chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Revocation - Revocation

Chronique

Revocation Revocation
Prolifiques, les petits gars de REVOCATION. A peine a-t-on pu bénéficier des largesses du groupe sur leur dernier EP en date (l’excellent « Teratogenesis », en téléchargement libre via Scion A/V) qu’ils remettent le couvert, toujours chez Relapse, avec un quatrième essai longue distance. Vu l’effarant niveau technique de David Davidson & Co., on remisera gentiment les formules de circonstances type album de la confirmation ou quintessence d’un style parvenu à maturité ; puisqu’ils n’ont pas attendu de sortir leur quatrième full length pour épater la galerie (une affaire entendue dès « Existence Is Futile », 2009), pointons sans plus attendre le principal défaut d’une cuirasse plus étincelante encore que celle de Lancelot du Lac. Comme si Galaad allait et venait incognito en contrée hostile fringué en lépreux, l’emballage de la chose donne franchement dans le déplorable.

Vous me direz, les pochettes moches dans la grande histoire du metal, ça relève de la tradition. Si les aficionados s’en balancent pas mal d’enrichir leur musée des horreurs personnel, dommage pour les adeptes du délit de sale gueule. Ceux-ci passeront clairement à côté d’un très bon skeud de thrash death mélodique, dont le contenu s’avère légèrement supérieur à celui du déjà réjouissant « Chaos Of Forms ». Pour ceux qui prendraient le train en marche, REVOCATION s’applique à dynamiter une base thrash-metal fortement référentielle à l’aide d’adjuvants rythmiques empruntés à la scène extrême, majoritairement death (double pédale à gogo, blasts, gueulantes d’écorchés vifs) ou black (quelques riffs bien vicelards, la trame sombre de certains passages). Ajoutez à cela l’attitude un rien joueuse d’un frontman passé par le Berklee College Of Music (rot n’ roll baby !) et vous aurez compris qu’on tient le petit frère rageux d’ANNIHILATOR. Rien à envier aux Canadiens sur le plan technique, pas de plans heavy brise-burnes pour faire fuir les détracteurs du genre : le groupe de thrash death parfait, en somme, capable de reproduire à l’identique des pans entier du répertoire des grands anciens. Que ce soit le SLAYER retord de « Diabolus In Musica » au démarrage de « The Hive », le grand METALLICA de « … And Justice For All » (« The Gift You Gave », qui ridiculise SYLOSIS au passage) où même MEGADETH, tous les plus grands y passent. Ainsi, ceux qui n’ont toujours pas digéré que Dave Mustaine s’essaie au banjo sur « The Blackest Crow » seront surpris par la leçon infligée sur la fulgurante « Invidious ». Une relecture furibarde des fondamentaux du Deth (on croirait retrouver Marty Friedman sur « Fracked ») suivie d’un instrumental de rêve (« Spastic », pour étancher sa soif de soli cristallins), avant une fin de programme efficace mais un rien déclinante. Où l’on touche enfin du doigt la seule limite à laquelle semble se heurter un quatuor en totale maîtrise. Aussi réussi soit-il, « Revocation » vaut surtout pour les nombreuses œillades au passé des maîtres thrashers.

Car si les Américains se défendent aussi très bien lorsqu’ils durcissent le ton, il faut bien reconnaître que les passages les plus sombres et torturés du disque ne sont pas les plus mémorables. Comme sur « Chaos Of Forms », REVOCATION s’avère irrésistible sur deux ou trois titres (une « Numbing Agents » bien rock n’ roll, la doublette « Invidious »/ « Spastic ») précitée), puis de manière plus parcellaire (le break heavy/folk sur « Archfiend », que ne renierait pas Jeff Waters) sur la plupart des titres. Faute d’affirmer son identité, on se contente donc de couper une à une les têtes de l’hydre protéiforme en retournant chacune d’entre elle à son propriétaire. Si ça ne les empêchera pas de prétendre à une place d’honneur dans le bilan de fin d’année, la voie de l’excellence est toute tracée. Faute de révéler sa vraie nature, REVOCATION semble condamné à marcher dans l’ombre des géants. Vu les armes dont ils disposent, ce serait dommage qu'ils s'en contentent !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
05/10/2013 22:28
Saute à pieds joints sur ce "Feast" mon Toto !!!!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/10/2013 15:50
note: 8/10
@ cglaume : en parlant d'Annihilator, bien hâte de le tester vu tout le bien que tu en dis!

@ Henrik : ouaip je pense, pour toi c'est comparable à Dew-Scented en terme d'impact (go!) et de division, soit la L2 du thrash. Mais pour moi ils ne boxent pas dans la même catégorie, ne serait-ce que sur le plan technique. Et le côté fouilli des compos n'est pas pour me déplaire!
Henrik citer
Henrik
04/10/2013 17:48
Eh! Pas été séduit plus que ça par l'album, c'est un peu foutoir quand même et j'ai pas un titre qui ressort du lot à part peut être Invidious pour les parties mélodiques... sinon ça me fait un peu un effet "Dew-Scented". Tu m'as compris quoi!
cglaume citer
cglaume
04/10/2013 16:12
" le petit frère rageux d’ANNIHILATOR" ... Ça fait envie ! 'faut que je m'y mette !!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Revocation
Thrash death mélodique
2013 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (32)  7.47/10

plus d'infos sur
Revocation
Revocation
Technical Thrash/Death Metal - 2006 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.  The Hive
02.  Scattering The Flock
03.  Archfiend
04.  Numbing Agents
05.  Fracked
06.  The Gift You Gave
07.  Invidious
08.  Spastic
09.  Entombed By Wealth
10.  A Visitation

Durée : 45 min.

line up
parution
5 Août 2013

voir aussi
Revocation
Revocation
Chaos Of Forms

2011 - Relapse Records
  
Revocation
Revocation
The Outer Ones

2018 - Metal Blade Records
  
Revocation
Revocation
Teratogenesis (EP)

2012 - Scion Audio Visual
  

Essayez aussi
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Godless Prophets & The Migrant Flora

2017 - Southern Lord Recordings
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
At The Gates
At The Gates
Slaughter Of The Soul

1995 - Earache Records
  
The Forsaken
The Forsaken
Traces of the Past

2003 - Century Media Records
  

Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast