chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Annihilator - Feast

Chronique

Annihilator Feast
Deux ans après un éponyme en forme d’album de recentrage thrash, Jeff Waters sort l’artillerie lourde pour relancer une machine ronronnant un tant soit peu depuis l’excellent « Schizo Deluxe ». Car aussi solide et rassurant que pouvait être « Annihilator », on ne peut pas dire que sur ce coup-là, le binôme Padden/Waters ait donné dans la prise de risque maximale. Du bon gros riff par palettes et soixante-six soli au compteur, fans de thrash old school, au diapason ! Si ça suffisait à rattraper le coup d’un « Metal » à la plastique hasardeuse, on n’allait tout de même pas ériger une statue à Jeff pour avoir juste assuré le minimum syndical. Un thrash pouvant en cacher un autre, c’est à un double programme que nous avons droit ici : outre un nouvel opus dont la cover évoque furieusement celle du formidable « All For You », voilà que ANNIHILATOR se livre à son tour à l’exercice du réenregistrement des vieux classiques sur un « Re-Kill » compilant les meilleurs titres de la période 1989-2002. Bref, vous l’aurez deviné, entre la pression mise à Dave Padden pour singer les cinquante-six chanteurs précédents et un « Feast » en mode frappadingue, il y a matière à déblatérer.

Feast :

Sur « All For You », Jeff Waters réussissait l’amalgame entre les différentes facettes de son inoxydable machine à riffs. A l’exception d’une ballade dispensable, ça fonctionnait du feu de dieu. Balladés entre classic-thrash (« Rage Absolute »), heavy speed (« Both Of Me ») et rythmiques au hachoir (« The Nightmare Factory »), on découvrait ANNIHILATOR sous un jour nouveau, plus seulement rétrograde mais également tourné vers l’avenir. Après s’être montré sous son jour le plus mélodique sur « Metal » et avoir joué la sécurité deux ans plus tard, on comprend donc qu’il ait eu envie de remettre le couvert sur "Feast" sauf que, cette fois, le jeu des chaises musicales s’opère souvent au sein du même morceau ; prenez, par exemple, un titre comme « No Surrender » : sur la même piste dansent tour à tour metal indus (l’héritage du décrié « Remains »), arpèges lugubres judicieusement placés pour enrayer la machine à riffs et démarrage groovy façon … RED HOT CHILI PEPPERS. Présenté comme ça, il y a de quoi prendre peur et se replier sur le mètre étalon « Never, Neverland » mais en vérité, ça fonctionne à merveille pour ce qui reste un des meilleurs morceaux de ce « Feast » à géométrie variable. A cette excellente surprise, on rajoutera trois autres pépites au filon pourtant épuisé du thrash qui cogne dur : « No Way Out » tout d’abord, mid tempo martial surfant sur une vague de riffs proprement irrésistibles ; « Smear Campaign » ensuite, qui démarre gentiment avant de délivrer son irrésistible break heavy speed (trop court!), scream de Dave Padden à l’appui. Trois petites merveilles enchaînées à la suite, voilà qui augure du meilleur !

Pourtant, malgré un démarrage pied au plancher, il faudra ronger son frein jusqu’à la fin de l’album pour trouver trace de pareilles fulgurances. Si « Fight The World » compte en son sein le passage le plus meurtrier de ce 14ème opus, le jeu de contraste entre mélodies sirupeuses et reprises en main façon coup du lapin fonctionne bien mieux sur une « One Falls, Two Rise » pas loin d’être géniale : du refrain tire-larmes aux déferlantes thrash qui s’en suivent, il y a de quoi se réjouir après un passage à vide dont « Feast » a du mal à se remettre. La ballade « Perfect Angel Eyes » tout d’abord, pâle déclinaison d’une « In The Blood » dont déjà pas grand monde ne se souvient (« King Of The Kill » ? Quelqu’un ?). Si bon nombre de formations hard rock/metal et assimilées ont toujours eu le nez creux en matière de nunucheries, prendre ses fans par les sentiments n’a jamais été le fort d’un ANNIHILATOR plus en place lorsqu’il varie les plaisirs au cœur d’un même morceau. Première tôle donc, à laquelle on est tenté de rajouter une « Wrapped » sur laquelle le guest Danko Jones se prend régulièrement les pieds dans le tapis. Au rayon rock n’roll, Waters a déjà été plus inspiré lorsqu’il singeait AC/DC sur « Nothing To Me » ou « Shallow Grave ». Un moment d’égarement (sauvons tout de même un bon riff passé 1 :50) malheureusement combiné à l’autre bouche trou de la galette. Et si le bon vieux thrash-metal reprend ses droits sur la speedée « Demon Code », c’est au prix d’une sensation de déjà entendu limitant l’impact du morceau en question.

Difficile de faire du neuf passé vingt cinq ans de carrière et pourtant, ANNIHILATOR s’y emploie en variant les plaisirs sur ce « Feast » auquel il ne manque finalement pas grand-chose pour prendre son envol. Si les casuals n’y verront que du feu, les habitués ne manqueront pas de se livrer à l’habituel jeu de piste en pointant du doigt le riff du break de « No Remorse » dès le démarrage de la sympathique « Deadlock », à laquelle il ne manque qu’un bon refrain pour totalement convaincre. Au rayon recyclage, on regrettera que « Demon Code » ne soit qu’une plaisante déclinaison de « Haunted » (sur « Metal ») et que « Fight The World » soit frappée des mêmes scories que « Payback », soit deux breaks salvateurs noyés dans ce que je déteste le plus chez le ANNIHILATOR post-2001 : cette propension à durcir le ton en abusant du mid-tempo martial. Alors oui, on comprend bien que muscler son jeu a permis à Waters de prendre le train en marche vers une nouvelle génération de fans. Dommage qu’il sacrifie au passage tout ce qui faisait le charme de ses premières productions, se contentant de livrer ici des lignes mélodiques par trop simplistes et une approche plus désincarnée (les soli virent souvent à l’abstraction), plus froide et mécanique.

Re-Kill :

ANNIHILATOR réenregistrant la plupart de ses classiques, sur le papier, ça promettait pas mal, surtout avec un caméléon comme Padden derrière le micro. De ce point de vue là, « Re-Kill » ne déçoit pas, le chanteur de TERROR SYNDROME collant au plus près des versions d’origine. L’élaboration de la tracklist ne souffre elle non plus aucune contestation, Jeff proposant aux newbies un éclairage sur le meilleur de sa première partie de carrière. Après, le but de l’exercice consiste en général à dépoussiérer des classiques accusant le poids des ans et des productions vintage. ANNIHILATOR ayant toujours bénéficié d’un excellent son à compter de « Set The World On Fire », ne restent plus que les deux premiers albums pour profiter à plein de l’opération relifting. Mais là encore, les remasters de Roadrunner viennent minorer l’impact du coup de boost « Re-Kill ».

Coup de boost ? Vraiment ? En vérité, Waters n’a pris aucun risque en réenregistrant à la note près les meilleures extraits de son riche répertoire. A l’exception de quelques notes perdues en cours de route sur les soli de « Bloodbath » et de l’abandon du « Fade-out » sur le final de « The Fun Palace » (regrettable), les seules modifications d’envergure concernent « W.T.Y.D. », dont on se demande bien pour quelles raisons Jeff a tenu à casser le rythme de la sorte. Pour le reste, pas de fautes de goût ou presque, même si l’on écartera volontiers la faiblarde « 21 » et une « Time Bomb » qui ne s’imposait pas vraiment. Au rayon avancées, « Ultra-Motion » est enfin délestée de la production infâme de « Waking The Fury » mais ça n’en fait pas pour autant un classique. Plus réjouissante, la nouvelle version d’une « Stonewall » se payant le luxe d’être supérieure à l’originale, ne serait-ce grâce à l’appui de chœurs plus puissants. Bonne pioche !

Copies carbone des originales, les autres morceaux ne sont ni transfigurés, ni massacrés. Armés d’un bon best-of pour fainéants, on prendra beaucoup de plaisir à se remémorer les hits de « Set The World On Fire », tout en regrettant que Waters n’ait pas preuve d’une plus grande ambition, notamment en s’offrant les services d’un excellent batteur (la place du mort chez ANNIHILATOR, comme pour MEGADETH). J’aurais bien aimé voir ce que John Tempesta, Paul Bostaph ou Gene Hoglan auraient apporté à un « Re-Kill » s’adressant avant tout aux plus jeunes fans du combo d’Ottawa.



Tout en se maintenant largement au dessus de la mêlée, ANNIHILATOR frustre un peu les fidèles en privilégiant la frange la plus jeune de ses suiveurs. On guettera sans doute en vain un retour au heavy thrash de papy dans les années à venir mais dans l'ensemble, reconnaissons que la qualité reste de mise sur un "Feast" bien plus intéressant que la compilation "Re-Kill" qui lui est rattachée. Recommandable donc, à défaut d'être incontournable!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
13/11/2013 13:56
note: 9/10
Globalement d'accord. Sauf que mon impression globale reste bien meilleure !! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Annihilator
Thrash metal
2013 - UDR Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (7)  7.71/10
Webzines : (35)  7.63/10

plus d'infos sur
Annihilator
Annihilator
Thrash metal - 1984 - Canada
  

vidéos
Deadlock
Deadlock
Annihilator

Extrait de "Feast"
  

tracklist
Feast :

01.  Deadlock
02.  No Way Out
03.  Smear Campaign
04.  No Surrender
05.  Wrapped
06.  Perfect Angel Eyes
07.  Demon Code
08.  Fight The World
09.  One Falls, Two Rise

Re-Kill :

01.  Fun Palace
02.  Alison Hell
03.  King Of The Kill
04.  Never, Neverland
05.  Set The World On Fire
06.  W.T.Y.D.
07.  No Zone
08.  Bloodbath
09.  21
10.  Stonewall
11.  Ultra Motion
12.  Time Bomb
13.  Refresh The Demon
14.  Word Salad
15.  Brain Dance

Durée : 49:37 + 71

line up
parution
23 Août 2013

voir aussi
Annihilator
Annihilator
All For You

2004 - AFM Records
  
Annihilator
Annihilator
Bag Of Tricks (Compil.)

1994 - Roadrunner Records
  
Annihilator
Annihilator
For The Demented

2017 - Neverland Music/Silver Lining Music
  
Annihilator
Annihilator
Sadistic Ballistic

2020 - Neverland Music/Silver Lining Music
  
Annihilator
Annihilator
Metal

2007 - SPV
  

Essayez aussi
Tankard
Tankard
Disco Destroyer

1998 - Century Media Records
  
Fatal Embrace
Fatal Embrace
The Empires Of Inhumanity

2010 - Metal Blade Records
  
Destruction
Destruction
Mad Butcher (EP)

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Nuestros Derechos
Nuestros Derechos
Struggling With The Dark

2007 - Autoproduction
  
Harm
Harm
Demonic Alliance

2011 - Battlegod Productions
  

Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique