chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Temple Of Baal - Verses Of Fire

Chronique

Temple Of Baal Verses Of Fire
Temple Of Baal est un groupe qui aime prendre son temps. Quatre ans après le très bon Lightslaying Rituals, les parisiens signent enfin leur retour (il y a bien eu le split avec Ritualization mais ça ne compte pas vraiment) avec la sortie il y a quelques semaines de leur quatrième album intitulé Verses Of Fire.
Avec son précédent album, Temple Of Baal avait commencé à opérer un léger revirement stylistique, délaissant ainsi ses influences Thrash au profit d’un Black Metal aux sonorités Death Metal de plus en plus évidentes. Verses Of Fire confirme ce virage tout en propulsant Temple Of Baal parmi les groupes Français les plus intéressants en la matière.

Première bonne surprise, l’artwork. On le doit à un jeune atelier de création parisien du nom étrange d’AAAAA-Atelier (qui a d’ailleurs travaillé avec Seth sur The Howling Spirit ou Les Blessures De L’Âme). Tout en conservant certains symboles propres à l’univers de Temple Of Baal (la Brimstone, une paume de main tendue, un triangle barré dans lequel on retrouve un soleil), ces deux jeunes artistes ont réussi a proposer une vision moderne, graphique et coloré (un peu à la manière d’un Metastazis) d’un univers où prédomine pourtant un certain traditionalisme.

Deuxième bonne surprise, le contenu de ce quatrième album qui devrait définitivement asseoir Temple Of Baal comme l’une des principales références hexagonales en matière de Black Metal aux côtés d’Aosoth, Antaeus, Hell Milita et autres Arkhon Infaustus. Comme évoqué plus haut, le groupe continue sur la voie de ce Black/Death particulièrement virulent sans jamais perdre de vue l’idée d'une certaine identité les distinguants du reste de la masse. Et force est de constater que Verses Of Fire est un album bien plus mature, réfléchi, élaboré et personnel que le reste de la discographie des parisiens. D’ailleurs le timing ne ment pas. Avec presque soixante minutes au compteur pour dix titres, Verses Of Fire affiche en moyenne vingt minutes de plus que chaque précédente réalisation de Temple Of Baal. Des morceaux souvent longs et fouillés allant de trois à dix minutes (dont sept au dessus des cinq minutes).
Le groupe a donc souhaité s’émanciper de certains standards au profit d’une musique riche qui n’hésite pas à brasser les genres tout en restant cohérente. Black Metal, Black/Thrash, Black/Death, Black Orthodoxe… Temple Of Baal a laissé tomber ses œillères et s’affirme ici à travers des compositions intenses, sombres, religieuses, exigeantes, parfois mélodiques, parfois lumineuses, souvent malfaisantes. Verses Of Fire s’ouvre ainsi sur "Το αστέρι 418", un titre de plus de sept minutes construit en plusieurs parties. Une première tout en blast avant l’arrivée d’un break à 2:28 servant à introduire une partie plus étouffante mais aussi plus mélodique avec notamment ce lead à 4:03 avant de conclure par une troisième séquence identique à la première avec en sus ce sympathique solo à 6:12. Une entrée en matière particulièrement convaincante mais qui n’est pas un cas isolé. Après le redoutable "Bloodangel" sur lequel sévit un Temple Of Baal le couteau entre les dents (trois minutes au son d’un riffing Thrash glacial et d’une caisse claire en mode mitraillette), les parisiens nous offrent le très surprenant "Arcana Silentium". Un titre d’une extrême religiosité marqué par l’arrivée de ce chant clair et mélodique à 3:50 suivi par cette prière déclamée en français à 6:29. Mentionnons également "The 10th Aethyr", un titre mid-tempo illuminé par ce solo épique à 4:54 qui, petit à petit monte en intensité jusqu’à la conclusion quelques minutes plus tard. "Gnosis Of Fire" qui renoue avec ce Black Orthodoxe lumineux, notamment à partir de 3:58 où arrive cette voix mélodique légèrement en arrière plan. Enfin le très bon "Serpens Luminis" tout en ambivalence et doté d’un feeling toujours aussi épique et glacial notamment grâce à ces quelques soli.

Mais si ces quelques titres font état d’une certaine variété sur le plan de la rythmique et/ou de l’atmosphère, d’autres s’enfoncent tête baissée dans un registre Black/Thrash extrêmement virulent. Il y a bien évidemment "Bloodangel" évoqué un peu plus haut mais on peut également citer "Gates Of Death" et "Golden Wings Of Azazel" (ainsi que "Lord Of The Raging Seas" dans une moindre mesure). Deux titres intense et brutal marqués par des solos chaotiques et, pour le second, un cri aigu et perçant du plus bel effet (à 2:16). Enfin, Temple Of Baal conclue ce nouvel album avec l’éprouvant "Walls Of Fire". Dix minutes d’un Black Metal mené pied au plancher avec tout juste de quoi reprendre son souffle le temps d’un break construit autour d’un autre de ces fameux solo Heavy mélodique.

On saluera également l’effort fait en matière de production pour offrir à l’auditeur un disque organique où chaque instrument trouve naturellement sa place, sans excès. Les guitares dominent au côté du chant. La voix d’Amduscias est impeccable: haineuse, religieuse, menaçante alors que les backings assurés par Arkdaemon offrent puissance et lourdeur. Pour le reste, basse et batterie sont très bien mixées. La basse est présente sans être exagérée alors que le son de batterie est naturel et incisif.

Avec Verses Of Fire, Temple Of Baal signe un album d’une grande maturité et prouve par la même occasion qu’il est encore possible de surprendre sans sacrifier à l’efficacité ou à sa propre identité. Une identité qui d’ailleurs s’affirme de plus en plus en s’éloignant d’un Black Metal primaire et souvent trop restrictif au profit d’une musique plus approfondie. Assurément l’un des albums de 2013, tous styles confondus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
03/10/2015 08:47
note: 8/10
Ce cri arayesque !!! Gros sourire
AxGxB citer
AxGxB
30/09/2015 21:02
note: 8/10
Oui!!! C'est vrai qu'elles sont du meilleur effet sur cet album.
gulo gulo citer
gulo gulo
30/09/2015 17:05
note: 8/10
Après ré-examen... c'est en effet une bonne grosse buterie, lui aussi Gros sourire
Ces voix claires sont une bien belle chose en vérité.
Invité citer
MrBlack12
10/09/2014 19:16
Album excellent, sûrement celui avec le plus d’ambiance dans leur discographie.
Ce groupe est vraiment au dessus du "Black underground", il maîtrise parfaitement son art. Jamais décu !
gulo gulo citer
gulo gulo
11/05/2014 15:55
note: 8/10
Bon bin c'est bien sale en concert, je vais quand même redonner une chance à ce disque du coup.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Temple Of Baal
Black / Death Metal
2013 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8/10
Webzines : (28)  7.75/10

plus d'infos sur
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Black / Death Metal - 1998 - France
  

tracklist
01.   Το αστέρι 418
02.   Bloodangel
03.   Arcana Silentium
04.   The 10th Aethyr
05.   Gates Of Death
06.   Gnosis Of Fire
07.   Golden Wings Of Azazel
08.   Lord Of The Raging Seas
09.   Serpens Luminis
10.   Walls Of Fire

Durée : 58:58

line up
parution
29 Octobre 2013

voir aussi
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Lightslaying Rituals

2009 - Agonia Records
  
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Traitors To Mankind

2005 - Oaken Shield
  
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Mysterium

2015 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Serum Dreg
Serum Dreg
Lustful Vengeance

2018 - Invictus Productions / Vrasubatlat
  
Necroblood
Necroblood
Necroblood (EP)

2011 - Spikekult Rekords
  
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Mörk Gryning

2005 - Black Lodge Records
  
The Wakedead Gathering
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Black Lyre

2016 - I, Voidhanger Records
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique