chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Old Wind - Feast on your Gone

Chronique

The Old Wind Feast on your Gone
Les pédagogues scolaires et les psychologues les plus éminents vous diraient qu'il faut arrêter de comparer sans arrêt The Old Wind à Breach. En comparant systématiquement un enfant à un autre, plus doué que lui, on étouffe et fait mourir dans l'oeuf ses particularités cachées qu'il aurait pu un jour développer. De même, collègues chroniqueurs de tous horizons, je sais que vous êtes, comme moi, inconsolables de la perte d'un tel monument de la scène Post-Hardcore, mais ça fait plus de dix ans, maintenant. Il faut savoir faire son deuil et ne pas attendre une résurgence de "Kollapse" à la moindre mention d'un ancien membre dans une formation. Quelques points communs sont présents, c'est clair et net, mais il est à mon sens injuste de résumer l'oeuvre d'un groupe en tant que pâle copie d'un monstre sacré.

Ceci étant dit, concentrons nous sur "Feast on your Gone", premier album de The Old Wind. Tout droit du cerveau de Tomas Hallbom (ou Liljedahl, son pseudonyme) ou il y a tout composé et joué (confiant le mastering à Karl Daniel Lidén, batteur de Vaka), ce premier essai se pose plus comme une thérapie personnelle que comme album joué pour le plaisir de jouer. Le frontman s'est entouré de Niklas Quintana (Breach), Robin Staps (The Ocean) pour leur tournée européenne cette année, ou ils ont défendu (fort bien, d'ailleurs) ce "Feast on your Gone" qui, sans être révolutionnaire ou même très personnel (au niveau musical, s'entend), réussit quand même à être prenant.

Ici, point de fioritures ni d'instrumentations extravagantes. L'objectif étant pour Thomas Hallbom de nous faire partager son mal-être, de nous enfermer dans cet univers sombre qui l'a accompagné (et l'accompagne toujours ?), le ton de ce "Feast on your Gone" est volontairement sobre, minimaliste, et répétitif. On subit l'album comme l'on subit la dépression, répétition ad-vitam aeternam d'une routine abrutissante, jusqu'à l'implosion. Excusez la comparaison qui pourrait paraître peu flatteuse, mais c'est la première chose qui me vient à l'esprit pour tenter de mettre en mots l'impression que produit sur moi ce premier opus.

Tout au long des six titres, le rythme est lent et écrasant, le riffing massif, même si The Old Wind s'autorise quelques petites incursions dans des terres un peu plus bruitistes, comme en témoigne l'ouverture de "In Fields" ou la partie Noise de "Raveneye". Le frontman s'étant chargé de tous les instruments présents sur "Feast on your Gone", ne vous attendez pas à un niveau technique hallucinant : le jeu de batterie reste assez simple, les riffs sont tout sauf ahurissants et la basse se contente du strict minimum. Mais depuis quand faut-il enchaîner les solis indigestes et les blast-beats à outrance pour prétendre transmettre une émotion à l'auditeur ? Non, "Feast on your Gone" n'est pas un monstre de musicalité. Mais une manifestation macabre des démons de son maître à penser. Et merde, tout de même, quel plaisir de retrouver cette voix qui nous avait manqué ! Une voix éraillée, forcée, qui à aucun moment ne change de ton, récitant dans une psalmodie pleine de souffrance des images d'une (sur)vie aussi pénible qu'interminable.

Le son est excellent, le tout très bien mixé, et l'album est très court, à peine trente-cinq minutes au compteur. Une courte durée réellement salutaire qui permet à l'auditeur de ne pas (trop) s'ennuyer tout au long de l'écoute. Même si, je dois l'admettre, les dissections successives des compositions ne m'ont pas laissé un souvenir inoubliable. Même si la galette possède un côté "brouillon" qui lui apporte une spontanéité bienvenue. Malgré une ambiance véhiculée très prenante (l'ouverture écrasante de "Spears of a Thousand" n'est qu'un exemple parmi tant d'autres) et un univers d'une noirceur absolue porté à bout de bras, The Old Wind finit par tourner en rond. "Feast on your Gone", c'est un peu l'album que l'on ressortira lorsque nous n'aurons plus rien à écouter, et dont les écoutes épisodiques laisseront une bonne impression à l'auditeur. Mais ce n'est certainement pas le type de galette qui s'écoute en boucle, au risque de péter un plomb et de le mettre rapidement en trade.

Soyons indulgents, "Feast on your Gone" n'est qu'une première sortie, jouée par un seul homme, nul doute que l'avenir proposera à l'auditeur quelque chose de meilleur et de plus consistant à se mettre sous la dent. Meilleur sur scène que sur disque, The Old Wind propose un premier disque qui s'apprécie pour ce qu'il est, dès lors que l'on n'y place pas des espérances démesurées, comme celle de retrouver, au détour des compositions, le génie de Breach.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
13/08/2014 09:45
note: 6.5/10
Je pense, oui. Je crois que ce sont exactement les mêmes musiciens d'un groupe à l'autre, en fait (pour le batteur, c'était flagrant, il avait exactement la même gestuelle d'un groupe à l'autre). Pour avoir regardé un peu le réfectoire quand ils bouffaient, j'ai pas vu d'autres musiciens que ceux qui jouaient ce soir-là.
Invité citer
Ben
08/08/2014 21:31
On confirme que Mr Hallbom est également le maître de Terra Tenebrosa?
Sagamore citer
Sagamore
29/07/2014 22:28
note: 6.5/10
Vus en live à Paris cette année aux côtés de Terra Tenebrosa, et je confirme, sur scène, l'ambiance est autrement plus prenante que sur disque.
Invité citer
Ben
28/07/2014 22:19
J'ai pris une purge monumental de mon côté. Ce gros son gras répétitif à la fois angoissé mais rageux, mélancolique mais avec des burnes. Etant allergique au sonorité tristounette, je suis aux anges avec ce genre de groupe qui parvient à faire ressortir aussi bien la tristesse que la rage en même temps. Et puis c'est direct, on sent que ce n'est pas de la frime, les mecs sont là pour te faire ressentir un truc fort qui te prend aux tripes.
A voir en live!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Old Wind
Doom/Post-Metal
2013 - Pelagic Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (15)  6.83/10

plus d'infos sur
The Old Wind
The Old Wind
Doom/Post-Metal - 2013 - Suède
  

tracklist
01.   In Fields  (05:31)
02.   I'm Dead  (05:20)
03.   Raveneye  (04:53)
04.   The Old Wind  (07:10)
05.   Spears of a Thousand  (06:35)
06.   Reign  (05:17)

Durée : 34:46

line up
parution
4 Avril 2013

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique