chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Portal - Swarth

Chronique

Portal Swarth
Portal ? Le jeu vidéo ou le groupe ? En fait, il s'agirait d'allier les deux en écoutant « Swarth ». Il faut créer des portails pour sortir de cet album qui piège l'auditeur de toute part. Situation : Une pièce dévorée par la pénombre est en train de se remplir d'eau. Elle devient rouge, puis verte. Quelque chose grouille dans les profondeurs et fait ressortir des bulles gigantesques à la surface de l'eau. Puis, un grondement immonde rugit dans cette pièce de plus en plus étroite. Vous n'avez qu'une arme et elle sert à faire des portails et rien d'autre.

Les australiens font naître Cthulhu une nouvelle fois dans une atmosphère monolithique et écrasante. Dans les abysses, le quatuor fait parler le monstre marin dans une langue incompréhensible. The Curator, l'intermédiaire, converse avec une voix si grave qu'elle paraît presque monstrueuse. Les profondeurs assiègent l'auditeur, il se désintègre sous le poids de l'eau. Ses poumons se remplissent, il ne respire plus et il rencontre la bête légendaire. L'humanité n'existe plus. A l'entrée dans ce monde parallèle l'auditeur se sent mal à l'aise, il est submergé par l'angoisse. Les guitares ne font qu'accentuer sa syncope. Elle semblent presque désaccordées et s'arrêtent brusquement, notamment sur « The Swayy » en donnant des coups aigus si bien que l'auditeur est poussé encore plus dans les tréfonds.

Je ne vous cache pas que Portal n'est pas un groupe de Death Metal comme les autres. Je trouve que cet album est loin d'être accessible. On ne peut se rattacher à rien, on tombe juste avec eux dans un chaos insurmontable. Ils nous ont projeté là et c'est à nous de remonter à la surface. Mais comment pourrait-on faire ? La confusion musicale métaphorise vos pensées, elles sont désordonnées elles aussi. Les rythmiques sont tout à fait particulières : un courant violent accoure et s'arrête pour laisser place à une rythmique plus calme et de ce fait, plus pesante. Le dernier morceau « Marithyme » oppressent en enlaçant des guitares malsaines et monolithiques où la batterie alterne différents tempi et sans oublier cette basse...Portal adopte un son de basse puissant, elle frémit dans vos oreilles comme quand vous écoutez un album de Stoner. Cependant, elle s’émissent comme des bourdonnements incessants si bien que votre verre d'eau posé sur votre table frisonne. Mais vous ne rêvez pas.

Le noir total. Le vide. Horreur sous vos yeux quand vous apercevez les tentacules immenses de ce monstre marin. On ne peut qu'à peine l'entrevoir puisque l'obscurité environnante englouti l'espace.
Il essaye de vous séduire en modérant la célérité des guitares sur « Lavae ». Il parle lentement tout en vociférant des choses que vous ne comprenez pas. Vous vous approchez de plus en plus de cette créature parce que vous sentez quelque chose qui vous plaît. Et tout s'accélère à nouveau puis elle vous prend avec ses tentacules. Vous voyez sa bouche ! Il est impossible de crier sous l'eau, mais lui, il peut. Et des hurlements redoutables y sortent sans peine d'une cruauté inégalable. Vous vous débattez mais ça ne sert à rien, vous y entrez dans une ambiance presque rituelle. Il faut vous souvenir de votre arme à portail, il serait judicieux de l'utiliser maintenant !

Paradoxalement, on peut trouver que « Swarth » est brutal et fulgurant mais personnellement je trouve que leurs compositions sont inertes et figées. Certes, toutes les rythmiques et les riffs alternent les tempi mais tout le déroulement de l'album est l'anéantissement le plus total. Et comment être brutal dans le chaos ? Portal réussi à faire une musique dans le vide, dans le noir, dans les profondeurs. Ce n'est pas de l'ennui, c'est une fascination qui se propage dans votre tête, une expérimentation. Tout est une sorte de films aux images ternes et saccadées. Écouter « Swarth » est un peu comme faire un cauchemar où vous courrez et vous ne pouvez pas vous échapper : vous faites du sur-place.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
19/10/2020 16:32
note: 8.5/10
Tout de meme fascinante cette musique!
Matpewka citer
Matpewka
04/04/2014 14:22
note: 8.5/10
Ah bah c'est marrant, Bestia Arcana sera ma prochaine chronique Sourire
tasserholf citer
tasserholf
04/04/2014 13:53
Oui c'est plus accrocheur qu'un Bestia Arcana (dans un autre style certes, je manque de références en death pour trouver des équivalents "bordéliques").
But citer
But
04/04/2014 13:08
Pour quelqu'un qui n'est pas habitué à death bordélique mais qui veut tenter, Portal est le groupe idéal et je peux comprendre que pour ces gens (moi), la première écoute soit difficile
mais une fois habitué, c'est vrai qu'il n'est pas si inaccessible que cela, y a beaucoup de moments accrocheurs (et dynamiques)
Matpewka citer
Matpewka
04/04/2014 00:28
note: 8.5/10
A l'échelle de Portal non. Quand on connait, on est habitué, donc on s'en fout.
Mais à l'échelle du Death Metal, oui, je le trouve pas spécialement accessible (et à l'échelle de la musique en général). Portal dans son intégralité finalement.
En fait, en écrivant, je me suis positionnée comme si j'écoutais Portal pour la première fois avec "Swarth". Voilà Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
03/04/2014 22:20
note: 8/10
Ce disque n'a rien d'inaccessible et de non dynamique, à l'échelle de Portal.
tasserholf citer
tasserholf
03/04/2014 18:46
J'ai enfin posé une oreille sur Portal avec cette chro.
WOw en effet elle retransmet bien l'ambiance de l'album.
Pas si inaccessible que ça, m'enfin je comprend que ça peut en gêner certains.

Mais j'adhère, et pourtant moi et le death...
Invité citer
Cherokkee
03/04/2014 15:19
Portal, et ce disque en particulier, ça se passe dans ton subconscient. Faut pas trop essayer de comprendre, faut subir.
Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
01/04/2014 17:40
"Ce n'est pas de l'ennui, c'est une fascination qui se propage dans votre tête, une expérimentation."

Tu as trouvé les mots justes. Ta chronique nous aide à ne pas nous noyer totalement dans cette abomination. Bravo.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Portal
Death Metal Expérimental
2009 - Profound Lore Records
2011 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  7.83/10
Webzines : (11)  8.32/10

plus d'infos sur
Portal
Portal
Death Metal Expérimental - 1994 - Australie
  

écoutez
tracklist
01.   Swarth
02.   Larvae
03.   Illoomorpheme
04.   The Swayy
05.   Writhen
06.   Omenknow
07.   Werships
08.   Marityme

Durée : 40.42 min.

line up
parution
11 Juin 2010

voir aussi
Portal
Portal
ION

2018 - Profound Lore Records
  
Portal
Portal
Vexovoid

2013 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Balance Interruption
Balance Interruption
Door 218

2016 - Satanath Records
  
Fleshwrought
Fleshwrought
Dementia / Dyslexia

2010 - Metal Blade Records
  
Blotted Science
Blotted Science
The Animation Of Entomology (EP)

2011 - Eclectic Electric
  
Virulent Blessing
Virulent Blessing
...As Creativity Turns Into Lunacy

2007 - SFC Records
  
Terminally Your Aborted Ghost
Terminally Your Aborted Ghost
Slowly Peeling The Flesh From The Inside Of A Folded Hand

2005 - Macabre Mementos Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique