chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
164 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Preludium - Redemption

Chronique

Preludium Redemption
Diabolical Conquest est mort, vive Transcending Obscurity! Le label/webzine indien qui s'était fait discret depuis de longs mois repart sous un autre nom mais avec l'ambition et la motivation qu'on lui a toujours connues. Si j'ai accepté de chroniquer ce nouvel album de Preludium, première sortie officielle de la maison de disque asiatique, c'est toutefois uniquement parce que j'ai toujours entretenu de bonnes relations avec son boss, Kunal Choksi, un vrai passionné. Je n'attendais en effet strictement rien du groupe polonais qui n'a fait que me décevoir ces dernières années alors que je lui prédisais un avenir brillant suite à l'excellent Eternal Wrath (2004). Alors quand j'apprends en plus que le combo aborde sur Redemption des thématiques spirituelles, je me dis que le retour à la brutalité d'antan reste un doux rêve, même si les paroles sont signées Maître Kunal, inspiré par Paramahansa Yogananda et le Kriya Yoga.

L'écoute du morceau d'ouverture, "Soul Torment", me donnera raison. Cinq minutes de mid-tempo ennuyant et rébarbatif rendu encore moins passionnant par des passages saccadés sans inspiration. Putain que c'est mou! Je me dis alors que l'écoute et la chronique vont être un calvaire. Puis vient "Altars Of Redemption". Et là je referme d'un coup mon clapet. Blast-beats dévastateurs dès le début, riffs vindicatifs, Preludium aurait-il récupéré ses attributs masculins? Ou ne serait-ce que le dernier soubresaut d'un corps mourant? Le troisième titre, "Incarnations", démarre mollement, ambiancé de dissonances. Je recommence à grincer des dents. Ce n'était donc qu'un feu de paille. 0'54: gros blasts. Peut-être pas finalement! Le reste du morceau se montre tout aussi brutal, avec notamment une séquence assez énorme couplant blast-beat et dissonance posée. Un contraste qui fait son effet!

Redemption écouté en entier, le constat est clair. Contre toute attente, Preludium a retrouvé de l'allant. Oublié l'EP Abomination et le full-length Impending Hostility aussi mollassons qu'anecdotiques, les Polonais ont décidé de retaper du poing sur la table. Je place même ce Redemption à la deuxième place des sorties du combo slave un poil devant Raping Mankind Disorder mais encore derrière Eternal Wrath ('faut pas déconner non plus!). Ça fait tellement plaisir de retrouver Preludium en forme! Des blasts à foison (enfin Piotr Ungeheuer s'élève au niveau de l'ancien mitrailleur Dominik "August" Augustyn!), des riffs bien sombres en tremolo, une basse qui vrombit délicieusement, une production féroce proche du dernier opus (un de ses rares bons points), les raisons de se réjouir sont multiples. Mais c'est surtout ce regain de brutalité qui redonne le sourire. "The Seven Gates Of Hell" et "Sins Of Mankind" pour un final sans merci, en particulier, bourrent joyeusement. Jouissif! Ça c'est du death polonais, sans trop sonner Morbid Angel worship (seul petit défaut du premier disque)! Łukasz Dziamarski a même encore amélioré son chant grâce à une plus grande diversité (growls et shrieks habituels plus d'autre intonations plus personnelles) et davantage de puissance.

Tout ça, c'est très bien mais, au risque de jouer les éternels rabat-joie, il ne faudrait pas non plus trop s'enflammer. La joie des retrouvailles ne doit pas rendre aveugle. Car Redemption est encore loin d'être parfait et certains défauts subsistent malgré le net coup de boost. On n'évite ainsi pas quelques passages mid-tempos peu inspirés ou des saccades inutiles (à 2'40 sur "Arena Of Souls" par exemple). On l'a dit, "Soul Torment" n'introduit pas l'opus de la meilleure des façons. "Circle Of Life" et "Destiny Of Mortals" manquent eux-aussi de panache. Et dans l'ensemble, les riffs auraient pu se faire plus marquants. Concernant les solos et autres leads, je n'aurais pas dis non à une présence plus fréquente, surtout que Skowron et Dziamarski savent s'y prendre. On aurait ainsi aimé plus de sonorités dans le genre de "The Seven Gates Of Hell" à 1'57 ou la ligne de guitare en lead prend quelques couleurs orientales, couleurs qu'on retrouvait bizarrement plus sur le disque précédent. Elles seraient en plus allées de paire avec la philosophie indienne adoptée dans les paroles. J'ai également du mal à comprendre l'intérêt de clôturer tous les morceaux (sauf le dernier) par le même sample de quelques secondes. Non seulement ça ne sert à rien mais ça accentue le côté un peu redondant des morceaux qui peinent à se distinguer clairement. Dernière chose, on pourrait critiquer les Polonais pour avoir cédé à la mode de la dissonance dont Preludium abuse un peu trop sur ce nouvel album. Le retour de Gorguts influencerait-il les autres? Même si elles ne ressortent pas dans la musique en elle-même, les thématiques spirituelles, chères aux Canadiens, pourraient aussi le faire penser. Cela dit, ça passe plutôt très bien ici avec de nombreuses combos blast + tremolo + dissonance tout à fait convaincantes et quelques influences black metal bienvenues sur les parties dissonantes les plus lentes.

Du coup, Redemption s'avère une bonne surprise à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Il y a bien sûr encore deux-trois choses qui me chiffonnent. Rien de bien grave toutefois contrairement à l'opus précédent. Preludium a repris du poil de la bête et nous offre un album fort sympathique de death metal à la polonaise avec blast-beats et tremolos en pagaille. Pas la sortie de l'année mais un disque suffisamment intéressant, inspiré et brutal pour qu'il me réconcilie avec Preludium. Un album qui finalement porte très bien son nom!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Preludium
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (5)  6.5/10

plus d'infos sur
Preludium
Preludium
Death Metal - 1999 - Pologne
  

tracklist
01.   Soul Torment
02.   Altars Of Redemption
03.   Incarnations
04.   Root Of Suffering
05.   Circle Of Life
06.   The Seven Gates Of Hell
07.   Destiny Of Mortals
08.   Arena Of Souls
09.   Hatred Breeds Suffering
10.   Sins Of Mankind

Durée : 39'21

line up
parution
28 Octobre 2013

voir aussi
Preludium
Preludium
Abomination (EP)

2010 - Redrum 666
  
Preludium
Preludium
Impending Hostility

2010 - Diabolical Conquest Records
  
Preludium
Preludium
Raping Mankind Disorder

2008 - Redrum 666
  
Preludium
Preludium
Eternal Wrath

2004 - Fallen Angel
  

Essayez aussi
Afflicted
Afflicted
Prodigal Sun

1992 - Nuclear Blast Records
  
The Seven Gates
The Seven Gates
Angel Of Suffering

2009 - Heavy Artillery Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Who Dares Win (Compil.)

1998 - Earache Records
  
Repugnant
Repugnant
Premature Burial (EP)

2004 - Soulseller Records
  
Cancer
Cancer
Death Shall Rise (Rééd.)

2014 - Cyclone Empire Records
  

Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast