cette magnifique date.

J'attends de voir les raisons de l'annulation, c'est bizarre.
Invité citer
Invité
12/10/2013 08:48
Le H8 Fest est annulé
KPM citer
KPM
11/10/2013 23:18
note: 9/10
begbie a écrit : KPM a écrit : l'ancien groupe de Kirby qui a fondé le style d'Arkangel (il avait déjà quitté le groupe à la sortie de Hope You Die en revanche) et jouait dans Deviate.

Non, justement Kirby est arrivé dans Arkangel pour cet album.


Oula oui au temps pour moi, je voulais parler de Numa ! Merci de m'avoir repris, c'est pas comme si j'avais écris la chronique et rempli le line-up en plus ahah.
KPM citer
KPM
11/10/2013 09:56
note: 9/10
Sagamore a écrit : Bon, faut que je teste ce disque, la chro m'a donné bien envie. Ils passent au H8 Fest le 1er Novembre, avec Kickback, Merauder, Cowards et Nesseria - entre autres.

Absolument, je ne pourrai pas en être à mon plus que grand dam étant au Canada cette année mais ça risque d'être une des plus grosses fessées hardcore en France depuis quelques années.

Length of Time sera de la partie aussi, l'ancien groupe de Kirby qui a fondé le style d'Arkangel (il avait déjà quitté le groupe à la sortie de Hope You Die en revanche) et jouait dans Deviate.
Sagamore citer
Sagamore
11/10/2013 08:15
Bon, faut que je teste ce disque, la chro m'a donné bien envie. Ils passent au H8 Fest le 1er Novembre, avec Kickback, Merauder, Cowards et Nesseria - entre autres.
Porncore citer
Porncore
28/09/2013 20:30
Je me rapelle les avoir vu en live à la Louvière. Gratuitement qui plus est. Cependant, je ne me rapelle pas de leur musique... J'avais accompagné un pote fan. Enfin la chro m'a donné envie de jeter une oreille à cet opus. A voir si ca va plus me marquer qu'à l'époque...
But citer
But
26/09/2013 18:29
note: 7.5/10
ça dépend, tu compares avec l'ensemble de mon oeuvre ou la totalité du spectre humoristique présent sur ce site ?
lkea citer
lkea
26/09/2013 16:42
But a écrit : s'il veut tourmenter des chaires à prêcher c'est lui que ça regarde

Peut mieux faire. A éviter si possible.

5/10
But citer
But
26/09/2013 16:34
note: 7.5/10
s'il veut tourmenter des chaires à prêcher c'est lui que ça regarde
Krokodil citer
Krokodil
26/09/2013 14:43
note: 8/10
une certaine époque où le tough, le thrash et le crossover me collaient à la peau, All Out War, Purgatory, Sentence, Out To Win, Six Ft Ditch, etc...putain j'étais encore frais comme un gardon
tasserholf citer
tasserholf
26/09/2013 13:54
Il faut que je l'écoute plus attentivement.
A l'époque j'avais "Dead Man Walking" et c'était très bon.
Depuis j'ai écouté celui ci 1 ou 2 fois sur le tube, je vais m'y repencher.

edit :

4ème paragraphe : "une volonté de tourmenter non plus la chaire mais l’esprit" il y a un "e" en trop à chair si je ne m'abuse.
damhxc citer
damhxc
26/09/2013 12:55
note: 9/10
agressivité, noiceur, haine...... cette abum est une pure merveille de hardcore trés métalisé. dommage que le groupe n'a pas enchainé de mème manier sur l'album suivant...
BBB citer
BBB
26/09/2013 07:50
OK, ça m’apprendra à me taire dorénavant...
KPM citer
KPM
26/09/2013 07:45
note: 9/10
BBB a écrit : Faut pas non plus s'enflammer, si tu commences à te justifier sur de telles boutades, on n'a pas fini.

Ahah non t'en fais pas, mais Gulo aime bien m'asticoter, lui qui choisit si bien ses mots. Le coup du wiki c'est plus une petite private joke en référence au forum Clin d'oeil
BBB citer
BBB
26/09/2013 07:33
Ah, si wikipédia le dit, alors...

Faut pas non plus s'enflammer, si tu commences à te justifier sur de telles boutades, on n'a pas fini. Surtout qu'on sait tous ce qu'est un ténor dans son domaine... avec ou sans Wikipédia Sourire

Bien, belle chro ceci dit!
KPM citer
KPM
26/09/2013 07:18
note: 9/10
"Dans la musique classique, le ténor est le type de voix masculine dont la tessiture est la plus aiguë."

"Au sens figuré, et en référence aux ténors solistes qui, au XIXe siècle, ont acquis la célébrité dans le domaine lyrique, le mot « ténor » désigne habituellement un homme reconnu pour son talent dans l'activité qu'il exerce."

C'est Wikipédia qui l'a dit, ok ?
gulo gulo citer
gulo gulo
26/09/2013 06:14
note: 8.5/10
"Baldur, ténor", je suis pas sûr, tu vois... ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Arkangel
Hardcore / Metal
2004 - Private Hell Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  8.17/10
Webzines : (5)  6.89/10

plus d'infos sur
Arkangel
Arkangel
Hardcore / Metal - 1997 - Belgique
  

tracklist
01.   You Had To Go (25.8.03)
02.   Annihilating Your Peace
03.   Let Your Unloved Parts Get Known
04.   How We See The World
05.   "Then"
06.   Fallen Angels We Are
07.   The Little People
08.   Joe Loves Junk
09.   Warpath 777
10.   Who's Time Has Come
11.   Hope You Die By Overdose

Durée : 37 minutes 21 secondes

line up
Essayez aussi
Stubora
Stubora
What we see is not what we wanna see

2001 - Thundering Records
  
Born From Pain
Born From Pain
Survival

2008 - Metal Blade Records
  
Get The Shot
Get The Shot
Infinite Punishment

2017 - New Damage Records
  
Since the Flood
Since the Flood
No Compromise

2007 - Metal Blade Records
  
Born From Pain
Born From Pain
In Love With The End

2005 - Metal Blade Records
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique