chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
158 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Derogatory - Above All Else

Chronique

Derogatory Above All Else
Dernière trouvaille en date du label FDA Rekotz, Derogatory voit le jour en Californie sous l'impulsion de quatre américains moustachus d'origine mexicaine. Formé en 2010, le groupe suit un parcours des plus classiques en sortant l'année suivante sa toute première démo. Dès lors, Derogatory entame la composition de son premier album tout en sollicitant le soutien d'un quelconque label chargé, à terme, de le mettre à disposition dans les meilleures distros. Les Allemands de FDA Rekotz répondront à l'appel, proposant ainsi depuis quelques semaines Above All Else, premier album des Californiens particulièrement marqué par les années 90.

Attiré par un artwork plutôt réussi rappelant les œuvres étranges et tourmentées de Dan Seagrave, la musique de Derogatory dont le logo transpire lui aussi les années 90, ne trahit ni ses influences ni ses aspirations. L'auditeur sera ainsi frappé dès les premières écoutes par le poids d'un certain Morbid Angel (période Blessed Are The Sick/Formulas Fatal To The Flesh) sur les compositions de ces jeunes californiens. Une influence pas toujours évidente à digérer et surtout très encombrante en terme d'identité lorsque l'on cherche à tirer son épingle du jeu. Mais comme c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes, pourquoi en vouloir à Derogatory de s'inspirer de l'un des plus grands groupes de Death Metal de ces vingt cinq dernières années?

Ce mimétisme, Derogatory le cultive grâce à un riffing plutôt complexe et dénué de véritable sens harmonique. Il y a dans le jeu de Joe Viwatkurkul et Christian Ordonez quelque chose qui rend assez difficile l'assimilation de chaque morceau. Comme Trey Azagthoth chez Morbid Angel, les riffs se multiplient dans un enchevêtrement tordu et dissonant de mélodies alambiquées que l'auditeur aura bien du mal à retenir de prime abord. Des compositions à tiroir qu’il faudra apprivoiser avant d’en saisir l’essentiel. À cela s'ajoute un sens rythmique tout aussi tordu et impénétrable : superposition de séquences rapides et de parties mid tempo, un certain goût pour les riffs saccadés, enchainement de blast beats, de tchouka tchouka et de passages groovy etc... Bref, il faudra faire des efforts sous peine de se sentir bien vite dépasser par ces compositions dont il n’est pas toujours évident de s’imprégner.
Heureusement, Derogatory a aussi hérité du sens mélodique de l’Ange Morbide. Above All Else est ainsi truffé de riffs mélodiques ("Into The Depth Of Time" à 1:26, "Above All Else" à 3:31, les premières secondes de "To Escape What Is Now") et surtout de soli rappelant là encore le jeu de Trey Azagthoth. Des soli assez chaotiques et agressifs comme l’attestent "Cryopreservation" à 1:40, "Above All Else" à 3:03, "Immortal Divine" à 2:27, "Foretold In My House Of Seance" à 1:21 et 3:14, "Cenotaph" à 1:48 et 2:41, "To Escape What Is Now" à 3:05. On retrouve ainsi ce petit côté dissonant et parfois démonstratif qui ponctue également chaque disque de Morbid Angel. Un mimétisme de tous les instants qui passe par un growl rappelant également les premières heures de David Vincent que ce soit dans le timbre de voix que dans la façon de poser ses lignes de chant.

Au delà d’un manque de personnalité évident qui en rebutera sûrement quelques uns, le véritable défaut de ce premier album est sa production beaucoup trop approximative. Le son de batterie est beaucoup trop flou et manque sérieusement d’attaque. La basse se confond notamment avec le son de la grosse caisse dans une impression de mou généralisée qui vient un peu gâcher la fête. C’est dommage car pour le reste, la production sonne plutôt naturelle avec ce petit côté décharné assez typique des années 90.


Copie carbone du Morbid Angel des années 90, Derogatory n’a pas pour vocation de changer la face du monde avec ce premier album. Above All Else se destine ainsi à tous les nostalgiques du groupe floridien aujourd’hui perdu dans les méandres d’une musique pseudo électronique, pseudo martiale, tout à fait abominable. Bien qu’assez difficile à appréhender lors des premières écoutes, cet album révèle un certain potentiel (structure de riffs assez complexe, une belle qualité de soli, des mélodies intéressantes, un esprit 90's) que les Californiens devront toutefois affiner car pour le moment le manque de personnalité évident, la qualité de certains riffs parfois quelconque et la production plutôt approximative font de Derogatory un groupe sympathique mais pas mémorable. Essai transformé mais doit faire ses preuves.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
16/02/2014 11:16
J'ai dû l'écouter 1 fois ou 2... Pas foncièrement mauvais mais tellement classique que je n'ai pas poussé plus loin, manque le petit truc en plus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Derogatory
Death Metal
2013 - F.D.A.
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  6.34/10

plus d'infos sur
Derogatory
Derogatory
Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Into The Depth Of Time
03.   Cryopreservation
04.   Above All Else
05.   Immortal Divine
06.   Foretold In My House Of Seance
07.   Cenotaph
08.   Twisted Aeons Of Burning Galaxy
09.   To Escape What Is Now

Durée : 39:11

line up
parution
6 Décembre 2013

Essayez aussi
Horrendous
Horrendous
Ecdysis

2014 - Dark Descent Records
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Come Death

2007 - Earache Records
  
Gutter Instinct
Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus

2018 - Pulverised Records
  
Profanatica
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)

2018 - Hells Headbangers Records
  
Anata
Anata
Dreams of Death and Dismay

2001 - Season Of Mist
  

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique