chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
157 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kriegsmaschine - Enemy of Man

Chronique

Kriegsmaschine Enemy of Man
Le Black Metal n'est pas vraiment un genre connu pour son inventivité et son souci de systématiquement se renouveler. Ainsi, les disques qui s'en revendiquent ne cherchent-ils pas particulièrement à incorporer à leurs compositions toujours plus de tournures inattendues, palliant ce manque (parfois assez dommageable au vu des sorties de ces dernières années) en misant tout sur l'efficacité et les ambiances. Ainsi, "Enemy of Man" ne déroge pas à ce schéma-type, en ne réinventant pas la poudre, mais en se contentant de la faire parler, mixant à l'art noir que nous apprécions à sa juste valeur des ambiances d'une noirceur absolue. Hydre tricéphale s'articulant autour de M. (Mgla), Destroyer (Hate) et Darkside (MasseMord, Mgla), Kriegsmaschine officie depuis 2002, déployant un Black Metal aussi lourd que sombre, servi par le talent indéniable de ses musiciens (reportez-vous à leurs autres groupes et projets pour avoir une idée plus claire de ce qui vous attend).

"Altered States of Divinity", album assez personnel tout en ambiances sorti il y a maintenant neuf ans, plaçait la barre très haut avec des riffs efficaces et des compositions vicieuses. Les deux splits qui suivirent, tour à tour avec Szron et Infernal War, restaient d'excellente facture, mais malheureusement pas aussi consistants que nous pouvions l'espérer. Kriegsmaschine remet le couvert chez No Solace, selon toute vraisemblance l'écurie de M. (son nom est emprunté à la maxime qui guidait l'album "With Hearts Toward None" de Mgla), déployant en six titres longs et tortueux et quarante-six minutes une puissance de feu et une atmosphère que beaucoup de formations devraient prendre en exemple.

Jouissant d'un son exemplaire, laissant percevoir chaque note, chaque coup sur les toms et le vrombissement de la basse, "Enemy of Man" déploie une atmosphère de blasphème, une cérémonie impie au cours des six longs hymnes qui le composent. Si vous cherchez le blast-beat gratuit et le blasphème percutant, vous pouvez d'ores et déjà aller voir ailleurs. Kriegsmaschine se fait beaucoup plus sournois, vicieux, au travers d'arpèges rappelant fortement Deathspell Omega qui s'insinuent dans vos tympans. "Enemy of Man" n'est pas restitué, mais vomi par vos enceintes, une masse d'un noir de jais aux relents d'encens pour un résultat final empruntant aussi bien à la scène dite "classique" qu'à la scène orthodoxe à capuche. L'auditeur aura tout le loisir de se laisser guider dans ce rituel effréné par la batterie, véritable colonne vertébrale de cet opus, servi par le jeu proprement époustouflant de Darkside : on connaissait sa vélocité chez MasseMord, il dévoile sur "Enemy of Man" un tout autre talent, celui de la subtilité, tout en roulements, cassures de rythmes, et passages complètement tentaculaires aux cymbales (le morceau éponyme en étant un exemple flagrant). N'hésitant pas à partir dans des contrées beaucoup plus tribales, c'est son empreinte qui demeure le fil conducteur de ce disque : "Asceticism and Passion", accouplement de choeurs déments et d'un roulement aux toms étiré sur une grande partie du titre, est une messe noire à part entière. L'autre force de Kriegsmaschine est sa voix, le timbre rocailleux et possédé de M., que l'on sait efficace par le biais de son travail chez Mgla, assurément l'une des meilleures formations Black polonaises ces dernières années. Habité par le Malin, il déclame des textes fort bien écrits, similaires à Mgla sur bien des points, tant sur le ton emprunt que sur le côté grandiloquent de l'ensemble.

"Enemy of Man" est aussi dépouillé qu'homogène. Il délaisse les explosions furieuses classiques, les murs compacts des productions modernes pour mieux laisser ses leads dissonants s'exprimer, transformant ce qui aurait pu être un album de Black Metal classique en véritable perle incantatoire et ritualiste. Il alterne morceaux directs ("Farewell to Grace" et "To Ashen Havens") et compositions plus sinueuses et ambiancées (le paroxysme de l'orthodoxie étant atteint, à mon sens, sur "Lies of the Fathers"). Mais surtout, ce qui reste le plus appréciable chez Kriegsmaschine, et plus particulièrement sur cette dernière offrande, c'est l'absence de clichés lourdingues malheureusement inhérents au style. La seule incursion dans le domaine restant l'ouverture de "None Shall See Redemption", petit chant grégorien qui, plutôt que de verser dans le kitsch superflu, permet une véritable entrée en matière, posant les bases de l'univers esquissé par le groupe :

"Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné ?...
Le salut est loin de moi, loin des mots que je rugis."
(Psaume 21, dit du serviteur souffrant)

"Enemy of Man" ne possède aucun temps mort, tout comme la lumière en est absente. Il est non pas la psalmodie d'un agneau du Seigneur mais le culte des impies. Sans fioritures, Kriegsmaschine parvient à donner un digne successeur à "Altered States of Divinity", hissant la barre précédemment évoquée encore plus haut. Les quelques longueurs inhérentes au genre et les parties parfois un peu trop similaires à Mgla se font rapidement oublier tant l'impact sur l'auditeur est grand, marqué durablement du sceau de la Bête. "Enemy of Man" nécessite, comme tout bon opus du genre, plusieurs écoutes pour être assimilé, et se classe sans mal comme l'une des meilleures sorties du genre de ce début d'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

17 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
18/06/2014 17:36
note: 4/10
Oh bah tu peux bien être n'importe qui que ça m'est égal. Sourire
BBB citer
BBB
18/06/2014 13:56
note: 9/10
FleshOvSatan a écrit : On croirait entendre une resucée de tout ce qui est sorti et a fait du bruit dans les deux dernières années...
Tu sous entends que je suis un ado prépubère et boutonneux qui après avoir découvert Slipknot veut s'offrir une crédibilité vite fait en passant au dernier truc black hype, c'est ça?
Sourire
Streker citer
Streker
17/06/2014 11:47
note: 5/10
FleshOvSatan a écrit : Incroyablement lamba. On croirait entendre une resucée de tout ce qui est sorti et a fait du bruit dans les deux dernières années...

Exactement...la première fois ça reste agréable puisque ça change un peu...mais impossible pour moi de dissocier les morceaux...toujours pareil.

Ca me fait penser au dernier Cainan Dawn. C'est bien quand t'écoutes une piste ou deux. Mais se frapper l'album entier c'est autre chose.

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
16/06/2014 20:48
note: 4/10
Incroyablement lamba. On croirait entendre une resucée de tout ce qui est sorti et a fait du bruit dans les deux dernières années...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/06/2014 19:07
note: 6.5/10
Pas accroché non plus malgré plusieurs écoutes. Mais c'est le style de black qui plaît à ceux qui s'intéressent aussi à d'autres styles. Même si c'est différent dans les textures les amoureux de Christicide doivent s'y retrouver.
BBB citer
BBB
16/06/2014 16:08
note: 9/10
Toujours aussi intense après la X-ième écoute. J'ai peut-être trouvé là mon album de l'année.
Streker citer
Streker
15/05/2014 12:06
note: 5/10
J'ai beaucoup aimé cet album au début les 5/6 premières écoutes mais avec le temps j'y reviens peu ou alors seulement pour un ou deux morceau(x).
Les titres sont trop long à mon goût, et le fait que ce soit toujours "puissant" lourd mid-tempo ça reste trop homogène à mon goût.
Matpewka citer
Matpewka
24/04/2014 15:42
En fait j'avais écouté un morceau quand l'album est sorti, ça m'avait pas spécialement donné envie d'y retourner...
Mais je me suis dis "ouais bon pourquoi pas".
Je m'attendais à un nouveau Altered States of Divinity, mais en fait pas du tout ! Han ! C'est de la copie de tellement de groupes...Comme tu le dis, "Le Black Metal n'est pas vraiment un genre connu pour son inventivité et son souci de systématiquement se renouveler. Ainsi, les disques qui s'en revendiquent ne cherchent-ils pas particulièrement à incorporer à leurs compositions". Je résumerai cet album avec ces lignes.
Je veux bien qu'on ne soit pas original, mais il manque clairement quelque chose de personnel. Chose que je ne trouve pas dans Enemy of Man.
Sagamore citer
Sagamore
24/04/2014 14:31
note: 8/10
Boris a écrit : On n'atteint pas 1/10 ème de ce que procurer un "With Hearts Toward None".

C'est normal, c'est pas du tout le même délire.
Invité citer
Boris
24/04/2014 14:17
Un album de merde. Où est passé le grand Kriegsmaschine des démos/ep?... Long et chiant, voilà ce qui qualifie le mieux ce disque. Et les points communs avec MGLA, hormis la présence de M. et Darkside...On n'atteint pas 1/10 ème de ce que procurer un "With Hearts Toward None". Il n'y a décidément plus rien à attendre de ce groupe.
BBB citer
BBB
01/04/2014 08:43
note: 9/10
Moins Deatspell Omega qu'Aosoth en fait.
Et cette voix!.. Et cette batterie!.. Et cette ambiance!..
Une des grandes découvertes de cette année et un grand disque tout simplement.
KPM citer
KPM
01/04/2014 04:09
note: 8.5/10
Jamie St Merat d'Ulcerate qui nous fait le coup des tambours du dernier Aosoth. Ça sonne du feu de Dieu ce truc, batterie folle.

AN EPIPHANEEEUURRGH
Invité citer
Aguirre
31/03/2014 18:47
J'aime! Rien qu'on n'ait entendu ailleurs, mais ça a de la gueule.
Krokodil citer
Krokodil
31/03/2014 17:19
note: 8.5/10
Assez monstrueux, oui ; et infiniment plus plombé/plombant qu'Altered States Of Divinity pour le coup. Hardcore orthodoxe ?
Invité citer
gloom
31/03/2014 14:48
cette voix de M. puta madre !
dans mon top 5 pour 2014, joyau noir !
AxGxB citer
AxGxB
31/03/2014 14:06
note: 8.5/10
Une excellente découverte pour ma part. Effectivement, ça ne bourre pas inutilement mais préfère jouer sur les atmosphères noires et sournoises sans pour autant tourner en rond ou ennuyer. Tout est savamment dosé dans une atmosphère religieuse et à la fois terrifiante.
gulo gulo citer
gulo gulo
31/03/2014 13:59
note: 9/10
Tartelette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kriegsmaschine
Black Metal
2014 - No Solace
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  7.81/10
Webzines : (6)  8/10

plus d'infos sur
Kriegsmaschine
Kriegsmaschine
Black Metal - 2002 - Pologne
  

vidéos
To Ashen Havens
To Ashen Havens
Kriegsmaschine

Extrait de "Enemy of Man"
  
None Shall See Redemption
None Shall See Redemption
Kriegsmaschine

Extrait de "Enemy of Man"
  

tracklist
01.   None Shall See Redemption  (08:34)
02.   Lies of the Fathers  (06:31)
03.   Farewell to Grace  (07:43)
04.   Asceticism and Passion  (08:45)
05.   To Ashen Havens  (07:24)
06.   Enemy of Man  (07:35)

Durée : 46 : 32

line up
parution
31 Mars 2014

voir aussi
Kriegsmaschine
Kriegsmaschine
Apocalypticists

2018 - No Solace
  

Essayez aussi
Mavorim
Mavorim
Aasfresser (EP)

2019 - Purity Through Fire
  
Lvpvs Infestvs
Lvpvs Infestvs
Post Fata Resvrgo

2009 - Black Shirts Records
  
Barathrum
Barathrum
Anno Aspera
(2003 Years After Bastard's Rebirth)

2005 - Spinefarm Records
  
Antichrist
Antichrist
Sacrament Of Blood

2011 - Nuclear War Now! Productions
  
Archgoat
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's Last Rites) (EP)

2011 - Debemur Morti Productions
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique