chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amon - Liar In Wait

Chronique

Amon Liar In Wait
Si impensable que cela puisse paraître, il m'arrive de me planter. Pour tout vous avouer, ce Amon, je n'y croyais pas du tout.

Petit rappel historique. En 2004, Eric et Brian Hoffman se font éjecter de Deicide par Glen Benton. Tandis que celui-ci continue son chemin sous cette appellation avec plus (The Stench Of Redemption) ou moins (Till Death Do Us Part) de succès, les frangins guitaristes vont de leur côté ressusciter en 2007 l'entité Amon, première incarnation de Deicide invoquée dès 1987 et qui avait sorti deux démos avant de se voir imposer un changement de patronyme par le label de l'époque, Roadrunner Records. Mais si Deicide enchaîne les albums, il faudra attendre cinq ans et 2012 pour que les Hoffman pondent enfin un disque avec Amon, dont le nom Liar In Wait rappellera de bons souvenirs aux amateurs de death suédois d'homme. Mais cet album, je n'ai jamais fait l'effort de l'écouter. Pourquoi? Parce qu'à force d'annoncer sa sortie sans que rien ne se passe, on a fini par se lasser et oublier. Ensuite, parce que l'opus, une surprenante auto-production de la part de musiciens si connus (volonté de leur part ou choix par défaut?), n'était pas aisé à trouver. Enfin et surtout, parce que j'avais de gros aprioris et pensais qu'il s'agissait probablement d'une bouse sans intérêt vu le peu d'enthousiasme rencontré. Mais on m'a récemment poussé à tenter tout de même l'aventure (Merci Jan de Lavadome!). Ça tombe bien, des labels s'intéressent enfin à Amon puisque une réédition de Liar In Wait est prévue à la fin du mois en vinyle sur FDA Rekotz (d'où MP3 promos pour bibi) et Possession Productions qui sortira aussi une version digi-CD. Le tout auréolé d'une nouvelle pochette aussi moche que l'originale et orné du même logo enfantin ridicule. L'occasion tout de même de vérifier si les Hoffman n'étaient pas encore rouillés ou si j'avais eu raison de ne pas perdre mon temps.

La réponse ne se fera pas attendre, même s'il faut se méfier des débuts tonitruants (pas vrai Warfather?!). Sans être l'album du siècle, Liar In Wait botte des culs à la chaîne. Il m'a même impressionné, et ce dès le démarrage canon sans pitié appelé "Among Us". Je ne m'attendais pas en effet à une telle brutalité, une telle intensité de la part de ces vétérans qui n'ont rien à envier aux jeunes formations. Même techniquement, le duo fraternel n'a pas hésité à hausser son niveau de jeu, bien épaulés par deux autres musiciens talentueux, le batteur fou Mike Petrak (ex-Leprosy et Success Will Write Apocalypse Across The Sky) et le plus connu frontman Jesse Jolly alias Jechael (ex-Diabolic et Blastmasters) et sa basse 7-cordes. Si Deicide continue de faire du old-school, Amon a lui préféré prendre une direction plus moderne tout en gardant la filiation. En gros, Amon, c'est du Deicide puissance 10, plus brutal, plus rapide et plus technique. C'est bien simple, le combo bourrine quasiment de A à Z, noyant l'auditeur sous une pluie incessante de riffs bouillonnants (c'est sombre, méchant et ça tricote pas mal!) et de blast-beats mitraillettes (il y a même pas mal de gravity!). Le chanteur n'épargne rien ni personne non plus, lui qui vomit sa haine à travers un timbre puissant au débit éreintant et la superposition efficace et fréquente de growls et de shrieks, comme on en a l'habitude chez le désormais ennemi. Bref, du brutal death floridien implacable en forme de chaos contrôlé en constante effervescence.

Pas d'intro, pas d'interlude, pas d'outro, les Américains dézinguent à tout va. Le quatuor de Tampa relâche juste un peu la pression sur quelques riffs mid-tempos plus gras et simples et surtout sur de très bons solos mélodiques posés qu'on retrouve sur presque tous les milieux de morceau. Des variations qui permettent de souffler et d'ajouter une corde plus sensible à l'arc ultra tendu de la formation. Cependant, cela ne suffit pas à éviter une certaine monotonie. Amon cherche tellement à en foutre plein les oreilles et à nous coller au mur qu'il en oublie souvent le groove et l'accroche, surtout quand la qualité du riffing, très correct dans l'ensemble, baisse un peu. Du coup, difficile de ne pas décrocher sur les trois derniers titres à partir de "Sentience And Sapience". Le son de batterie synthétique et les blasts mitraillettes vite soûlants n'aidant pas non plus à apporter de la nuance.

Monolithique, répétitif, redondant. Voilà ce qu'on peut reprocher à Liar In Wait qui, il est vrai, ne varie pas des masses et tombe un peu dans l'excès. C'est le revers de la médaille d'une telle démonstration de force. Mais c'est aussi ce qui m'a plu chez Amon. Les frères Hoffman ont repris ce qu'ils avaient appris chez Deicide tout en se montrant ambitieux en cherchant à repousser leurs limites. En résulte un album certes peu diversifié mais d'une rare intensité qui a quelque chose de jouissif. Moi qui n'en attendais rien, j'ai été plutôt bluffé. Et comparé aux dernières productions en dents de scie de Deicide, il est clair qu'Amon met la bande de Benton à l'amende.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
12/07/2020 11:26
note: 8/10
Et bé j'l'aime bien moi, ce skeud.
Brutal et infernal, certes, mais pas que.
Le niveau technique est impressionnant mais utilisé à bon escient.
De plus, malgré l'intensité dégagée, l'album fourmille de petits détails qui se dévoilent au fil des écoutes.
Bref, je m'y suis remis récemment et belle (re)découverte.
AxGxB citer
AxGxB
20/01/2014 12:16
Entre le nom moisi et la pochette dégueulasse, difficile de se laisser tenter. Enfin bon, j'essaierai tout de même à l'occasion Clin d'oeil
Invité citer
TitanAtlas
19/01/2014 20:22
Le titre solo sur Among Us m'a rappelé certains solo sur Stench Of de part l'aspect mélodique.
Sinon l'intensité ne m'a pas mis sur le cul.
Et le 1er solo sur le titre Eye of Infinite m'a rappelé Morbid Angel époque Domination, et çà c'est pas négatif.

Sinon çà tappe tout le long, mais on est loin des groupes jeunes et survoltés de ces 5 dernières années

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amon
Brutal Death Metal
2014 - F.D.A.
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (8)  6.61/10

plus d'infos sur
Amon
Amon
Brutal Death Metal - 1987 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Among Us
Among Us
Amon

Extrait de "Liar In Wait"
  

tracklist
01.   Among Us
02.   Eye Of The Infinite
03.   Lash Thy Tongue And Vomit Lies
04.   Liar In Wait
05.   Reaching For Flesh
06.   Semblance Of Man
07.   Sentience And Sapience
08.   Spat Forth From The Darkness
09.   Wraith Of Gaia

Durée : 35'52

line up
parution
31 Janvier 2014

Essayez aussi
Ad Patres
Ad Patres
A Brief Introduction To Human Experiments

2019 - Xenokorp
  
Mithras
Mithras
Forever Advancing... Legions

2002 - Golden Lake Records
  
Hideous Deformity
Hideous Deformity
Defoulment Of Human Purity

2010 - Sevared Records
  
Putrid Pile
Putrid Pile
Collection Of Butchery

2003 - United Guttural Records
  
Repulsive Dissection
Repulsive Dissection
Promo 2007 (Promo)

2007 - Grindethic Records
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique