chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cenotaph - The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows

Chronique

Cenotaph The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows
Nombreuses sont les rééditions à avoir vu le jour ces derniers mois. Si l’intérêt varie naturellement en fonction du groupe et des enregistrements proposés, une parmi elles s’est faite particulièrement attendre. Il s’agit du premier album des Mexicains de Cenotaph (à ne pas confondre avec le groupe Turque de Brutal Death).
Paru en 1992 sur Horus Productions, The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows a été réédité une première fois en 1998 par Oz Productions (avec un artwork complètement différent). Sachant le regain d’intérêt que semble connaître la scène Death Metal underground ces quelques dernières années, cela n’était qu’une question de temps avant qu’une nouvelle réédition ne voit le jour. C’est aujourd’hui chose faite grâce au travail de Chaos Records.

Calquée (en partie) sur la version originale, cette réédition à le bon goût de (re)mettre en avant l’artwork de Ryszard Wojtynski. On retrouve donc ce premier album dans une version remasterisée avec, en guise de bonus, l’intégralité des EPs Tenebrous Apparitions et The Eternal Disgrace parus respectivement en 1990 et 1991.

Formé en 1988 sous le patronyme de Damned Cross, le groupe décide de rapidement changer son nom au profit de Cenotaph. Entre 1990 et 1991, le groupe va ainsi sortir deux EPs et deux démos avant de réaliser la pièce maitresse de sa discographie, le désormais culte The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows. A cette époque, le groupe est notamment composé par Daniel Corchado (qui s’en ira après la sortie de ce premier jet fonder The Chasm) et Oscar Clorio (que l’on retrouve depuis 2006 chez les très bons Denial).

Pionnier en son genre, l’influence de Cenotaph dans la construction de la scène mexicaine est aujourd’hui indiscutable. C’est pour quoi il est important d’appréhender cet album (comme beaucoup d’autres rééditions d’ailleurs) en prenant en compte la dimension historique et la porté qu’il a pu avoir sur la scène locale et internationale. A cette époque pourtant, l’influence de la scène mexicaine sur le reste du monde est plutôt mince, voire inexistante. D’ou la relative notoriété de Cenotaph et de cet album. Pourtant, The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows constitue une belle petite pépite de Death Metal obscure, un peu à la manière d’un Incantation (pour lequel Daniel Corchado ira d’ailleurs chanter le temps d’un album) en plus crade et bancal.
Ce qui frappe ainsi dès les premières écoutes c’est la production et la place accordée à certains instruments qui semblent parfois déborder de tout les côtés. Le son manque ainsi de précision, la faute à un mixage approximatif et à un problème de proportion évident (le chant, la basse et la batterie sont à mon avis trop en avant au détriment des guitares qui auraient mérités davantage d’exposition). Malgré tout, ce choix artistique n’entache pas l’appréciation de ce disque et colle même plutôt bien à l’époque ainsi qu'à l’atmosphère foutraque et primitive qui s'en dégage.
Considéré par beaucoup comme la réponse mexicaine à Incantation, Cenotaph propose en effet un Death Metal particulièrement dense. Il faut dire que le chant de Daniel Corchado n’y est pas étranger. Celui qui a officié au sein du groupe américain sur l’album Diabolical Conquest nous offre ici une prestation particulièrement convaincante grâce à un growl profond et écrasant d’excellente facture. Entre passages mid tempo oppressants et franches accélérations toute en sauvagerie, Cenotaph ne fait pas dans la demi mesure. On y retrouve ces mêmes parties Death/Doom particulièrement jouissives. Celles qui vous feront courber l’échine devant tant de puissance et de lourdeur (le début de "Tenebrous Apparitions" par exemple). On y trouve aussi, ces fulgurances punitives entre d-beat, tchouka-tchouka et blast-beats à l’ancienne (c’est à dire pas trop rapide). De quoi varier les plaisirs pour un album qui n’a pas peur des prises de risques.
En effet, The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows pouvait en son temps se targuer de sortir quelque peu des sentiers battus. Par où commencer ? Peut-être par ce clavier, aujourd’hui quelque peu désuet, mais qui à l’époque constituait un élément fort en terme d’atmosphère dégagée. Bien qu’utilisé avec parcimonie tout au long de ce premier album, il semble impossible de ne pas le remarquer lorsque celui-ci fait son apparition (les premières mesures de "Requiem For A Soul Request", "Evoked Doom", l’intro de "Tenebrous Apparitions" ou celle "The Spiritless Ones"). Forcément, on en a fait des progrès depuis... Si l'effet n’est pas le même aujourd'hui, qu’importe car l’intention est là. Il y a aussi cette guitare acoustique sur le titre "Infinite Meditation Of An Uncertain Existence" ainsi que ces quelques passages où Daniel Corchado laisse son growl de côté pour des parties vocales beaucoup plus mélodiques. Pas de chant clair non mais plutôt des parties en mode "spoken words" ("...A Red Sky" à 0:39, la conclusion d’"Evoked Doom"). La construction même de chaque morceau laisse également à penser que Cenotaph avait pour objectif de sortir des schémas classiques. Il se dégage ainsi de chaque titre un côté brouillon de par des constructions rythmiques parfois bancales et souvent chaotiques. Enfin, il serait injuste de ne pas faire mention de ces nombreux leads et soli dont se dégagent un feeling indescriptible, comme pour illustrer une plongée interminable dans un monde complètement aliéné et distordu.

Pour conclure cette réédition, Chaos Records propose également l’intégralité des EPs Tenebrous Apparitions et The Eternal Disgrace parus en 1990 et 1991 (soit quatre titres supplémentaires dont deux figurent aussi sur l’album). Pas de grosses différences à constater, la recette demeure la même, seule la production diffère. En effet, si le son des guitares est sensiblement meilleur sur les titres tirés du EP Tenebrous Apparitions, celui du chant est à l’inverse particulièrement médiocre, notamment sur "Larvs Of Subconscious" (beaucoup trop de saturation). Quant aux titres de The Eternal Disgrace, il y a fort à parier que le master original n’est pas en très bon état à l'heure qu'il est étant donné les nombreuses variations dans la qualité même du son. Au final, l’intérêt de ces quatre titres peut sembler limité d’un point de vu qualitatif. Un son trop brouillon, des compositions particulièrement primaires... Mais il est toujours intéressant de pouvoir poser ses oreilles sur les premiers enregistrements d’un groupe afin d’en constater l’évolution. Et comme ces titres sont aujourd’hui introuvables, pourquoi les bouder ?

Avec plus d’une heure au compteur, cette réédition se montre particulièrement complète et devrait, j’en suis certain, ravir les amateurs de vieilleries Death Metal. S’il est difficile de juger de l’influence de Cenotaph sur la scène Death Metal (d’un point de vu global), il semble par contre évident que le groupe a eu un poids considérable sur la scène sud-américaine. On y retrouve cette urgence et ce côté primaire et approximatif qui caractérise (encore aujourd’hui) beaucoup de groupes issus de cette zone géographique. The Gloomy Reflection Of Our Hidden Sorrows souffre peut-être d’une production imparfaite et d’un certain déséquilibre dans le rendu de chaque instrument mais d’une façon générale c’est un album capable de tenir facilement la comparaison avec ce qui se faisait à l’époque aux Etats-Unis ou en Europe tout en y apportant une touche personnelle (notamment grâce à cette ambiance chaotique). Album majeur au sein de l’underground, il est de votre devoir de ne pas louper pas cette réédition.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
07/10/2016 22:49
note: 7.5/10
Sympa cet album, mais il faut écouter "Epic Rites", il envoie sec.
AxGxB citer
AxGxB
12/11/2013 16:30
note: 7.5/10
Fabien a écrit : A noter : la réédition Oz Records de 1998 (désormais rare) contient le livret original comme l'édition Horus de 1992. Le nouvel artwork sur ton vert qui y est présenté n'est qu'un simple insert. Fabien.

Merci pour cette précision Fabien Clin d'oeil
Invité citer
Fabien
12/11/2013 15:10
A noter : la réédition Oz Records de 1998 (désormais rare) contient le livret original comme l'édition Horus de 1992. Le nouvel artwork sur ton vert qui y est présenté n'est qu'un simple insert. Fabien.
Niktareum citer
Niktareum
01/11/2013 19:04
Je choperai aussi cette réed, même si bizarrement je n'y reviens pas beaucoup à cet album y'a quelques moments en dessous je trouve. Mais avec un vrai cd ce sera l'occasion.
Dark Nico citer
Dark Nico
31/10/2013 21:46
Perso je préfère leur avant dernier album Epic Rites de 96, qui est plus mélodique et diablement épique.
Keyser citer
Keyser
31/10/2013 09:54
note: 7.5/10
Réédition que j'attendais depuis un moment! Du bon death influencé par la scène finlandaise pour l'ambiance et américaine pour la brutalité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cenotaph
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (1)  8.33/10

plus d'infos sur
Cenotaph
Cenotaph
Death Metal - 1989 - Mexique
  

tracklist
01.   Requiem For A Soul Request
02.   Ashes In The Rain
03.   ...A Red Sky
04.   Evoked Doom
05.   Tenebrous Apparitions
06.   The Spiritless One
07.   Infinite Meditation Of An Uncertain Existence
08.   In The Cosmic Solitude
09.   Repulsive Odor Of Descomposition
10.   Repulsive Odor Of Descomposition
11.   Larvs Of Subconcious
12.   Dissection
13.   Tenebrous Apparitions

Durée : 63:33

line up
Essayez aussi
Illdisposed
Illdisposed
The Prestige

2008 - AFM Records
  
Witchrist
Witchrist
Beheaded Ouroboros

2010 - Invictus Productions
  
Disma
Disma
The Manifestation (EP)

2011 - Necroharmonic
  
Unleashed
Unleashed
As Yggdrasil Trembles

2010 - Nuclear Blast Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
The IVth Crusade

1992 - Earache Records
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique