chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Furia - Marzannie, królowej Polski

Chronique

Furia Marzannie, królowej Polski
Des "Furia", dans la scène extrême, il y en a un bon paquet. Comprenons les, le patronyme s'impose de lui-même lorsque l'on veut jouer une musique aussi véloce qu'agressive. La furie n'est pourtant pas ce qui caractériserait au mieux l'art si particulier et poignant joué par le quatuor polonais. Quand d'autres formations restent engoncées dans l'éternel concours du "La mienne est plus grosse que la tienne", rivalisant de vitesse et de technicité, Furia cherche plus à instaurer une ambiance qu'à foncer pied au plancher.

Non, le fond de commerce de Furia est plus à chercher du côté de la mélancolie, couplée à un certain sens du drame, un feeling, une ambiance qui le fait clairement sortir de la masse grouillante des groupes de Black Metal polonais. Membre du collectif Let the World Burn aux côtés de MasseMord (groupe avec lequel ils partagent d'ailleurs des membres), Furia officie depuis 2004 dans un genre qu'ils ont réussi à s'approprier, y apportant des touches expérimentales bien senties et des constructions rythmiques peu communes pour mieux le transcender. Après deux albums très au dessus du lot commun, "Martwa Polska Jesień" ("Automne Polonais") et "Grudzień za grudniem" ("De Décembre à Décembre"), le combo sort en 2012 le bien nommé "Marzannie, królowej Polski" - ou "Marzanna, reine de Pologne", déesse slave associée à la mort, sujette à de nombreux festivals traditionnels en Pologne, où son effigie est brûlée pour symboliser la fin de l'hiver. Les paroles empruntent pourtant plus au désespoir et à la haine qu'aux bulletins météorologiques d'Evelyne Dhéliat et autres calendriers des PTT, comme pourraient le laisser supposer les titres de leurs sorties.

"Marzannie, królowej Polski" reste dans la droite lignée tracée par le groupe, en proposant, au cours des sept titres le composant, un univers aussi personnel qu'éprouvant pour l'auditeur. L'album est résolument Black Metal, comprenant sa dose de blast-beats (saluons au passage l'endurance et la technique du batteur) et de riffs en tremolo-picking, mais possède une flamme, une aura particulière qui ne le fait sonner comme aucun autre. Les riffs de Voldtekt et Nihil font systématiquement mouche, porteurs de désespoir (le morceau sans titre est un véritable cataclysme), évoquant tour à tour l'agonie ("Skads Do Nikad ") ou restant dans la tradition d’efficacité de l'école polonaise ("Kosi ta Smierc", qui évoque aussi bien Mgla que Kriegsmaschine). Tout en s'autorisant quelques arpèges de toute beauté, d'une mélancolie déchirante ("Kosi ta Smierc "). Lorsque dans la majeure partie des groupes actuels, la basse est anecdotique, elle résonne et marque les temps avec lourdeur chez Furia : porteuse d'un groove irrésistible (l'ouverture de "Wyjcie psy"), elle vient apporter un peu d'épaisseur supplémentaire à un ensemble déjà fort compact. La voix de Nihil, si caractéristique, est beaucoup moins présente que sur les précédents full-lengths, et mixée plus en retrait, porteuse d'un écho caverneux qui apporte encore plus de force aux compositions - même si les nombreux gimmicks vocaux empruntés à Celtic Forst (UNGH !) suscitent l'agacement après le sourire. Sur "Marzannie", la voix est à prendre en tant qu'instrument, et non comme outil à débiter des textes - que, de toutes façons, peu de gens comprendront, moi le premier. Le son, qui n'a jamais été aussi organique pour le groupe, permet à chaque instrument de s'exprimer, et de construire par chaque note, chaque pattern, chaque riff, un univers tantôt onirique, tantôt cauchemardesque.

Les auditeurs non-familiers de Furia seront probablement rebutés par la "redondance" de certains compositions. C'est d'ailleurs le seul écueil de ce "Marzannie, królowej Polski", la propension de Furia a user jusqu'à la corde des riffs magnifiques jusqu'au bord de l'agacement. Oui, certains titres sont un peu longuets, oui, Furia aime prendre son temps pour poser une ambiance hypnotique, attrapant l'auditeur pour ne plus le lâcher. Le groupe rattrape ce léger défaut par des plans rythmiques saccadés complètement déments (les roulements et descentes de manches incessants de "Pojdz W Dol") qui combleront le besoin d'efficacité des aficionados et des curieux. Entendons-nous bien, Furia est une machine de guerre musicale, mais résumer l'entité polonaise à un seul tabassage de l'auditeur serait réducteur. Furia est avant tout un groupe émotionnel, qui se vit plus qu'il ne s'écoute, plus propice au recueillement et à la transe qu'au headbang et à la baston. Et c'est bien ce qui a suscité mon intérêt lors de la découverte du combo, intérêt qui est d'ailleurs resté constant, même avec leurs sorties plus dispensables ("Halny"), dont j'aurai l'occasion de parler.

"Marzannie, królowej Polski" vise l'excellence, tout comme le faisaient les précédents albums de Furia. Alternant violence pure et passages plus atmosphériques d'une tristesse folle, l'entité se fait aussi bien thuriféraire d'une tradition Black Metal que d'un univers très personnel, autrement plus intéressant que les éternelles déflagrations auxquelles le genre nous a habitué. L'une des meilleures sorties du cru 2012, pour un groupe définitivement unique. A écouter d'urgence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
12/08/2018 16:51
note: 8/10
En effet j'en ai écouté (du dernier) et lu ta chro, et c'est du haut de gamme si on peut dire !
C'est vrai que les prix de Pagan sont cools, mais je vais bientôt être devant un stand LADLO, alors... Clin d'oeil
Sagamore citer
Sagamore
11/08/2018 20:10
note: 8.5/10
Kasteel a écrit : Passé "par erreur" à côté, je compte bien creuser l'affaire ! D'autant que le groupe est maintenant distribué par les fameux Acteurs de l'Ombre.


Creuse, tu vas voir que ce groupe est vraiment unique ! Leur dernier album, en particulier, est une pure merveille.

Tu peux également de procurer leurs disques pour un prix dérisoire auprès de Pagan Records, label historique et très pro (jamais eu aucun souci avec eux).

Kasteel citer
Kasteel
11/08/2018 18:50
note: 8/10
Passé "par erreur" à côté, je compte bien creuser l'affaire ! D'autant que le groupe est maintenant distribué par les fameux Acteurs de l'Ombre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Furia
Black Metal
2012 - Pagan Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  7.42/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Furia
Furia
Free Black Metal - 2003 - Pologne
  

tracklist
01.   Wyjcie psy  (06:05)
02.   Untitled  (06:49)
03.   Wodzenie  (06:07)
04.   Skądś do nikąd  (05:17)
05.   Kosi ta śmierć  (04:59)
06.   Pójdź w dół  (08:46)
07.   Są to koła  (04:58)

Durée : 43:01

line up
parution
23 Avril 2012

voir aussi
Furia
Furia
Nocel

2014 - Pagan Records
  
Furia
Furia
Księżyc milczy luty

2016 - Pagan Records
  
Furia
Furia
Guido (EP)

2016 - Pagan Records
  

Essayez aussi
Conspiracy
Conspiracy
Concordat

2009 - Pulverised Records
  
Fyrnask
Fyrnask
Fórn

2016 - Ván Records
  
DunkelNacht
DunkelNacht
Atheist Dezekration

2009 - Autoproduction
  
Lifestream
Lifestream
Post Ecstatic Experience

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Setherial
Setherial
Death Triumphant

2006 - Regain Records
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique