chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrotic Disgorgement - Documentaries Of Dementia

Chronique

Necrotic Disgorgement Documentaries Of Dementia
En conclusion de ma chronique du Clitoraldectomy de Regurgitation il y a deux ans, j'indiquais que le groupe s'était reformé et qu'il devait sortir un nouvel album d'inédits mais qu'il ne savait pas encore s'il allait continuer sous le nom de Regurgitation ou Necrotic Disgorgement (l'appellation post-Regurgitation). La décision se fera suite au départ de Brian Baxter pour Embalmer. Ce sera donc Necrotic Disgorgement. J'aurais préféré Regurgitation, les titres de Clitoraldectomy sonnant de mon point de vue bien mieux que les mêmes sur Suffocated in Shrinkwrap. Le groupe passera alors d'un trio à un quintette avec Phil Good (Created To Kill, Heinous Killings, Solidification) à la basse en remplacement de Baxter et Jimmy Javins (Forensic Dissection) au chant qui viendront épauler le cœur du combo composée de Ben Deskins (guitare/chant), Tony Tipton (guitare) et Jason Trecazzi (batterie). Puis, enfin, Documentaries Of Dementia débarque l'été dernier sur Comatose Music.

Malheureusement, la première chose qui saute aux yeux, c'est la pochette immonde, stéréotype des artworks digitaux bien trop nombreux dans le brutal death moderne. Non seulement celui-ci est irréaliste et d'une laideur sans nom mais il est en plus mal fait. Encore une fois, Phlegeton démontre que, dès lors qu'il sort du cadre de Wormed, c'est un dessinateur abominable et maladroit avec Photoshop. La pochette va en plus de paire avec une production plastique. Le son de batterie est une horreur artificielle triggée jusqu'à la moelle qui n'a plus rien d'un instrument joué par un humain et qui a en plus le culot d'être mixée très en avant. Quant aux guitares, elles puent la computérisation en enlevant toute notion d'ambiance à la musique.

En voilà une chronique qui démarre mal. Et pourtant! Malgré ces tares de toute façon symptomatiques et incurables d'une scène connue pour son mauvais goût à tout point de vue (on rajoutera l'intro samplée "Intronitiation" trop longue), Documentaries Of Dementia s'avère un album aussi surprenant que réjouissant. C'est que Necrotic Disgorgement propose ici une évolution intéressante. Tout en restant ancré dans le brutal death US typique, le groupe a insufflé une dose importante de technicité et surtout de mélodie. Oui, vous avez bien lu, mélodie! Alors certes on est encore très loin de Spawn Of Possession, Odious Mortem ou Necrophagist mais Necrotic Disgorgement a clairement voulu faire un peu plus que du "simple" brutal death à l'américaine. Dans l'esprit, on pense au dernier Gortuary qui avait su mêler gras et mélodie avec un certain succès. Deeds Of Flesh vient aussi en tête.

Tony Tipton nous sort ainsi bon nombre de solos et autres leads mélodiques inspirées. J'apprécie particulièrement la lead superbe de "Pincushion Pussy" à 1'42 (un riff death mélodique suivra!), les petits sweeps dès l'ouverture de "Postmortem Fluid Evacuation", le solo à 2'18 sur "Crack Whore Compost", la mélodie du riff à 3'28 de "Icepick Ear Sodomy" (le meilleur morceau du disque) enchaîné par un solo excellent, ou encore le solo vers le début sur "Defecation Delicacy". Ces touches virtuoses viennent enrichir des morceaux déjà très bons. Il n'y a d'ailleurs aucun titre faible et ce nouvel opus de Necrotic Disgorgement brille par son homogénéité sur 40 minutes qui passent du coup presque trop vite. la preuve, ça fait des mois que je possède l'album et l'écoute régulièrement sans lassitude. Rien d'étonnant car, au-delà d'un rare travail mélodique et malgré la production ultra synthétique, le feeling des membres est évident. La qualité des riffs se révèle en effet très supérieure à la majorité des groupes de brutal death souvent peu concernés par le sujet tant que ça sonne "brutal".

En parlant de brutalité, que nos amis bourrins ne s'inquiètent pas. Si Necrotic Disgorgement a opéré quelques changements, il n'a pas abandonné son identité. La patte du groupe reste ainsi reconnaissable et la formation fait toujours du brutal death US. Le côté intense et chaotique des compositions est, à l'image du chant très guttural et au débit souvent rapide, toujours présent, même si davantage maîtrisé. Au menu, de la blastouille, du semi-blast, du tchouka-tchouka et même du gravity (celui de "Defecation Delicacy" dure d'ailleurs 13 secondes, impressionnant même s'il faudra vérifier sa bonne tenue en live sans les retouches studio). Et bien sûr, un album de brutal death US ne serait rien sans les séquences slammy groovies et grassouillettes. Vous en trouverez un paquet sur ce Documentaries Of Dementia avec du riff huileux qui tâche, de la double à fond, des harmoniques sifflées voire quelques bass drops explosifs.

Il en aura mis du temps à sortir (9 ans!) mais l'attente valait le coup! Documentaries Of Dementia se place ainsi dans la courte liste des albums 2013 de brutal death valant le détour. La direction plus mélodique et technique du groupe lui a permis de se démarquer nettement sans sacrifier à la brutalité. Merci donc à Necrotic Disgorgement d'avoir eu les couilles de sortir cet album et de ne pas considérer "mélodie" comme un gros mot. Merci aussi de ne pas non plus avoir tourné le dos à ses racines. C'est ce que j'appelle une évolution intelligente et réussie. Du coup, avec ce Documentaries Of Dementia et le nouveau Mortal Decay, Comatose Music place deux de ses productions parmi les meilleurs albums BDM de cette année. On aurait juste apprécié une pochette moins débile et digitale (même Visual Darkness fait mieux) et surtout une production plus humaine. Des défauts qu'on fera en sorte de mettre de côté tant les albums de brutal death de cette qualité se font rares de nos jours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Cyprine64 citer
Cyprine64
16/04/2021 15:34
Je conseille d'aller voir du côté du groupe Horrific Demise qui n'ont sorti un premier album qu'en 2019 mais dont le CV long comme le bras de chacun des membres fait pâlir (des ex necrotic dosgorgment, gorgam, putrid pile, lividity). Par contre horrific demise ne fait pas les choses de la même manière que les groupes cités ici !
AxGxB citer
AxGxB
14/12/2013 00:36
C'est vraiment très bon avec une balance intéressante entre Brutal Death et mélodie. Après, c'est dommage que la prod soit aussi vulgaire et l'artwork si dégueulasse...
Keyser citer
Keyser
13/12/2013 17:46
note: 8/10
le gritche a écrit : le gritche a écrit : Keyser, quel est ta liste de groupes brutal death valant le détour ?

pour 2013


Defeated Sanity tout en haut puis dans le désordre Wormed, Spheron, Deeds Of Flesh, Suffocation et Mortal Decay. Darkall Slaves s'est bien défendu niveau français aussi.
Invité citer
le gritche
13/12/2013 17:41
le gritche a écrit : Keyser, quel est ta liste de groupes brutal death valant le détour ?

pour 2013
Keyser citer
Keyser
09/12/2013 11:49
note: 8/10
hurgh a écrit : Faudrait que je le ressorte, apparemment je suis passé à côté. Au bout de 5/6 écoutes je l'ai rangé et oublié, je n'arrive pas à rentrer dedans. Oui je me souviens qu'il y a des solos fort sympas, des riffs qui font vraiment mouche parfois, mais cet album, malgré sa courte durée, me fatigue vite. Un peu comme Brain Drill par exemple. Ou alors je suis tout simplement gavé de la scène brutale technique actuelle et de tous ces groupes interchangeables. Quand même, je vais retenter...

Necrotic Disgorgement n'a rien à voir avec Brain Drill ou la scène brutale technique actuelle comme dit dans la chronique. Ça reste du brutal death US, c'est juste plus mélo que d'habitude.
hurgh citer
hurgh
09/12/2013 11:41
Faudrait que je le ressorte, apparemment je suis passé à côté. Au bout de 5/6 écoutes je l'ai rangé et oublié, je n'arrive pas à rentrer dedans. Oui je me souviens qu'il y a des solos fort sympas, des riffs qui font vraiment mouche parfois, mais cet album, malgré sa courte durée, me fatigue vite. Un peu comme Brain Drill par exemple. Ou alors je suis tout simplement gavé de la scène brutale technique actuelle et de tous ces groupes interchangeables. Quand même, je vais retenter...
Keyser citer
Keyser
09/12/2013 08:46
note: 8/10
Soutien Technique a écrit : J’hallucine peut-être, mais c’est écrit « 2004 » là où est censé être écrit le style du groupe. On le sait juste à voir la pochette ceci dit. ;-)

Corrigé.
Invité citer
Soutien Technique
09/12/2013 04:41
J’hallucine peut-être, mais c’est écrit « 2004 » là où est censé être écrit le style du groupe. On le sait juste à voir la pochette ceci dit. ;-)
Ander citer
Ander
08/12/2013 18:07
note: 8/10
Non, même pas, c'est venu tout seul. Mr Green :screech:

Bon tout ça pour dire que les Necrotic Disgorgement vont rendre les retours de Gorgasm et Prostitute Disfigurement compliqués si ces derniers élèvent pas leur niveau de jeu d'un cran sur leurs prochaine galettes.
Dead citer
Dead
08/12/2013 16:56
Ander a écrit : Une petite bombe bien résumé par Keyser une fois n'est pas coutume.

Tu voulais dire "une fois de plus", non ? Mr Green
Ander citer
Ander
08/12/2013 15:41
note: 8/10
Une petite bombe bien résumé par Keyser une fois n'est pas coutume. Headbang Et au final on s'y fait à cette prod' synthétique, y a pire dans le genre!

Pour ce qui est de la reconstitution de l'album en live, un petit extrait qui devrait te convaincre:

Grotesque Skeletal Reconstruction.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrotic Disgorgement
Brutal Death
2013 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.38/10
Webzines : (13)  7.35/10

plus d'infos sur
Necrotic Disgorgement
Necrotic Disgorgement
Brutal Death - 2003 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intronitiation
02.   Pincushion Pussy
03.   Conceived For Incest
04.   Postmortem Fluid Evacuation
05.   Crack Whore Compost
06.   Anal Trauma
07.   Icepick Ear Sodomy
08.   Grotesque Skeletal Reconstruction
09.   Defecation Delicacy
10.   He Wears The Flesh

Durée : 40'12

line up
parution
25 Juin 2013

Essayez aussi
Carnophage
Carnophage
Deformed Future // Genetic Nightmare

2008 - Unique Leader Records
  
Kronos
Kronos
The Hellenic Terror

2007 - Xtreem Music
  
Peshmerga
Peshmerga
Murderous Acts Of Cruelty

2010 - Sevared Records
  
Vitriol
Vitriol
To Bathe From The Throat Of Cowardice

2019 - Century Media Records
  
Reciprocal
Reciprocal
Reciprocal

2009 - Autoproduction
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique