chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blut Aus Nord - Debemur MoRTi

Chronique

Blut Aus Nord Debemur MoRTi (EP)
Il y avait un temps où lorsqu'on écoutait la dernière sortie de Blut Aus Nord, on était à peu près sûr de s'en prendre une dans la tête. Et pas une petite. Une claque du genre de celle que prend le mur Maria dans Attack On Titan. La bonne grosse baffe des familles quoi. En ce temps-là, les disques du groupe étaient tellement massifs, riches et denses qu'on avait l'impression de ne jamais pouvoir s'en remettre. Que ce soit The Work Which Transforms God, MoRT ou Memoria Vetusta II on ne pouvait que s'incliner devant une telle puissance. Nous étions David, ils étaient Goliath et c'est pour ça que nous les aimions de tout cœur. On pouvait encore sentir l'excitation de poser l'oreille sur une de leurs productions il y a peu de temps comme sur cet ambitieux projet qu'était la trilogie 777 qui contenait l'excellent The Desanctification. Même si quelques disques étaient en dessous, Blut Aus Nord restait à un niveau que peu de groupes atteignent et quand bien même étions-nous déçus (Odinist, Sect(s)...), nous restions admiratifs et concédions volontiers qu'un disque moyen de la part du groupe restait un très bon album par rapport à la masse. Cependant, dans leur longue marche d'une lourdeur à toute épreuve, il arrive que les colosses trébuchent probablement aveuglés par la conscience de leur force titanesque...

Car si Vindsval a appliqué une politique de l'auteur impeccable jusque-là, cet EP finit par laisser un goût fade en bouche malgré une démarche louable sur le papier. Jugez plutôt : l'un des labels en activité les plus intéressants fête ses dix ans d'existence en scellant une collaboration avec l'un des meilleurs projets français actuels dans le marbre d'une pochette lunaire, à grand renfort d'un texte emphatique et néanmoins sincère (...ainsi que tronqué dans la première édition du disque, une erreur d'impression qui sera apparemment rattrapée par la suite) ! Debemur MoRTi donne pourtant l'impression que la montagne de cotillons a accouché d'une souris glabre, les trois titres – dont une reprise pas si étonnante (mais plutôt bonne) des industrieux de PitchShifter – offrant un succédanée de Blut Aus Nord à l'A.O.C. trop présente pour donner une saveur particulière à l'échantillon-test. Là, la capitalisation sur les remous cauchemardesques de The Work Which Transforms God avec un « Tetraktys » à la limite du cliché malgré une lead finale renouant avec le jeu d'ombre et lumière de The Desanctification. Ici, un « Lighteater » s'essayant à l'entêtant avec ses guitares abrasives caressant un sol extraterrestre des pieds à la tête mais donnant essentiellement l'envie de s'enquiller le deuxième disque de la réédition de The Mystical Beast of Rebellion... « Compilation de rebuts » paraît décidément un terme approprié concernant cet appendice à l’œuvre principale du projet, son côté anecdotique s'exprimant jusqu'à la précision qu'il n'est qu'un détour à ne pas prendre en compte au sein de l'architecture principale, de l’aveu même du tenant de Debemur Morti.

Là où nous étions choqués par cette chaleur d'âme qui faisait respirer avec froideur les compositions, la machine Blut Aus Nord semble aujourd'hui gelée. Si elle fût autrefois glacée comme une usine désaffectée, elle est aujourd'hui surgelée, conditionnée et propre à la consommation comme peut l'être un surgelé Picard. Un Normand congelé donc, et si la sauce a bien été intégrée au plat préparé, a-t-elle pour autant toujours autant de saveur ? Permettez-moi d'en douter... On pourrait presque imaginer ce qui s'est passé dans les coulisses de ce Debemur MoRTi. Sans peine nous voyons le boss du label demander à Vindsval s'il ne pourrait pas faire un petit quelque chose et ce dernier de retourner ses tiroirs pour y trouver de quelconques titres oubliés ou jamais publiés. La démarche peut éventuellement être saluée mais ce qui en résulte est une déception. Semblant conçu à l'arrache mais sans le feeling qui lui permettrait d'être impulsif, l'EP se laisse déguster comme un met de piètre qualité, à peine suffisant pour ouvrir l'appétit. Nous sommes devant la première œuvre du groupe qui ne se réinvente pas et la pilule est plutôt dure à avaler...

Sans donner le sentiment que le prochain ouvrage de Blut Aus Nord risque de s’accueillir l'estomac au bord des lèvres, Debemur MoRTi signe la première véritable déception du projet. Ni bon, ni mauvais, sans caractère particulier, il ne conviendra qu'aux collectionneurs fanatiques avalant la soupe que leur donne Papa sans mot dire. Les nombreux fantasmes que créé la musique de Vindsval laissent penser qu'ils sont nombreux. Aussi, n'y a-t-il plus pour les gens laissés frustrés par cet EP qu'à refermer ce chapitre important pour un label, oubliable pour un groupe et d'attendre une suite d'une autre teneur que celle chroniquée ici. Patience et longueur de temps...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
16/10/2019 18:30
note: 4/5
En fait, ça fait mal au cul à dire, mais c'est l'autre cuistre qui a raison : son seul gros défaut, c'est sa pochette.
gulo gulo citer
gulo gulo
15/10/2019 12:15
note: 4/5
Sans même parler de mon appréciation révisée à la hausse, je ne vois pas trop ce que ces morceaux ont de décousu entre eux, au contraire ; on peut toujours choisir de l'exprimer comme un défaut - simplisme et répétitivité - mais ces morceaux ont une cohérence, d'autant plus nette qu'elle est éclairée ou explicitée par la reprise (exercice qui a souvent une valeur revendicative et lourdement significative).
Dise Nore citer
Dise Nore
07/03/2016 06:04
note: 4/5
Si ça c'est pas une belle lettre d'amour! Tu ne ménages pas tes effets, et oui cesser de critiquer un artiste c'est le condamner à la médiocrité.

Après c'est un EP anniversaire, ils en font pas cadeau c'est vrai, mais tout à un prix, et personne ne force personne.

J'ai beaucoup aimé cet EP, même ultra de traviole, sans cohérence, à l’arrache comme semble l'indiquer l'enfantement précipité qui fila entre les doigts, je l'écoute en boucle très volontiers, surtout que c'est la face de BAN que je préfère. Je ne sais pas si ils ont fait un effort particulier pour la cover dont la nature m'échappe... je vais pas dire que c'est moche, c'est juste pas interessant. Quand on a pu pondre des covers sublimissimes comme celle de MoRT...

Mais oui, que vient foutre cette parenthèse au milieu d'un œuvre aussi précise que BAN, on peut se le demander... Surtout pour un tel évènement...
gulo gulo citer
gulo gulo
15/04/2014 07:01
note: 4/5
N'empêche, tout le monde oublie de remarquer qu'après les true blackeux, les true doomeux, les trues deatheux (voir les réactions à l'ouverture de Svn Eater), on aura eu aussi les true posteux, tout aussi inflexibles et prêts à se battre jusqu'au dernier sang pour défendre un freesbee événementiel garni de chutes de studio façon samples de toute la carrière...
Magique.
Invité citer
Eric Isères
14/04/2014 23:17
C'est pour cette raison que la chronique ici présente semble hors de propos et ornée d'un désabus acharné et gratuit. (belle censure)
von_yaourt citer
von_yaourt
14/04/2014 23:16
Cette chronique oublie totalement d'évoquer l'acide acétique propre au groupe. alors que merde, quand même, c'est la première chose à laquelle un chroniqueur compétent devrait penser.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
14/04/2014 18:56
L'ascétisme esthétique traditionnel de la formation.

Euh, je ne vois pas dans quelle mesure Blut Aus Nord est un groupe qui se complaît dans un aspect ascétique et encore dans une quelconque forme de régression volontaire ou d'abnégation. On peut éventuellement appliquer ceci a Desanctification ou Cosmosophy qui revenaient sur des bases plus formelles. Cependant, je pense que cet aspect ne doit pas être confondu avec la qualité musicale. Revenir à quelque chose de plus brut n'est pas forcément un gage de qualité selon moi.

Ce parti pris formel n'est la que parce que ce disque est une compilation de titres et non un véritable album, conceptuellement, spirituellement et véritablement fouillé. On est en quelque sorte dans une démarche purement "festive" destinée à faire un cadeau à son label. De plus, le fait de sortir quelque chose de formel peut très bien être vu comme un opportunisme tranchant volontairement avec l'option plus risquée qu'était la trilogie 777, surtout sur ses deux derniers volets, histoire de rassurer les gentils auditeurs un peu trop désabusés.

Invité citer
Watchtower
14/04/2014 18:36
En te lisant on se dit qu'il y aurait un bon paquet d'albums à foutre au feu. Cette chronique oublie l'ascétisme esthétique traditionnel de la formation et manque justement d'esprit et de pertinence (rien sur le parti pris formel au regard des opportunismes actuels et rien sur tout ce qui pouvait défendre cette édition). On attendait beaucoup plus qu'une critique automatisée et je reste poli.


lkea citer
lkea
13/04/2014 23:58
Nouvelle suppression de post. Que ce soit clair : On peut ne pas être d'accord. On peut critiquer ce texte. Mais on le fait intelligemment. Sinon, au revoir.
tasserholf citer
tasserholf
11/04/2014 09:27
Von_von tu parles aussi bien espagnol que l'autre tomblon parle japonais xD

Que dolor, mis ojos estan sangrando !
von_yaourt citer
von_yaourt
10/04/2014 23:33
Je trouve cette chronique honteuse, comme toutes celles d'Ikea. Chacun sait que BaN ne peut jamais se tromper, c'est donc nécessairement que vous cherchez à vous rendre intéressants en étant aussi négatifs. J'attends d'un chroniqueur compétent qu'il soit neutre, voyons.

Ayuda-me, donde esta la majiruana ? Piensa-me cuando suffras. Ariba ariba, speedy gonzalez y manos sobre el coche hijo de puta, cabron. Yo soy el maquina del amor.
gulo gulo citer
gulo gulo
10/04/2014 23:00
note: 4/5
Et donc, nous disions : impression fadasse de Blut aus Nord Digest. Sur la durée d'un album, peut-être, ça aurait pu prendre de l'ampleur et de la gueule, façon retour sur soi ou quoi ou qu'est-ce ; là ça ne ressemble à rien d'autre qu'à un sticker promotionnel BaN, pratique à mettre par-dessus celui que ton garagiste a collé au cul de ta caisse au dernier contrôle technique, et que t'auras pas trop de chagrin à voir s'écailler au soleil, ça t'épargnera la peine de le décoller.
lkea citer
lkea
10/04/2014 22:37
Nettoyage des commentaires, après discussion avec la team. On a bien rigolé, maintenant retour à la normale.
BBB citer
BBB
09/04/2014 16:55
note: 3.5/5
Trois morceaux plutôt assez courts. Le premier assez moyen mais les deux suivants très bons, surtout 'Lighteater' et en tant que fan de Pitch Shifter j'apprécie beaucoup le reprise.
Mais c'est vrai que du coup ça fait un peu léger.
Dysthymie citer
Dysthymie
09/04/2014 16:37
EP passable et dispensable.
lkea citer
lkea
07/04/2014 09:23
Pas d'extraits Youtube trouvés mais le tout peut s'écouter sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blut Aus Nord
Black Metal avant-gardiste
2014 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 2/5
Lecteurs : (5)  3.2/5
Webzines : (6)  3.76/5

plus d'infos sur
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Psychedelic Black Metal - 1994 - France
  

tracklist
01.   Tetraktys
02.   Lighteater
03.   Bastardiser (PitchShifter cover)

Durée : 16 minutes 30 secondes

line up
parution
15 Février 2014

voir aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Deus Salutis Meæ

2017 - Debemur Morti Productions
  
Bloodoline / Reverence / Blut Aus Nord / Karras
Bloodoline / Reverence / Blut Aus Nord / Karras
Dissociated Human Junction (Split-CD)

2007 - Panik Terror Musik
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
The Work Which Transforms God

2003 - Appease Me Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta II
(Dialogue With The Stars)

2009 - Candlelight Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber II (EP)

2012 - Debemur Morti Productions
  

Essayez plutôt
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  

Déception de l'année
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Procession Of Ghosts
Lire la chronique
Sons Of Rebellion Tour 2019
Dead Congregation + Deströy...
Lire le live report
Keys of Orthanc
A Battle in the Dark Lands ...
Lire la chronique