chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Possession - Anneliese

Chronique

Possession Anneliese (EP)
Quelques semaines seulement après la sortie de sa première démo, les Belges de Possession reviennent marquer les esprits avec la sortie d'un EP deux titres intitulé Anneliese. Disponible en vinyle via les labels Iron Bonehead et Invictus Productions, cette nouvelle offrande dont l'artwork a été confié à Chris Moyen propose de découvrir deux nouvelles compositions, "Anneliese" et "Apparition".

Toujours très attaché au thème qui lui a donné son nom, Possession entreprend ici d'en dévoiler davantage au sujet de ces cris quelque peu perturbants entendus sur l'excellent "Intro - Possession". Ces cris sauvages et inquiétants à vous glacer le sang proviennent d’une certaine Anneliese Michel. Née en Allemagne en 1952 et morte en 1976 à l’âge de vingt-quatre ans, cette jeune femme est connue pour avoir passé les huit dernières années de sa vie à subir des centaines d’exorcismes avant de mourir après avoir cessé de s’alimenter. On peut d’ailleurs trouver sur YouTube plusieurs enregistrements de ces multiples exorcismes.

Face A - "Anneliese": Avec un tout petit peu plus de six minutes au compteur, "Anneliese" est le premier morceau véritablement mid-tempo proposé par Possession. On retrouve néanmoins ce qui caractérisait déjà le groupe sur sa première démo: un riffing simple et épuré (deux notes suffisent à l’introduction alors que le riff principal en compte tout juste quelques unes de plus), une atmosphère incroyablement malsaine, un chant possédé (on apprécie d’ailleurs les réponses qui sont faites entre Mestema au premier plan et V. Viriakh qui semble à chaque fois chuter dans des abîmes sans fond), une basse saturée et bien présente et un esprit old school particulièrement sauvage et bestial. Si le titre se déroule essentiellement autour du même riff, on appréciera tout de même les deux transitions qui sont faites à 3:03 et surtout à 4:45 apportant ainsi un certain groove sur fond de samples d’Anneliese Michel totalement possédée.

Face B - "Apparition": Avec ce deuxième titre, Possession revient à quelque chose de plus frontal d’un point de vue rythmique avec un riff principal toujours aussi simple mais nettement plus rapide et une batterie en mode (semi) blast qui attaque la tête bien comme il faut. On remarquera toutefois une longue introduction de plus d’une minute bâtie sur une séquence mid-tempo pleine de groove ainsi qu’un break particulièrement intéressant à 2:31 qui vient rompre avec le côté aliénant de la partie plus rapide évoquée quelques lignes au dessus. L’ambiance est toujours aussi saisissante, notamment grâce au chant bardé de réverb’ de Mestema et à cet échange vocal qui est fait avec V. Viriakh. Echanges quelque peu schizophréniques qui renvoient justement à cette idée de possession.

Avec ces deux titres, les Belges de Possession continuent leur petit bout de chemin sans dévier de trajectoire. Un Black/Death bien old school et primitif à l’atmosphère faisandée, une musique simple et radicale ponctuée par quelques séquences rythmiques qui viennent aérer ces deux compositions résolument evil et possédées. Bref, un EP efficace servi avec passion et conviction qui devrait ravir les amateurs de douceurs old school en attendant la sortie d’une nouvelle offrande prévue pour 2015.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Possession
Black / Death Metal
2014 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (2)  4/5
Webzines : (6)  3.94/5

plus d'infos sur
Possession
Possession
Black / Death Metal - 2012 - Belgique
  

écoutez
tracklist
01.   Anneliese
02.   Apparition

Durée : 10:52

line up
parution
12 Avril 2014

voir aussi
Possession
Possession
Exorkizein

2017 - Invictus Productions
  
Possession
Possession
1585-1646 (EP)

2015 - Invictus Productions
  
Possession
Possession
His Best Deceit (Démo)

2013 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  
Lord Belial
Lord Belial
Kiss The Goat

1995 - No Fashion Records
  
Ur Draugr
Ur Draugr
The Wretched Ascetic (EP)

2015 - Autoproduction
  
Death Karma
Death Karma
The History Of Death & Burial Rituals Part I

2015 - Iron Bonehead Productions
  
Necrophobic
Necrophobic
The Third Antichrist

1999 - Hammerheart Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique