chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Oruga - Oruga

Chronique

Oruga Oruga (EP)
"Noir, c'est noir". Telle pourrait être la devise des nordistes d'Oruga, façonneurs de chapes de plomb depuis 2010. Pas peu fiers de leur récente signature chez Apathia records, leur cadeau d'arrivée chez ce label fût la réédition de leur premier EP éponyme sorti en 2011. Chance nous est donc donnée de (re-)découvrir enfin ce combo des horizons charbonneux de Cambrai à travers 5 titres et 1 bonus.Et de toute évidence, les cinq mineurs qui ne se font connaître que par leurs initiales cherchent ici à préparer le terrain à un album tout proche en nous écrasant sous un mélange sludge/stoner plus oppressant que la mort elle même.

Le packaging nous alerte: ce disque sera sombre ou ne sera pas. Trois phrases sont inscrites à l'intérieur de la backcover: "Mon âme noircit"; "Rejeté par le soleil et sa lumière" et "abrité dans un cri silencieux", comme pour prévnir l'auditeur des risques encourus.
Les Cambrésiens ont visiblement poussé tous les potards de leurs amplis sur 11 pour s'offrir le son de gratte le plus saturé et lourd qui soit, un véritable bloc de granit froid et rapeux qui réduit tout en poussière fine sur son passage, à commencer par vos tympans. Une muraille sludge grondante et lourde, baignée des vapeurs poisseuses du stoner, sur laquelle s'étirent à l'envi des riffs simples mais génialement accrocheurs tout au long des 6 titres du disque. Si on fait le point, ils sont finalement assez peu nombreux par piste mais prennent bien le temps de se lover dans votre cerveau pour vous concasser les os encore et encore, jusqu'à obtenir un joli petit tas de poussière fumante.

Pour accompagner une telle épaisseur de son, Oruga a laissé des consignes strictes au batteur. L'homme a laissé l'approximation et la légéreté au fond d'un placard, puis a mis un soin particulier à bloquer l'aiguille du compteur BPM entre down et mid tempo. Il nous fait profiter d'une frappe dure, précise, qui donne la parfaite cadence pour soutenir le rouleau . Sauf en de rares moment de colère ("My 9/11") où le kit s'emballe, matraquant furieusement les derniers morceaux de votre squelette.

Massif et compact, ce monolithe laisse peu de choses dépasser de sa surface. Surtout pas le chant, au grain éraillé typique du genre, qui se retrouve mixé en arrière, noyé dans les fréquences du spectre et ne semble pas parvenir à se faire sa place parmi les décharges telluriques des six cordes. Néanmoins, ces dernières n'ont pas que la distorsion à faire valoir, elles savent aussi varier leur propos en couinant du larsen incommodant, en pleurant du lead plein d'effet mais surtout en sifflant de splendides soli aux contours southern rock, délicatement aériens, véritables écrins de soie envelloppant des enclumes (''Like A Stone In The Water", ''Northern Promises"). Plus on avance dans les écoutes et plus on s'aperçoit que la mélodie s'insinue peu à peu au fil du disque, comme une lueur lointaine dans les ténebres.

Les américains ont des marécages putrides, nous avons des bassins miniers. Oruga en a extrait les plus lourds minéraux pour façonner 39 minutes d'un sludge/stoner éprouvant loin d'être révolutionnaire comme ils le proclament, mais diablement efficace. Et le meilleur gage de qualité, c'est qu'après avoir bouclé ma chronique, je reviens sur ce disque bien souvent par simple plaisir, quand tant d'autres CD finissent méthodiquement alignés dans un tiroir à tout jamais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Oruga
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (11)  3.83/5

plus d'infos sur
Oruga
Oruga
Sludge/stoner - 2010 † 2016 - France
  

tracklist
01.   Northern Promises
02.   Kissing the Void
03.   My 9/11
04.   Like a Stone in the Water
05.   Crimson Dawn
06.   Blitzkrieg baby (bonus)

Durée : 39'06"

Essayez aussi
Witchden
Witchden
Consulting The Bones

2012 - Zero Budget Records
  
16
16
Dream Squasher

2020 - Relapse Records
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Fange
Fange
Poisse (EP)

2014 - Lost Pilgrims / Basement Apes Industries / Zugzwang / Ulterior Records / Cold Dark Matter
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique