chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bent Life - Bent Life

Chronique

Bent Life Bent Life (EP)
Pour les habitants d’un État plutôt paumé d’un pays aussi large que le short d’un amateur de NYHC, le contact avec les grandes villes actives peut être difficile. Il faut ainsi tuer le temps et trouver un hobby qui permette de se soustraire à un quotidien des plus mornes. Heureusement pour nous, les cinq membres formant Bent Life ont eu la bonne idée de monter leur affaire musicale en 2010. Le Nebraska et la région du Midwest n’étant pas connus pour être des viviers abondants de groupes jouant du hardcore, on peut remercier Expire – dont la réputation n’est plus à faire – de les avoir emmenés en tournée pour faire croquer les petits frères, étant eux-mêmes originaires du Wisconsin, autre État du Midwest, et connaissant donc les galères associées à cette partie des USA.

Laissons la petite leçon de géographie de côté et intéressons-nous plutôt à ce que Bent Life veut nous raconter musicalement. Car ce n’est pas tout de jouer du hardcore, encore faut-il bien le faire. Sur ce point, on peut dire que le crew du Nebraska s’en sort de façon tout à fait honnête, sans cependant révolutionner le genre – phénomène se produisant de plus en plus rarement me direz-vous. Le succès fulgurant de leurs contemporains Expire ou Soul Search a certainement donné des idées à Bent Life, ces derniers jouant à mon sens un mélange efficace de ce qui fait la force des deux noms précités, qui sont très en vogue actuellement.

Aux Californiens, ils ont emprunté le groove XXL faisant hocher la tête comme à bord d’un Low Rider en plein Compton (les entames de « Unlearn » et « The Hard Way » étant montées sur ressors), ainsi que le son de guitare étouffant et saturé à l’excès de Bury The Blame. J’avoue ne pas totalement partager l’enthousiasme général autour de Soul Search, mais Bent Life me console en apportant une touche supplémentaire bien présente chez Expire, en l’instance d’un riffing particulièrement véloce et vindicatif (« The Hard Way » fait définitivement le café sur tous les points). Malgré l’impression de lourdeur que trimballe cet EP éponyme, le tempo moyen des titres est assez prenant pour retenir l’attention, et rend par la même occasion les décélérations d’autant plus marquantes (attention, mosh part sur « Love To Lose »). Même si Bent Life n’atteint pas le parfait équilibre entre agression, nervosité et groove assassin d’un Pendulum Swings, les riffs s'installent rapidement en tête, tout comme l’envie de violer le bouton replay (c’est que le bazar s’emballe follement à la fin de « Unlearn »). Seul point noir au tableau, un certain manque de variation entre et à l’intérieur des pistes, dont on s’aperçoit facilement sur « Tied To The Earth » qui fonctionne globalement sur un seul riff, mais pas moyen d’empêcher les genoux de jouer aux essuie-glace.

Tout simplement, à l’image de son imposant chanteur frôlant l’inflammation des cordes vocales avec ses beuglements, les cinq titres de Bent Life sont une dédicace à ton copain qui abuse souvent du Macdo et traîne une bonne quinzaine de kilos en trop, celui qui a tendance à écarter les coudes et prendre toute la place à table. Mais bon, il n’est pas foncièrement méchant, au contraire c’est souvent lui qui met l’ambiance et fait rire les potes avec ses grands gestes démonstratifs et son visage joufflu. Il y a de quoi se moquer, entre sa démarche pataude et ses tentatives de two-step provoquant l’hilarité. Sauf que, depuis qu’il s’est rué sur un petit caïd un peu trop sûr de lui qui l’avait traité de "gros" – le syndrome du Menhir – et lui a infligé un body slam digne de l’Undertaker avec une agilité dont tu ne le pensais pas capable, tu y réfléchis à deux fois avant de sortir une blague sur la surcharge pondérale.

Pour une première sortie, Bent Life est plus que convaincant, malgré qu'il ne soit rien de plus qu’un EP proposant un hardcore classique et pourtant diablement efficace – toujours un problème récurrent, si l’on considère ça comme un problème, dans un style peu enclin au renouvellement. Je concède volontiers que les cinq morceaux sont assez – sûrement trop pour certaines personnes – similaires les uns par rapport aux autres, cela dit chacun d’eux possède sa/ses petite(s) partie(s) facilement identifiable(s) pour se défouler. Que voulez-vous, je suis faible, alors entre la quantité de two-steps et tous les "ough!" balancés par le chanteur, ce disque tombe parfaitement dans ma case "petit quart d’heure à la cool, on laisse le cerveau de côté". Dans ma campagne on m’a appris à savourer les choses simples : le pain, le saucisson, le fromage, le verre de rouge pour faire passer tout ça, et maintenant Bent Life.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bent Life
Hardcore
2012 - 6131 Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  3.75/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bent Life
Bent Life
Hardcore - 2010 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Unlearn
02.   Tied To The Earth
03.   Love To Lose
04.   Dog Days
05.   The Hard Way

Durée : 13 minutes 13 secondes

line up
parution
12 Juin 2012

Essayez aussi
Hatebreed
Hatebreed
Satisfaction Is The Death Of Desire

1997 - Victory Records
  
Backtrack
Backtrack
Lost In Life

2014 - Bridge Nine Records
  
Expire
Expire
Pretty Low

2014 - Bridge Nine Records
  
Integrity
Integrity
Humanity Is The Devil (EP)

1996 - Victory Records
  
Black Bomb A
Black Bomb A
Human Bomb

2001 - Sriracha Sauce
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique