chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sleep - Sleep's Holy Mountain

Chronique

Sleep Sleep's Holy Mountain
Sleep aurait voulu être les dignes successeurs de Black Sabbath. « Volume One », « Volume Two »… Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Je vous laisse deviner qui se cache derrière ces titres et vous pourrez gagner un petit camembert de couleur. En 1993, « Stoner caravan from deep space arrives » : le trio s’affranchit de son modèle et nous donne une furieuse envie de danser, de chanter, de fumer. Une épaisse fumée se solidifie et « Sleep's Holy Mountain » naît. Les druides du Stoner délivrent un son beaucoup plus gras que leurs prédécesseurs, à la Sleep : ou devrais-je dire, à la « grass ». Hum...

Bref, comme Kyuss, Sleep a le sens du tube. Les riffs restent en tête pendant des heures, et même après, on continue de les chantonner à haute voix sans jamais s'en lasser. « Dragonaut » et « Aquarian » sont sûrement les deux titres les plus cultes de Sleep. Fortement teintés d'héroic-fantasy, les paroles peuvent rappeler les soirées de jeux de rôle papier Donjons et Dragons « Ride the dragon toward the crimsonnnnn eyeeeee »)et le morceau se répète et les paroles aussi (« Oups, j'ai raté mon jet ! Je dois recommencer. » et tout ça très lentement...Ils ébranlent l'imagination : l'auditeur a envie de s'enfoncer dans un sommeil profond à rêver de dragons, de voyages dans les cieux, et de plongeons dans l'océan. Et même sans parler de paroles, un titre comme « Nain's baptism » est plutôt évocateur. Le trio totalement défoncé s'aventure dans un morceau instrumental complètement Doom, à la rythmique lente et aux riffs engourdis qui tournent en boucle. Les druides du Stoner captivent et finissent par enchanter votre cerveau en entier si bien que vous répétez en boucle « Trapped inside a world under leagues of ocean /The clergy arrives with the magic potion. » sans raisons particulières, même à votre oral de fin de semestre.

De plus l'album semble truffé de références cryptiques. Au premier abord, «Evil Gypsy / Solomon's theme » est digne d'un scénario de jeu de rôle, et le « Oh Right » donne un côté encore plus comique au morceau. Puis, les solos déferlent, la batterie s’accélère, nous arrivons dans quelque chose de totalement psychédélique. Marchant sur l'eau et les yeux en direction du ciel, les constellations semblent s'adresser à vous dans un langage indescriptible. Petit à petit, un insecte grimpe une épaule dénudée, le frisson est infime mais assez dérangeant pour perdre l'équilibre. Vous découvrez l’Atlantide ! L’excitation conduit à l'allégresse qui guide à l'apaisement le plus total. Une guitare claire improvisée résonne dans l'oreille du voyageur, il reconnaît « Some Grass » , elle verdit la mousse au fond de l'océan encore un peu plus.

Estampillées d'hallucinations, plus l'exploration avance, plus l'auditeur est embarqué dans une sorte de spirale étrange. Au début Sleep est plutôt ludique pour devenir ensuite une sorte de trip collectif.
Tout fini par vibrer, le morceau éponyme retenti au fond de l'océan jusqu'à faire faire vibrer tous corps solides. Enfin, la tête sortie de l'eau, des collines sortent du sol au loin, au tour de cette vaste étendue d'eau. Des montagnes se dressent et dessinent les nuages. L'auditeur-voyageur se sent bien et la sainte colombe s'envole au dessus de lui. Son corps s'élève au dessus de l'océan, l'air est frais et doux. La boucle est bouclée et l'auditeur se retrouve fixé à jamais dans le soleil.

« Sleep's Holy Mountain » est un album de chevet à ressortir sans hésitations. Il peut vous accompagner aussi bien à votre envie soudaine de vous trémousser en chantant, à vos soirées jeux de rôle entre amis, à la consommation de drogues ou à une folle nuit de plaisir avec votre amant(e). Bref, écoutez Sleep, et vous irez jusqu'au soleil avec eux.

« Our ship explodes / Our work is done / We've left our lives /Inside the sun ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Matpewka citer
Matpewka
25/03/2014 02:59
note: 10/10
Au départ j'avais mis 9/10 à Sleep's Holy Mountain. Puis je me suis ravisée, parce que je considère quand même qu'il est vraiment bien (un bémol sur le son par contre, ça aurait mérité plus de basses). Pour ma part, il est au même niveau que "Dopesmoker", musicalement parlant. C'est juste pas la même démarche, entre plusieurs morceaux et une/deux pistes...
Jotun35 citer
Jotun35
25/03/2014 01:11
Holy Mountain vaut un bon 8,5/10 puisque ce n'est qu'un avant goût de ce qui allait venir quelques années plus tard... Dopesmoker/Jerusalem (qui lui vaut un 10/10)!
Matpewka citer
Matpewka
23/03/2014 14:33
note: 10/10
Merci. Je suis contente d'être parmi vous Sourire

A chaque fois que je l'écoute j'ai des frissons aussi, surtout que je m'en lasse pas quoi depuis le temps... :o

AxGxB citer
AxGxB
23/03/2014 09:13
note: 9/10
Chouette de voir cet album incroyable enfin chroniqué ici. Une nouvelle fois, bienvenue ici Sourire
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
23/03/2014 04:07
note: 5/10
"Leaving behind the human raaaace"

J'ai des frissons partout

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sleep
Stoner Rock / Doom
1992 - Earache Records
2009 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (11)  8.23/10
Webzines : (4)  8.75/10

plus d'infos sur
Sleep
Sleep
Stoner Rock / Doom - 1990 - Etats-Unis
  

vidéos
Dragonaut
Dragonaut
Sleep

Extrait de "Sleep's Holy Mountain"
  

tracklist
01.   Dragonaut  (05:43)
02.   The Druid  (04:51)
03.   Evil Gypsy/Solomon's Theme  (07:06)
04.   Some Grass  (00:48)
05.   Aquarian  (05:38)
06.   Holy Mountain  (08:44)
07.   Inside The Sun  (05:44)
08.   From Beyond  (10:34)
09.   Nain's Baptism  (03:04)

Durée : 52:12

line up
parution
1 Novembre 1992

voir aussi
Sleep
Sleep
The Sciences

2018 - Third Man Records
  

Essayez aussi
Goatess
Goatess
Purgatory Under New Management

2016 - Svart Records
  
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  

Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique