chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Monarque - Lys Noir

Chronique

Monarque Lys Noir
Vous qui pensiez, après avoir été déçus à l’écoute des derniers GRIS et SOMBRES FORETS, que le label québécois Sepulchral Productions avait perdu son goût pour la hargne, soyez rassurés puisque ses deux autres sorties signées en 2013 s’incrivent beaucoup plus dans la lignée de ses meilleures offrandes. MONARQUE et NEIGE ETERNELLE ne rigolent pas et vont envoûter tous les amateurs de black dur où la mélancolie est bien présente mais uniquement en fond.

Et nous voici donc arrivés à parler de MONARQUE et enfin, nous allons avoir des mots plus élogieux. Car n’y allons pas par quatre chemins, les Québécois confirment le bien qu’on avait pensé d’Ad Nauseam en 2009 et enfoncent même le clou tellement profondément qu’ils deviennent le meilleur groupe de Sepulchral en 2013. Et même si certains marmonnent encore des « Mouais, ça dépend du style qu’on privilégie ! », je ne recule pas parce que quel que soit le groupe signé chez ce label, ils tentent tous de transmettre des émotions, et est le plus efficace parce qu’ils est le plus varié dans la palette de sentiments abordés !

Les 7 nouveaux morceaux de Lys Noir font appel à la même formule et au même mélange savant que FORTERESSE. Le black y est de prime abord tapageur et direct mais il sait se parer de mélodies imparables. Les compositions ont beau tabasser sec, elles sont tout de même empruntes de lignes atmosphériques déchirantes. Le premier titre, « L’Appel de la Nuit », est une très bonne entrée en matière. Après le bruit du vent et une petite déclamation introductive disant : « Mort du lever du soleil à la chute du jour, mais vivant durant les ombres de la nuit pour pouvoir être le complice des terrifiants destins de l’Ange Déchu », la musique commence sur les chapeaux de roue, avec une batterie et des claviers complètement fous surmontés de riffs endiablés et d’une voix possédée ! Le décor est planté instantanément, les images viennent à l’esprit : nous sommes dans un monde de neige des plus hostiles et un vent glacé vient nous disloquer les joues. Les grands moment de LUNAR AURORA ne sont pas loin !

La magie opère sans qu’on est le temps de souffler le temps des trois premiers titres, non seulement parce que le rythme est maintenu, mais parce que des astuces viennent nous garder attentif. Ce sont tout d’abord les hurlements en français qui font plaisir à entendre même s’ils sont parfois trop inaudibles, puis des passages qui permettent à chacun de ces titres de se démarquer. Sur « L’Appel de la Nuit » c’est le break acoustique, sur « Vigor Mortis » ce sont ces samples narratifs à la fin qui font claquer une voix au ton si neutre : « il arrive quelquefois que Satan, grâce à la force de ses maléfices puisse vaincre la mort et se rire d’elle », sur « La Quintessence du Mal » c’est un solo déchainé et une fin épique intense.

Ces trois morceaux passés, quatre restent. La qualité est encore au rendez-vous, mais l’on reste un peu sur sa faim. « Solitude » est un intermède ambiant planant de 3 minutes, qui arrive au bon moment après les fortes émotions. Il est suivi d’un « Mes Condoléances » qui reprend certes les hostilités et la belle énergie du début, mais il a beau être puissant l’absence de vocaux lui fait perdre un peu d’intérêt. La musique es tout de même chargée en émotion grâce aux apparitions de claviers, de guitare sèche et surtout à la fin d’un orgue miraculeux. Ce titre est lui-même enchaîné par « Au Seuil des Ténébres », une reprise de FROZEN SHADOWS, le groupe du patron de Sepulchral, qui n’est suffisamment réappropriée. Le break à la guitare acoustique est réussi mais il arrive un peu trop abruptement. Et ensuite, c’est déjà le dernier morceau, « Comme des Vers », qui ne fait que 3 minutes et propose un tempo plus lent pour des ambiances moins chargées et moins marquantes.

Cet album est ainsi d’excellente facture, principalement sur sa première partie. Il ne décevra pas les fans du groupe. Ceux qui pensent que les meilleurs atouts de Sepulchral s’appellent FORTERESSE ou BORGNE devront aussi s’y intéresser ! Vraiment dommage qu’il n’y ait pas plus de matériel, on n’aurait pas rechigné sur deux titres originaux supplémentaires...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Monarque
Black Atmosphérique puissant
2013 - Sepulchral Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8/10
Webzines : (14)  8.15/10

plus d'infos sur
Monarque
Monarque
Black Atmosphérique puissant - 2003 - Canada
  

tracklist
01.   L'appel de la nuit
02.   Vigor mortis
03.   La quintessence du mal
04.   Solitude
05.   Mes condoléances
06.   Au seuil des ténèbres (Frozen Shadows cover)
07.   Comme les vers

Durée : 37:05

line up
parution
30 Avril 2013

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique