chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Garden Of Shadows - Oracle Moon

Chronique

Garden Of Shadows Oracle Moon
Mes perles obscures de death mélodique (du fond du grenier) s’amenuisent. Chose assez rare et particulièrement pour l’époque, celle-ci vient des Etats-Unis. La présence de Sean Beasley (bassiste et grogneur de Dying Fetus) saura certainement pousser certains lecteurs à lire ma chronique et écouter les extraits proposés (hein Chris). Formé en 1995 à Gaithersburg, Garden Of Shadows enregistre une démo The Heart Of Corona (point d’hommage à « Rythm Of The Night ») deux ans plus tard. La galette ressortira remasterisée et accompagnée d’un titre supplémentaire pour devenir un album en 1998. La suite, une signature chez Wicked World Records (sous-label d’Earache) et ce Oracle Moon.

Garden Of Shadows n’est pas vraiment un groupe de « death mélodique » comme les autres. Le chant guttural (poussif) étant le premier signe distinct, assez éloigné des standards du genre (à la limite du gore). Le groupe puise dans ses références natales technico-progressives (les nappes d’un Nocturnus semblent indissociables, Death, Atheist) mêlées aux mélodies glaciales d’Europe du Nord (l’aspect progressif d’Opeth, mélodies et chant d’Amorphis et évidemment les prémices death mélodique suédois : In Flames, Dark Tranquillity, Eucharist…), le défunt (ressuscité ?) Crypt Of Kerberos reviendra lui aussi en tête. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec le groupe d’Arizona Vehemence (plus connu et toujours en activité), jouant dans la même cour de récré (bien que plus brutal). Là où la scène de Göteborg aurait joué une musique directe et accrocheuse dès les premières secondes, Garden Of Shadows proposera des titres longs (9 minutes en moyenne) et complexes peu facile d’accès. Il faudra faire quelques efforts avant de pouvoir dompter les structures ainsi que la pléthore impressionnante de riffs et d’arrangements. Quant aux allergiques aux claviers, rassurez-vous il ne sera qu’un instrument de soutient, relativement sobre et qui sied parfaitement à la musique des Américains.

Des efforts aisément supportables, d’une part grâce à cette production de qualité qui permet de se délecter de toute la richesse des compositions, mais surtout par la présence de passages épiques majestueux tout le long de ce Oracle Moon. Des mélodies éthérées enchanteresses par paquet de cent (« Oracle Moon », les premières notes de « Dissolution Of The Forms », « Continuum », « Twilight Odyssey » parmi les plus mémorables). Chaque break (transcendé par le clavier) est juste magique : « Oracle Moon » (4:26), « Dissolution Of The Forms » (4:31), « Continuum » (6:11), « Twilight Odyssey » (4:30)… Dommage qu’ils soient si courts. Göteborg en Suède, Gaithersburg aux Etats-Unis ? Un réel talent. Malgré bon nombre d’écoutes, il sera difficile malheureusement de ne pas suffoquer face à des vocaux beaucoup trop monocordes (les virées criardes de la guitariste n’aideront pas plus) ainsi qu’à une maîtrise encore trop bancale. Défaut de jeunesse inhérent, les compositions manqueront parfois de fluidité et subiront quelques baisses de régime (« Citadel Of Dreams », « Desert Shadows »), reprises par un riff mélodique annihilateur. Le charme est « presque » total.

« Ovni » pour le genre à cette période et album ô combien copieux, de nombreuses écoutes seront nécessaires avant de pouvoir appréhender ces compositions alambiquées et ce chant guttural « exotique » (inhabituel pour le death mélodique). Des mélodies absolument fabuleuses entourées d’une musique luxuriante, les adorateurs de metal extrême mélodique approuveront. La maîtrise encore imparfaite et les vocaux ahanants empêcheront malheureusement ce Oracle Moon de toucher l’excellence. Comme tous les groupes maudits chroniqués, une quasi-indifférence injuste et une séparation abrupte. Garden Of Shadows s’éteindra ainsi en 2002, Sean Beasley rejoindra un certain Dying Fetus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Chris
23/11/2013 11:38
Merci pour cette perle Mitchounet. Je n'ai écouté que "Dissolution..." et déjà commandé la bête par mamazon à 4 € fdps in (en occaz).
Invité citer
Nightwanderer
22/11/2013 12:35
Perle oubliée en effet. J'adore cet album assez unique. Très bonne chronique qui reflète bien le contenu !
Je l'avais acheté à l'époque après être resté sur le cul à l'écoute d'un titre sur une radio metal.
Un très bon album de prog death mélodique avec un très gros son.

Invité citer
coreandcoupdate
21/11/2013 18:44
mon ancien compte est désactivé, alors je garde ma cagoule ! Sourire
Niktareum citer
Niktareum
21/11/2013 14:10
Cyril, enlève ta cagoule, on t'a reconnu !
Invité citer
coreandcoupdate
21/11/2013 14:08
C'est que ça ferait envie ça !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Garden Of Shadows
Death mélodique progressif
2000 - Wicked World Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.73/10

plus d'infos sur
Garden Of Shadows
Garden Of Shadows
Death mélodique progressif - 1996 † 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Oracle Moon  (08:46)
02.   Citadel Of Dreams  (08:18)
03.   Into Infinity  (00:25)
04.   Dissolution Of The Forms  (08:14)
05.   Continuum (Garden Of Shadows)  (09:27)
06.   Desert Shadows  (09:54)
07.   Twilight Odyssey  (08:26)

Durée : 53:30

line up
parution
28 Août 2000

Essayez aussi
Vehemence
Vehemence
God Was Created

2002 - Metal Blade Records
  
Unmoored
Unmoored
Cimmerian

1999 - Pulverised Records
  
Equipoise
Equipoise
Demiurgus

2019 - The Artisan Era
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
In Grief
In Grief
Deserted Soul

2009 - Bombworks Records
  

Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique