chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Covenant - Nexus Polaris

Chronique

Covenant Nexus Polaris
Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette "dream team" du metal scandinave, sachez que la réalisation de "Nexus Polaris" a mis à profit à l'époque, les dénommés Nagash (Dimmu Borgir, Troll), BlackHeart (Troll), Astennu (Dimmu Borgir), Hellhammer (Troll, Mayhem, Arcturus), Sverd (Arcturus) et Sarah Jezebel Deva (aujourd'hui chez Cradle Of Filth). Et aussi incroyable que cela puisse paraître, toute cette joyeuse bande ne joue pas du black metal proprement dit, mais plutôt un metal aux relents folkloriques, riche et violent, assez froid et futuriste.

"Nexus Polaris" n'est pas un album facile à pénétrer pour une seule et simple raison : la musique pratiquée sur celui-ci ne ressemble à rien de ce que vous aurez pu entendre à l'heure actuelle. La bande de Nagash (car il est le pilier du groupe) est allée puiser dans tout ce qui fait la richesse du metal, mêlant metal gothique et black metal avec une touche de heavy, le tout saupoudré d'une teinte folklorique. Les morceaux sont d'une richesse et d'une complexité déroutante, plutôt longs et très structurellement alambiqués. Les compositions sont très variées, mélangeant passages calmes et plus violents (merci Hellhammer !), murs de guitares et arpèges, hurlements et choeurs, ... Il vous faudra un bon nombre d'écoutes pour déjà comprendre l'album et encore beaucoup d'autres pour en extraire toute sa richesse : rien que la prestation d'Hellhammer nécessite une réelle concentration pour y voir clair dans son jeu de batterie marriant habilement puissante, énergie et subtilité. Pour ajouter au côté décalé de cet album, Nagash nous offre tout un éventail de vocaux gutturaux, entre black et fin de soirée alcoolisée, faisant contraste avec la voix d'ange de Sarah Jezebel Deva qui assure les choeurs.

L'ensemble est très homogène, chaque morceau possédant le même esprit et la même atmosphère grandiloquente, glacée et futuriste, notamment véhiculée par le travail des lignes de clavier très théâtrales. La qualité de la production joue évidemment sur le résultat final, claire et propre comme il se doit. Je ne vois pas franchement de défauts à cet album où rien n'a été laissé au hasard : les norvégiens ont fait preuve d'un feeling et d'une inventivité hors du commun, ce qui devrait assurer l'unicité de cet album pendant un bon nombre de décénies. "Nexus Polaris" sera le dernier à sortir sous le nom de Covenant, avant que le groupe passe à The Kovenant et opte pour un style encore plus délirant.

"This album is dedicated to the essence of x-tra terrestrial existance!" Je crois que tout est dit ;)

DOSSIERS LIES

Illustrateurs de metal (partie 1)
Illustrateurs de metal (partie 1)
Février 2008
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Borealis citer
Borealis
23/09/2004
Mouais mouais mouais.... Boff boff....

C'est pas que c'est mauvais mais je trouve ça manque cruellement d'intensité; ça me fait penser à un croisement entre du black sympho et de la musique d'ascenseur!... Tu aurais pu nommer le style "easy-listening gothic black metal" tant ça sent le propre! Pas une aspérité, pas un poil qui traine sur une jambe mal épilée, pas un pet de travers ni aucune trace dans le caleçon. Covenant nous a sorti avec cet album une oeuvre totalement formatée, sans prise de risque aucune où tous les titres sont plus passe-partout les uns que les autres. Pour la folie et l'originalité, on repassera!
Je connais bien des groupes qui, sortant le même album, se seraient faits cracher dessus et traiter de tous les noms! Je connais bien des gens qui auraient hurler au sacrifice de la musique sur l'autel du business. Covenant a joui d'un certain respect en raison de son line-up prestigieux mais force est de constater que la musique ici présentée est ultra formatée et commerciale. Du black StarAcademy!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Covenant
Metal avant-gardiste
1998 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.6/10
Webzines : (8)  7.55/10

plus d'infos sur
Covenant
Covenant
Metal avant-gardiste - 1992 - Norvège
  

écoutez
tracklist
01.   The Sulphur Feast
02.   Bizarre Cosmic Industries
03.   Planetarium
04.   The Last of Dragons
05.   Bringer of the Sixth Sun
06.   Dragonheart
07.   Planetary Black Elements
08.   Chariots of Thunder

Durée totale : 43:35

line up
Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique